Logo du site

La Revue Projet, c'est...

Une revue bimestrielle, exigeante et accessible, au croisement entre le monde de la recherche et les associations de terrain.

Dossier : Ceci n’est pas un numéro sur la chaussure

Nu-pieds, déchaussés ou bien dans ses pompes ?

© Oliver Gouldthorpe/Flickr/CC-BY-NC-2.0
© Oliver Gouldthorpe/Flickr/CC-BY-NC-2.0

Une « sacrée » chaussure

« Retire les sandales de tes pieds, car le lieu où tu te tiens est une terre sainte ! » (Exode 3,5). L’injonction de Yahvé à Moïse montre combien la chaussure est liée au sacré. En négatif ou en creux. Être nu-pieds est un signe de respect et d’humilité dans la plupart des religions. Les musulmans se déchaussent avant d’entrer dans la mosquée. Un peu comme si la sandale empêchait l’homme d’entrer en contact avec le divin. Et, de fait, la chaussure laisse une trace anonyme dans la glaise, alors que l’homme aux pieds nus marque l’argile de son passage. Que ce soit dans la chrétienté, l’islam ou l’hindouisme, on vénère les traces de pied (vestigium pedis). Ignace de Loyola se rendit à Jérusalem pour contempler la trace des pieds de Jésus dans le rocher de l’ascension. Il existe, au palais Topkapi, à Istanbul, des empreintes des pieds du Prophète. Buddhapada, en sanskrit, désigne les empreintes de pieds du Bouddha, très vénérées dans les premiers temps du bouddhisme. Si le pied importe tellement, c’est qu’il dit quelque chose à la fois de notre identité, mais également de notre temporalité, de notre pèlerinage. Durcis, cornés, mutilés, crevassés, jeunes ou vieux, joliment tatoués ou salis par la boue, les pieds nus des mamans africaines faisant la file au village pour remplir leurs bidons d’eau racontent sans fioritures leur histoire. Les pieds sont à l’image des mains, des visages, des vies, tellement sacrés qu’il faut les protéger et les vénérer. La chaussure est l’écrin de notre dignité sacrée.

La chaussure « amoureuse »

Le pied est aussi lié à notre intimité, y compris sexuelle. Un pied nu est considéré en Chine comme un symbole érotique et Freud assimila le pied à un symbole phallique. On connaît les expressions « prendre son pied » ou « trouver chaussure à son pied ». La chaussure se voit chargée de voiler cette intimité que symbolise le pied nu. Être chaussé, c’est quitter l’inconscience enfantine du jardin d’Eden pour entrer dans le monde adulte des relations sexuées. En témoigne le livre du Deutéronome faisant de la chaussure le gage de l’union entre deux familles.  En effet, le déchaussé est cet homme qui préfère le célibat au mariage : « Le veuf se tiendra devant les anciens et dira : ‘Je ne veux pas épouser ma belle-sœur’. Alors sa belle-sœur s’avancera vers lui, sous les yeux des anciens ; elle lui retirera la sandale du pied et lui crachera au visage (…) Et dorénavant, en Israël, on l’appellera : ‘Maison du déchaussé’ » (Dt XXV, 9-10) Et de nos jours encore, une paire de souliers est parfois accrochée à l’arrière de la voiture des jeunes mariés. Pas étonnant, la chaussure est associée au lacet, symbole, tout comme l’alliance, du lien du mariage. La chaussure se voit ainsi chargée de garantir aussi notre fidélité.

La chaussure « parole sociale »

Tout comme le vêtement, la chaussure nous permet de nous positionner dans la société. Chaque groupe social possède son propre langage vestimentaire et tout particulièrement en ce qui concerne la chaussure. Il suffit de lister les multiples noms qui lui sont associés pour faire naître en nous des représentations sociales bien différenciées : sandales, escarpins, spartiates, bottes, talons aiguilles, ballerines, pantoufles, mules, mocassins, charentaises, babouches, tongs, baskets, sabots, bottines, godasses… Et c’est sans citer les marques ! Certaines personnes surjouent la représentation sociale via leurs chaussures, à la manière de ces adolescents en quête de reconnaissance par le groupe et portant des chaussures dernier cri. Ou à la manière de ces religieux qui proclament leur vœu de liberté en se promenant déchaussés par tous les temps. La chaussure peut être un carcan social, à l’instar des minuscules chaussures des femmes de la Chine impériale, leur rendant toute sortie douloureuse, ou de ces talons aiguilles, véritables instruments de torture pour certaines femmes. Comme tout marqueur socio-économique, la chaussure est vecteur d’inégalités et d’oppressions, qu’elles soient publicitaires, familiales, genrées... Comment expliquer le prix astronomique de certaines sandales légères et éphémères ? La réponse est dans ce que nous entendons par la norme et la valeur d’un bien.

Mais la chaussure est également un instrument d’émancipation. Comme cette pantoufle de vair transformant Cendrillon en princesse d’un soir, ou ces bottes de sept lieues permettant au Petit Poucet, cet enfant va-nu-pied, d’échapper à l’ogre et de sauver ses frères. Pour certaines femmes, la maîtrise de la marche en hauts talons leur permet de s’imposer dans les milieux des hommes d’affaires. Imelda Marcos, épouse de l’ex-dictateur philippin Ferdinand Marcos, ne s’est-elle pas imaginée en Reine de Saba grâce à ses milliers de chaussures ? Le langage de la chaussure peut même être politique : certains se souviennent du soulier de Khrouchtchev aux Nations unies en 19601, d’autres du lancer de chaussures contre Georges W. Bush lors d’une conférence de presse en Irak, en 2008. Ou encore de ces montagnes de chaussures orphelines, dressées à la mémoire des victimes de mines anti-personnel par Handicap International.

La chaussure « voyageuse »

Qu’elle soit de marche ou de randonnée, la chaussure est essentielle au voyage. Comme dit un proverbe africain, ce n’est pas la longueur du chemin qui arrête le voyageur, mais le caillou resté dans sa bottine. Des chaussures peuvent vous emmener au bout du monde, lors de pèlerinages comme celui de Compostelle ou du Gange à condition d’être « bien dans ses basques ». Mais les longs voyages ne sont pas tous des sinécures. On pense à ces routes de migration : les chaussures parlent pour les foules, disent leur épuisement. La peur, la fatigue, la proximité de la mort prennent figure dans ces souliers éventrés, dessemelés, ne tenant plus que par un fil, tout comme la vie de leur propriétaire. Pieds nus, nous entrons dans ce monde, pieds nus nous le quitterons, mais la chaussure est notre fidèle compagne, elle qui nous permet de rester les pieds sur terre.

 


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même dossier

Quand les travailleurs asiatiques revendiquent un salaire plancher

En 2010, le Cambodge et le Bangladesh ont connu des manifestations massives de travailleurs du textile 1, à peine apaisées depuis. Leur revendication ? Un salaire décent. Un des problèmes centraux de l’industrie est en effet la persistance, dans de nombreux pays de production, de salaires trop bas pour permettre aux travailleurs (et surtout travailleuses, qui constituent 85 % de la main-d’œuvre) de vivre dignement. Le salaire vital est pourtant un droit humain fondamental, consacré par le droit...

De l’activisme politique des cordonniers

Naguère libre de son temps et de ses idées, le cordonnier est mis sous pression par la mécanisation. Il se retrouve alors à l’avant-garde des luttes sociales. Sous-traitance et délocalisation achèvent la profession. Quelles leçons tirer de cette histoire ? Le secteur de la chaussure est sans doute moins étudié en sciences sociales que celui du vêtement. Les problèmes sociaux et environnementaux qu’engendrent les nouvelles formes industrielles s’y posent pourtant avec la même acuité. Dès lors, le...

Trouver chaussure à son pied

Quand de se chausser il est question, certains choisissent d’abord une marque, un modèle. D’autres s’enquièrent de qualités intrinsèques : durabilité, esthétique… On peut aussi s’attarder sur les conditions dans lesquelles ces chaussures ont été produites. Ou sur leur prix. Autant de critères qui, en creux, dessinent des manières de faire société. Ou de réinventer le monde. Commençons par évoquer les chaussures de mon ami Lionel. La première fois que je le vis, je fus d’emblée impressionné par s...

Du même auteur

Quel est le prix d’une vie ?

« Toute personne a un prix, l’important est de savoir lequel », disait cyniquement le narcotrafiquant Pablo Escobar. Le marché peut-il tout monétiser ? Le marché peut-il tout vendre et tout acheter ? Étonnamment, la réponse est positive à la première question et négative à la seconde. Et c’est souvent parce qu’on ne distingue pas ces deux questions qu’on se perd dans un labyrinthe sans sortie. L’achat ou la vente de certains biens, tels que la vie humaine, en modifie la nature.D’êtres libres, l...

Faut-il toujours payer ses dettes ?

La Revue Projet referme son dossier sur la dette en quatre points saillants. Retenons-en un : la dette est affaire de courage politique. Commençons par un point sémantique : « Faut-il »appartient au domaine de l’éthique. De fait, certaines dettes sont réputées immorales ou illégitimes, comme celles contractées dans les dictatures des pays du Sud ou le surendettement – souvent inévitable – de certaines familles en précarité. L’obligation renvoie également au juridique : ne pas payer les dettes pe...

La spirale du surendettement

Alors que la crise sanitaire fait basculer de nombreux foyers dans la précarité, les dettes contractées pour assurer ses besoins essentiels – logement, alimentation, études – renforcent la pauvreté. Dès lors, doivent-elles être honorées ? En 2008, à la suite de la crise immobilière aux États-Unis, dix millions de familles ont été expulsées de leur logement car elles ne pouvaient plus honorer leurs dettes. La crise du coron...

1 Une chaussure fut bel et bien posée sur sa table dans l’hémicycle, mais contrairement à ce que retient la mémoire collective, sous l’effet de la propagande américaine de l’époque, il ne l’aurait pas utilisée pour manifester son mécontentement.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules