Logo du site
Dossier : Ceci n’est pas un numéro sur la chaussure

Pour une économie relationnelle


« On peut en savoir beaucoup sur quelqu’un à ses chaussures ; où il va, où il est allé ; qui il est ; qui il cherche à donner l’impression qu’il est ». À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1, on pourrait ajouter : « Quel monde il invente ». Car l’analyse du secteur de la chaussure, objet du quotidien s’il en est, en dit long sur notre système économique. Un système qui divise. À commencer par les humains : quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication de sa paire de baskets ? L’éloignement invisibilise les conditions de travail indignes infligées à des millions d’ouvrières (cf. N. Ajaltouni). La domination des multinationales éloigne aussi les entreprises des territoires dans lesquels elles s’implantent : que leur importe si leurs usines ont été délocalisées en Chine, puis au Vietnam ou au Bangladesh (cf. C. Séhier), avant de revenir éventuellement en Europe quand la machine peut remplacer la main-d’œuvre à moindre coût (cf. J.-P. Durand et D. Bachet) ?

Une fois la rémunération du travail réduite à la portion congrue, la valeur de nos chaussures repose désormais sur l’immatériel (marques, brevets…), opportunément localisé aux Pays-Bas ou aux Bermudes, à l’abri de l’impôt. La rente ainsi soustraite aux travailleurs et, plus largement, à la société, qui sont pourtant les vrais producteurs de valeur, permet de maximiser la rémunération des dirigeants et des actionnaires (cf. C. Alliot et S. Ly). Financiarisées à l’extrême, à l’image de ce que fut Vivarte (ex-André), ces entreprises ont cessé d’être des collectifs de production pour être saucissonnées en autant d’actifs financiers prêts à la revente (cf. I. Chambost). Le mode de production nous sépare aussi de la nature : sans conscience aucune de l’empreinte écologique de nos chaussures (cf. L. Roblin), nous les entassons à ne plus savoir qu’en faire. Ce système, finalement, nous tiraille jusque dans notre for intérieur : le consommateur et le citoyen sont censés faire chambre à part. Quant à l’adolescent sommé de devenir adulte, on lui fait miroiter des idoles en lui offrant les chaussures du footballeur Neymar, pour mieux le dispenser de se trouver lui-même.

Si le consommateur a sans doute gagné en confort, en adéquation de ses chausses à la diversité des usages, le système économique à l’œuvre n’en reste pas moins diabolique, au sens étymologique (celui qui divise). Rassurez-vous, nul besoin ici d’exorciser quelque force surnaturelle ! Le consommateur peut d’ailleurs privilégier des souliers plus en cohérence avec ses convictions (cf. L. Roblin). Surtout, ce système dominant n’a pas toujours été. Longtemps, le cordonnier fut le fier fabricant, réparateur, et même le maître à penser de sa clientèle (cf. F. Palpacuer). Ce n’est qu’au Moyen-Âge que l’historien Fernand Braudel voit poindre un système – qu’il nomme capitalisme – qui éloigne le producteur du consommateur. Un éloignement qui permet la captation de la valeur par des intermédiaires (marchands et banquiers). Plus proche de nous, ce sont des décisions politiques qui ont abouti à donner plus de force au droit commercial qu’au droit à un salaire décent (cf. A. Zacharie), c’est le choix de l’échange dérégulé qui a tué la fabrication française (cf. A. Chaillou), c’est l’option pour certaines normes comptables qui livre l’industrie aux appétits des financiers (cf. È. Chiapello)…

Autant de batailles importantes à mener. Mais la seule défense des droits et de l’équité ne garantit pas la soutenabilité des modes de production, ni la (re)découverte d’un sens au travail. Au fond, ce numéro met tout autant en évidence ce qui indigne (à juste titre) qu’une difficulté à dire le monde que l’on veut voir advenir. Dans ce monde fragile, à quoi notre économie doit-elle donner de la valeur ? La question est aujourd’hui incontournable. Or, là où le capitalisme divise, ne s’agit-il pas, précisément, d’allouer la valeur à ce qui relie (cf. C. Renouard et al.) : à soi (la fierté du travail accompli, la cohérence entre son agir et ses valeurs), à l’autre (à son travail, par ses achats…), à la nature (en reconnectant l’activité productive à son environnement, en inscrivant l’objet dans un cycle de réemploi des matériaux…) ? De passer d’une économie diabolique à une économie relationnelle ? Non, décidément, ceci n’est pas un numéro sur la chaussure !

 

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Du même dossier

Comment définir la juste valeur d’une chaussure ?

Qu’est-ce qui donne de la valeur à un bien ? Que faut-il rémunérer ? Les approches dominantes mènent à une impasse écologique et sociale. L’article plaide, au contraire, pour une approche relationnelle de la valeur, afin de replacer la qualité du lien social et écologique au cœur de l’analyse. C’est ce que font les fabricants de chaussures de Romans-sur-Isère. La notion actuelle de valeur économique nous conduit dans l’impasse. Faisant le jeu du court-termisme, focalisée sur une dimension financ...

Nu-pieds, déchaussés ou bien dans ses pompes ?

Une « sacrée » chaussure« Retire les sandales de tes pieds, car le lieu où tu te tiens est une terre sainte ! » (Exode 3,5). L’injonction de Yahvé à Moïse montre combien la chaussure est liée au sacré. En négatif ou en creux. Être nu-pieds est un signe de respect et d’humilité dans la plupart des religions. Les musulmans se déchaussent avant d’entrer dans la mosquée. Un peu comme si la sandale empêchait l’homme d’entrer en contact avec le divin. Et, de fait, la chaussure laisse une trace anonym...

Vivarte, le savetier et le financier…

Depuis 2012, le groupe du textile et de la chaussure Vivarte enchaîne plans sociaux et restructurations. Comment ne pas voir, derrière ce gâchis industriel et social, le rôle de l’industrie financière, avec ses « LBO » et ses fonds de « private equity » ? Un article pour comprendre comment l’économie se financiarise et en mesurer l’impact. « Un savetier chantait du matin jusqu’au soir ». Ce faisant, il tire de sa somnolence un financier, auquel la peur de se faire voler a ôté le sommeil. Ce dern...

Du même auteur

Chocolat amer

L’or brun. En Côte d’Ivoire, les fèves de cacao font vivre une bonne partie de la population. Mais elles aiguisent aussi les appétits. Non sans conséquences sur les fuites de capitaux, l’impossibilité de déloger la classe dirigeante et la violence  armée. C’est ce que révèle cette enquête… au goût amer. Un seul pays d’Afrique est leader mondial dans l’exportation d’une matière première a...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu, comme en 1990, intituler ce numéro « Dépeupler les prisons » (Projet, n° 222). Car de l’inventaire dressé alors, il n’y a pas grand-chose à retirer. Les conditions de vie en détention, notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement, restent indignes d’un pays qui se veut « patrie des droits de l’homme ». Mais à la surpopulation carcérale, on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons. Sans mesurer que plus le parc pénit...

Le logement n’est pas une marchandise

« Nada mejor que volver a casa », chante le Cubain Raúl Paz. « Rien de mieux que de rentrer chez soi. » Un « chez soi » digne de ce nom, c’est un point d’ancrage qui nous sécurise, un lieu de repli nécessaire à notre équilibre. C’est de cela que sont privées les 4 millions de personnes mal logées en France. Parmi elles, 900 000 n’ont pas même un logement à elles, un chiffre qui ne cesse d’augmenter1. Pour peu que l’on puisse rentrer chez soi, en mesure-t-on encore toute la valeur ?À moins que n...

1 Merci à Patrice Le Roué de l’avoir relevée.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules