Logo du site
Dossier : Fécondité : un enjeu pour la planète ?

La danse macabre du néo-malthusianisme

Unidentified Bacteria ©Josef Reischig / WikimediaCommons
Unidentified Bacteria ©Josef Reischig / WikimediaCommons
Pauvreté, cohésion sociale, environnement… Sur chaque enjeu, on voit poindre l’argument démographique. Il serait si commode de tout expliquer par une variable ! Pour l’Indien Mohan Rao, le néo-malthusianisme sert avant tout à dépolitiser le débat public.

La politique démographique est un domaine où l’examen rationnel et historique des faits est souvent voilé, occulté, voire totalement opaque1. À l’instar des avatars de Vishnou, les arguments néo-malthusiens sont vraiment protéiformes. Ils affirment, par exemple, que la persistance de la pauvreté dans notre pays est imputable, avant tout, à la croissance démographique ; que les pauvres ignorent où est leur bien et celui de la société dans son ensemble, qu’ils se comportent de façon irrationnelle et doivent être éduqués ; que la croissance démographique de certaines communautés religieuses montre qu’elles cherchent à occuper tout le terrain et à prendre le contrôle de « notre » pays ; que l’action pour l’intégration positive des Dalits constitue une menace pour le bien-être social et même que l’ensemble des programmes de protection sociale est un gaspillage d’investissements productifs. En tant que nation, « nous » sommes désormais acculés, après avoir tout essayé, à pouvoir et même à devoir forcer les pauvres à contrôler leur nombre ; cette croissance démographique constitue la principale menace à l’environnement ; cette croissance dans les pays du tiers-monde menace la liberté et la démocratie dans le monde, etc.

Solutions simplistes pour monde complexe

Le néo-malthusianisme propose des solutions simples pour un monde complexe, fracturé et inquiétant. Il développe une vision dans laquelle Dieu demeure, bien entendu, dans son Ciel, et où tout irait pour le mieux s’il n’y avait la prédilection pour les pauvres, « eux », qui prolifèrent si impudemment. C’est par une véritable alchimie intellectuelle que la société est ainsi parée de caractéristiques biologiques, afin de mieux la contrôler et la r

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules