Logo du site

La Revue Projet, c'est...

Une revue bimestrielle, exigeante et accessible, au croisement entre le monde de la recherche et les associations de terrain.

Dossier : Ceci n’est pas un numéro sur la chaussure

Industrie mondiale de la chaussure : mettre fin à la course au moins-disant social

©Aurore Chaillou
©Aurore Chaillou
Depuis cinquante ans, les conditions de fabrication des chaussures ont été largement influencées par les stratégies de firmes multinationales en quête de faibles coûts de production. Un redéploiement qui a contribué au développement industriel de plusieurs pays asiatiques. Mais à quand un progrès social bénéficiant aux travailleurs ?

L’industrie de la chaussure a été pionnière dans le processus de division internationale du travail. La stratégie de Nike, élaborée dès les années 1960, consistait à s’appuyer sur des sous-traitants dans des pays à faibles coûts salariaux. Elle a fait école parmi les grandes marques du secteur, dont seules les activités à forte valeur ajoutée (design, recherche et développement) restent situées aux États-Unis et en Europe.

87 % de la production mondiale en Asie

La diffusion de ce modèle s’est traduite par une réduction du nombre d’employés et de chaussures produites dans les pays occidentaux. En Europe, l’industrie est composée majoritairement de petites et moyennes entreprises au savoir-faire élevé, spécialisées dans la confection de chaussures à forte valeur ajoutée. Ainsi, en 2015, le prix moyen à l’exportation d’une paire produite en Italie atteignait 38,50 €, soit neuf fois le prix à l’exportation d’une paire produite en Chine. Les pays asiatiques, spécialisés dans la production de masse, assurent 86,7 % de la production mondiale en volume.

Ce processus d’internationalisation se traduit aussi par l’allongement des chaînes de valeur et l’accentuation des interdépendances. Les États-Unis, premiers producteurs mondiaux de peaux, approvisionnent les tanneries de l’est de la Chine1. Une fois transformé, le cuir est acheminé vers les usines, situées pour la plupart dans la province du Guangdong (sud de la Chine). Une partie des chaussures prend alors la direction des États-Unis, première destination des exportations chinoises (17 %).

Les industries du cuir et de la chaussure contribuent à la croissance économique de plusieurs pays d’Asie2. Nécessitant une m

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules