Logo du site
Dossier : Fécondité : un enjeu pour la planète ?

Population et environnement : Malthus est-il toujours d'actualité ?

©Saad Akhtar
©Saad Akhtar
Malthus avait-il raison ? Les chercheurs sont loin d’être d’accord : écototalitaires, néo, anti et même écolo-malthusianistes s’affrontent encore sur la question. Pour Hugo Lassalle, il serait surtout temps de dépasser les clivages pour faire face à un avenir angoissant, si tous les pays se mettent à consommer comme les Occidentaux…

Faire face à la crise écologique implique-t-il des politiques de contrôle des naissances pour freiner la croissance démographique ? Poser ainsi la question semble appeler une réponse claire, affirmative ou négative, et remettre au goût du jour l’opposition malthusianisme / anti-malthusianisme. Celle-ci est, certes, commode pour rendre compte de l’indémodable débat sur la question des conséquences du nombre et de la croissance de la population, débat dont l’urgence écologique a accru l’importance et la portée, en l’élargissant progressivement de l’équilibre population-subsistance aux relations population-développement-environnement dans la seconde partie du XXe siècle.

Mais cette opposition est-elle réellement éclairante ? Peut-être moins qu’il n’y paraît. Car ces deux catégories regroupent des traditions théoriques et politiques très différentes, donc des positions et des raisonnements très hétérogènes. Impossible d’envisager les malthusiens ou les non-malthusiens comme ayant l’unité d’écoles. Et aujourd’hui, l’opposition peut sembler, dans une certaine mesure, dépassée.

Côté malthusiens : contrôler la croissance démographique

Le raisonnement de Malthus, qui publie son Essai sur le principe de population en 1798, est resté célèbre du fait de sa redoutable simplicité. D’après ses observations, il pense pouvoir établir que la population globale croît de manière géométrique (ou exponentielle) alors que les ressources agricoles connaissent une évolution arithmétique (ou linéaire). La conséquence de ces évolutions divergentes s’impose : la croissance de la population se verra rapidement contrainte par celle, moindre, des subsistances. Le débat malthusien est ainsi ouvert et n’a cessé, depuis, d’être alimenté, tant par l’affirmation des statistiques de la population

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules