Logo du site
Dossier : Fécondité : un enjeu pour la planète ?

Vietnam : le delta du fleuve rouge de plus en plus peuplé

Labourage des rizières dans le delta du fleuve rouge ©Jean-Pierre Dalbéra / Flickr
Labourage des rizières dans le delta du fleuve rouge ©Jean-Pierre Dalbéra / Flickr
Au nord du Vietnam, le delta du fleuve rouge concentre plus de 20% de la population totale du pays. Un territoire encore très rural et qui fait moins de 10% de la superficie totale du pays. Malgré la transition démographique des années 1990, pourquoi cette population n'est pas plus urbanisée ? Pour Sylvie Fanchette, ce serait, avant tout, lié à des politiques très autoritaires.

Les régions rurales de très haute densité démographique (plus de 500 hab./km2) sont souvent considérées comme « surpeuplées1 », soumises à de hauts risques environnementaux et sociaux du fait de la pression sur les ressources agricoles et sur le milieu. La théorie malthusienne, anti-populationniste, est fondée sur deux affirmations : lorsque la population croît, la production augmente moins proportionnellement, du fait des rendements décroissants en agriculture et il existe un optimum de population à ne pas dépasser, au- delà duquel la pression sur les ressources entraîne des dégradations environnementales, des crises économiques et des conflits pour le partage de ces ressources. Or cette théorie ne résiste pas aux nombreuses études sur les stratégies mises en l’œuvre par les populations des campagnes d’Asie très peuplées.

La lente densification de la population rurale dans certaines plaines anciennement peuplées d’Asie va dans le sens des théories inverses qui considèrent qu’une abondante population est source de richesse (en main-d’œuvre et consommateurs) et facteur de croissance économique2. La croissance démographique est aussi « un important facteur de mobilité sociale » notait Alfred Sauvy. Ester Boserup a montré la capacité d’adaptation des sociétés agricoles à intensifier leurs systèmes de culture sous la pression des densités démographiques3. Cependant, les analyses critiques de certains démographes4 soulignent la limite des théories populationnistes dès que l’on aborde la question urbaine et celle de l’impact de l

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules