Logo du site
Dossier : Fécondité : un enjeu pour la planète ?

Quand l'écologie touche à l'intime

©A. Pagliaricci / Flickr
©A. Pagliaricci / Flickr

Laudato si’, l’encyclique écologique et sociale du pape François, a été encensée bien au-delà du monde catholique. Mais les thuriféraires du texte papal ne sont pas unanimes. En cause, cette affirmation reprise à son compte par le pape argentin : « La croissance démographique est pleinement compatible avec un développement intégral et solidaire ». Or les 7,5 milliards d’humains consomment déjà bien plus que ce que la planète ne peut leur donner durablement (cf. S. Paillard). Et ils pourraient être près de 17 milliards en 2100, selon l’Onu. En balayant d’un revers de main la question de la natalité dans un monde fini, l’Église serait-elle irresponsable (cf. B. Holzer et Justice&Paix) ? La question est sensible (cf. P. Samangassou). Et pas que pour les chrétiens (cf. H. Boncana). Combien d’humains peuvent vivre dignement sur cette planète sans détruire les écosystèmes et compromettre les conditions de vie des générations à venir ?

En 2100, l’Afrique pourrait compter jusqu’à 6 milliards d’habitants (5 fois plus qu’aujourd’hui) ! Certes, à si long terme, les projections ont davantage une fonction politique, voire religieuse, qu’une valeur scientifique (cf. H. Le Bras). Elles n’en donnent pas moins le vertige : comment diminuer la compétition pour les ressources si la planète ne cesse de se densifier ? La confrontation à un environnement contraint peut, certes, stimuler l’inventivité sociale, la résilience, comme au Bangladesh (cf. A. Baillat), mais c’est elle aussi qui, en Chine ou au Vietnam (cf. S. Fanchette), a justifié une violence d’État pour juguler la fécondité (cf. M. Gaimard). Or notre folle course en avant, déjà à l’origine d’une extinction inédite des espèces, d’un épuisement des ressources rares et d’un périlleux dérèglement climatique, ne fera qu’exacerber les conflits fonciers, les déplacements de populations et les pénuries d’eau potable… Et d’abord dans les pays les plus pauvres (cf. J.-L. Racine).

La population est certes un paramètre pour aboutir au respect de notre biosphère, mais certainement pas le plus déterminant.

Trop nombreux, donc ? L’équation n’est pas de pure arithmétique (cf. M. Rao). Même si l’on s’accordait sur un volume de ressources disponibles pour l’humanité, quelle ponction sur ces ressources serait nécessaire à chacun pour vivre dignement ? La réponse n’est ni évidente, ni sans doute universelle. Surtout, l’empreinte écologique des Terriens est très inégalement répartie (cf. H. Lassalle). À tout prendre, à niveau et mode de vie constants, 10 millions d’Afghans supplémentaires endommageraient moins la planète qu’un million de Français en plus… La population est certes un paramètre pour aboutir au respect de notre biosphère, mais certainement pas le plus déterminant (cf. J.E. Cohen). Ici encore , la question écologique est d’abord une question de justice. De légitimité, aussi. Faute de remettre drastiquement en cause leur mode de vie, les Occidentaux sont-ils fondés à parler de maîtrise de la population mondiale ? Comment ne pas les suspecter de vouloir préserver leur petit confort ?

Encore faudrait-il aussi qu’on puisse stabiliser la population – un objectif sur lequel les Nations unies se sont accordées au Caire, en 1994 (cf. J. Véron). Or l’influence des pouvoirs publics en la matière est toute relative : en Iran, la fécondité a chuté alors même que le régime théocratique prônait l’inverse (cf. M. Ladier-Fouladi) ; même en Chine, l’enfant unique n’a eu qu’une incidence supplétive sur une transition déjà bien engagée (cf. L. De Giorgi). Rappelons aussi que « la fin est dans les moyens comme l’arbre est dans la graine » (Gandhi) : si l’ambition des « politiques de population » est de permettre à chacun de mener une vie plus humaine, quelle place pour une politique coercitive ? Le recours à l’avortement ne saurait, non plus, participer d’une politique de limitation de la population. En revanche, une chose est établie : la plupart des femmes choisissent d’avoir moins d’enfants quand elles peuvent en décider librement. Ce qui suppose l’amélioration de leur statut, l’accès de toutes à l’éducation. Et la mise à disposition des moyens modernes de contraception. Or aux Philippines ou en Afrique, les évêques freinent toute évolution, campant sur des interdits… Est-ce bien là la bonne nouvelle que Jésus est venu apporter aux hommes (et aux femmes !) ? Heureusement, le discours du Vatican n’est pas complètement figé (cf. G. Catta et B. Saintôt). Sans doute faudrait-il le dire plus clairement.

D’une écologie qui priverait les hommes de ce qu’ils ont de plus cher, nous ne voulons pas.

On touche ici au cœur de la « conversion écologique ». Que la naissance soit perçue comme l’inscription dans une lignée (cf. J.-H. Déchaux), comme le fruit le plus fécond d’une alliance, comme l’expression ultime de sa liberté ou comme un don de Dieu, elle touche à l’intime, un espace qui s’accommode mal de la contrainte. D’une écologie qui priverait les hommes de ce qu’ils ont de plus cher, nous ne voulons pas. Il ne saurait s’agir de mettre l’amour sous contrainte. De l’empêcher d’être fécond. Mais au contraire, de l’élargir, lui qui ouvre un espace illimité, à l’humanité entière, de chérir d’autant plus ce qui nous lie à chaque personne, à la planète qui nous héberge. Elles sont toutes deux fragiles, limitées.


À lire dans la question en débat « Fécondité : un enjeu pour la planète »

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Religion et conflits

Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur, elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine. Existe-t-il des conflits à proprement parler religieux ? A priori, on serait tenté de répondre de manière affirmative au vu des incidents sanglants qui opposent des groupes et des communautés, se réclamant, de par le monde, de leurs croyances religieuses pour défendre et promouvoir des intérêts politiques. L’actualité internationale évoque avec constance ces guerres...

Du même dossier

Sahel : coincé par le poids de la tradition

Au Sahel, on compte entre 6 à 7 enfants par femme. Soit le taux le plus élevé de fécondité au monde. Et les traditions tant culturelles, économiques que religieuses empêchent toute discussion. Face aux pressions de certains religieux et à l'absence de volonté politique, seule l'éducation semble apporter une solution. À condition qu'elle ne soit pas réservée qu'à une élite. Le Sahel comprend une dizaine de pays, incluant, pour certains, tous les territoires bordant le Sahara : il y a donc un Sahe...

Philippines : sortir du dogmatisme clérical

Courageux contre la corruption et les inégalités, les évêques des Philippines font barrage à toute évolution en matière de santé reproductive. Une position dogmatique, aveugle aux souffrances des femmes et des familles, loin d’être partagée par tous les catholiques philippins. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en 1945, les Philippines comptaient 18,8 millions d’habitants. Elles en comptent aujourd’hui plus de 100 millions. Les projections prévoient 120 millions d’habitants en 2030 et 1...

Entre alliance et filiation : pourquoi donne-t-on naissance?

Avant d’être un enjeu démographique, la naissance s’inscrit d’abord dans des histoires familiales singulières. Mais la signification qui lui est donnée et la responsabilité qui l’entoure ne cessent d’évoluer à travers les âges. Faut-il engendrer l’enfant parfait pour être heureux ? Tout être humain vient au monde en naissant. La naissance est, comme la mort, un fait anthropologique de base. Mais c’est aussi un acte social qui s’inscrit dans un contexte historique et institutionnel déterminé. Pou...

Du même auteur

Chocolat amer

L’or brun. En Côte d’Ivoire, les fèves de cacao font vivre une bonne partie de la population. Mais elles aiguisent aussi les appétits. Non sans conséquences sur les fuites de capitaux, l’impossibilité de déloger la classe dirigeante et la violence  armée. C’est ce que révèle cette enquête… au goût amer. Un seul pays d’Afrique est leader mondial dans l’exportation d’une matière première a...

Pour une économie relationnelle

« On peut en savoir beaucoup sur quelqu’un à ses chaussures ; où il va, où il est allé ; qui il est ; qui il cherche à donner l’impression qu’il est ». À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1, on pourrait ajouter : « Quel monde il invente ». Car l’analyse du secteur de la chaussure, objet du quotidien s’il en est, en dit long sur notre système économique. Un système qui divise. À commencer par les humains : quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication ...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu, comme en 1990, intituler ce numéro « Dépeupler les prisons » (Projet, n° 222). Car de l’inventaire dressé alors, il n’y a pas grand-chose à retirer. Les conditions de vie en détention, notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement, restent indignes d’un pays qui se veut « patrie des droits de l’homme ». Mais à la surpopulation carcérale, on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons. Sans mesurer que plus le parc pénit...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules