Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Ceci n’est pas un numéro sur la chaussure

Choisir ses chaussures selon ses convictions

CCO domaine public
CCO domaine public
Matériaux polluants et de mauvaise qualité, délocalisations et conditions de travail indécentes, profits inégalement partagés le long de la chaîne… Les conditions de production de nos chaussures ont de quoi effrayer. Tant de dysfonctionnements pour un objet si courant ? Le consommateur peut certes se résoudre à acheter moins. Mais comment acheter mieux, tout en évitant le greenwashing ?

Si la plupart des marques cherchent à verdir leur chaîne de production, toutes ne questionnent pas en profondeur la durée de vie de leurs produits, les volumes vendus, la longueur de la chaîne de production, etc. Que l’on pense à Décathlon ou à Nike : les deux entreprises montrent un effort louable de transparence. Nike publie la liste de ses fournisseurs et recycle son polyester. Soit. Mais ces mesures sont-elles suffisantes ? Pas sûr. Alors quels critères se donner pour des achats vraiment responsables ? Petit tour d’horizon des « bonnes pratiques » du secteur. À chacun d’orienter ses choix selon sa propre sensibilité.

Une production locale

À Pontacq1 (Pyrénées-Atlantiques) comme à Romans-sur-Isère (Drôme)2, il est encore possible d’acheter directement ses chaussures à l’usine ou à l’atelier. La marque 1083 vend des produits fabriqués en France3. La marque Equal for all, quant à elle, utilise des matériaux espagnols, français ou italiens, et sa fabrication est portugaise. Acheter local permet d’exprimer son refus de l’exploitation de la main-d’œuvre pratiquée dans bien des pays de production, de réduire l’empreinte carbone liée au transport des matériaux et des produits… Et c’est l’occasion d’une véritable écologie relationnelle : être en lien avec son territoire et avec celles et ceux qui ont fièrement façonné nos objets du quotidien. Pourtant, ce n’est pas toujours un argument de vente ! L’entreprise lorraine Mephisto a fait le choix de ne pas préciser que ses chaussures, réputées pour leur robustesse, sont fabriquées en France : « C’est réducteur. C’est trop petit et ne donne pas une vision d’avenir, mais une idée de protection » explique ainsi Rolf Conrad, son secrétaire général4.

Des salaires justes

Certaines marques préfèrent au contraire garder leur production en Afrique, pour y développer une boucle positive de fierté des producteurs et de salaires justes, qui peuvent être injectés dans l’économie locale. C’est le cas de Sawa, producteur de baskets, qui a en Éthiopie une politique de salaires décents et de contrats permanents. Chez Panafrica, on achète les tissus wax des chaussures colorées au prix juste à des petits producteurs d’Afrique de l’Ouest, jusqu’à trois fois plus cher que les tissus chinois, et on privilégie le coton biologique et les teintures naturelles. L’assemblage des modèles, au Maroc, se fait dans un contexte protecteur : formation continue, contrats durables, congés payés, couverture santé… 10 % des bénéfices de la marque sont reversés à des associations partenaires. En Amérique latine, la marque Perús finance un jour d’école dans une banlieue pauvre de Cuzco (Pérou) pour chaque paire achetée !

Des matériaux écolos

Évidemment, le type de matériaux utilisés, la façon de les récolter et de les traiter, ainsi que la pollution et les déchets produits peuvent faire grandement varier l’empreinte écologique de la production d’une paire de chaussures. De nombreuses marques concentrent leurs efforts sur cet aspect. Ekyog, par exemple, qui vend plutôt des vêtements, propose des modèles tannés, selon son site, « avec des produits à base de plantes : écorces d’arbres, extraits de végétaux ; une solution plus respectueuse de la nature que le tannage au chrome du cuir traditionnel » (et qui évite les allergies au chrome, de plus en plus courantes).

Longue vie à nos chaussures

Le site britannique BuyMeOnce.com recense des produits de tous types à garantie longue. En bonne place, on y trouve les chaussures Doc Martens, garanties à vie. Mais aussi la marque française Veja (voir plus loin). Plus ambitieux encore, aurait-on inventé les chaussures réparables infiniment ? En 2016, Quang Pham, étudiant à Virginia Tech (États-Unis), a remporté un prix au « Cradle to cradle design challenge » pour ses chaussures entièrement démontables et adaptables – un prix décerné par un institut californien5 bien installé récompensant chaque année quelques produits innovants triés sur le volet. « La chaussure est divisée en cinq composants » nous a-t-il expliqué. « Doublure intérieure, semelle extérieure, contrefort de talon, câblage élastique et embout de pied. La doublure intérieure de la chaussette est en laine, un matériau naturel hypoallergénique aux propriétés d’évacuation de l’humidité. La protection des orteils et les fils latéraux élastiques sont faits d’un mélange de coton et de bambou (le bambou pousse rapidement, sans pesticide). Et je me suis inspiré d’Adidas6 pour la semelle, imprimée en 3D à partir de plastiques recyclés (polyéthylène téréphtalate, PET, que l’on trouve couramment dans les bouteilles d’eau en plastique). Et toutes les pièces peuvent être changées, au fur et à mesure que la chaussure vieillit.7 » Reste à mettre l’idée en pratique, ce qui n’est pas dans les projets de l’étudiant. Espérons que d’autres s’en saisiront !

Éthique sociale et environnementale

La marque Veja présente l’intérêt de remplir plusieurs critères environnementaux. Leur coton, bio, suit les principes du commerce équitable : il est acheté à un prix presque deux fois plus élevé que celui du marché. Le caoutchouc des semelles est naturel ; il est acheté directement aux communautés amazoniennes qui le récoltent et le transforment de façon traditionnelle, dans la réserve brésilienne Chico Mendes8. La fabrication est réalisée au Brésil, dans une usine où les employés, fortement syndiqués, gagnent un salaire correct, pour un temps de travail réglementé. Puis la logistique est confiée en France à Ateliers sans frontières, un chantier d’insertion par le travail. Tout cela est fait dans une grande transparence. Même les contrats avec les fournisseurs sont disponibles sur leur site ! Par ailleurs, un modèle sur quatre est vegan. « Nos baskets, avancent-ils, coûtent cinq fois plus cher à produire que les baskets des grandes marques », du fait des choix d’approvisionnement. Mais l’absence totale de publicité permet à Veja de vendre ses chaussures au même prix que ses concurrents.

La marque allemande Ethletic semble avoir également développé une démarche très poussée de production responsable : ateliers avec travailleurs organisés, principes du commerce équitable, coton biologique labellisé Max Havelaar… Ce fut la première marque de sport à verser volontairement 15 % du prix de vente de ses produits à l’association de protection sociale des travailleurs de ses installations de production.

Si l’on peut se féliciter du fait que ces démarches montrent la voie à suivre, elles reposent pour l’instant sur quelques bonnes volontés. Reste à ce que le politique s’en mêle, pour que la dignité des travailleurs et la sauvegarde de la planète ne soient plus en option !

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Le clerc en sursis ?

La plupart des confessions religieuses excluent les femmes des charges sacerdotales. Pour combien de temps ? Patriarcale au superlatif, l’Église catholique voit son modèle vaciller. Le patriarcat demeure la règle dans le monde religieux. Dans des contextes très différents, les trois monothéismes le pratiquent. Tous invisibilisent les femmes, contrôlent leur corps et les tiennent éloignées de la sphère publique. Circonstance aggravante, ce bastion bien défendu l’est par...

Du même dossier

Vivarte, le savetier et le financier…

Depuis 2012, le groupe du textile et de la chaussure Vivarte enchaîne plans sociaux et restructurations. Comment ne pas voir, derrière ce gâchis industriel et social, le rôle de l’industrie financière, avec ses « LBO » et ses fonds de « private equity » ? Un article pour comprendre comment l’économie se financiarise et en mesurer l’impact. « Un savetier chantait du matin jusqu’au soir ». Ce faisant, il tire de sa somnolence un financier, auquel la peur de se faire voler a ôté le sommeil. Ce dern...

Sous la chaussure, l’empreinte

Objet utilitaire devenu article de mode, la chaussure de sport fait aujourd’hui partie des biens de grande consommation. Pour en diminuer l’impact carbone, il importe de bien le comprendre… Chaussures de running, de jogging, de trail, de fast hiking ou de cross, chaussures de randonnée, de zumba ou de golf, sans compter les tennis « qui vont avec tout » : les chaussures de sport se sont diversifiées et le volume de leur production atteint aujourd’hui des sommets. Avec 34 millions de paires produ...

Trouver chaussure à son pied

Quand de se chausser il est question, certains choisissent d’abord une marque, un modèle. D’autres s’enquièrent de qualités intrinsèques : durabilité, esthétique… On peut aussi s’attarder sur les conditions dans lesquelles ces chaussures ont été produites. Ou sur leur prix. Autant de critères qui, en creux, dessinent des manières de faire société. Ou de réinventer le monde. Commençons par évoquer les chaussures de mon ami Lionel. La première fois que je le vis, je fus d’emblée impressionné par s...

Du même auteur

Pour une écologie décoloniale

Pour Malcom Ferdinand, les dégradations environnementales sont indissociables des rapports de domination raciale. Elles découlent de notre mode d’habiter la Terre, d’un sentiment de légitimité à se l’approprier. Au regard du passé, il nous revient de le réinventer. On accuse souvent les activités humaines de l’ère industrielle d’être responsables des dégradations environnementales en cours. Or vous soulignez que cette manière de ...

La « double peine » des petits producteurs ruraux

Partout, le travail des communautés rurales est affecté par le changement climatique. Souvent, un phénomène d’exclusion sociale s’ajoute à cette vulnérabilité. Mais des mouvements s’organisent pour rompre ce cercle vicieux, grâce notamment au levier de l’éducation. Les producteurs de maïs aux Philippines, les Dalits, ces « intouchables », et les communautés tribales en Inde, les 75 % de la population en Amériqu...

Plaidoyer pour un travail juste et solidaire

Rêver collectivement le futur du travail comme partie intégrante de la transition écologique : pendant deux ans, un groupe international d’acteurs sociaux s’est attelé à cette tâche. Le plaidoyer qui suit est inspiré du « Manifeste pour un travail décent et durable », qui regroupe leurs constats et recommandations collectives. Pour identifier les germes du monde de demain dans celui d’aujourd’hui, un groupe internation...

1 Cf. l’article d’Aurore Chaillou dans ce dossier : « Chaussures ‘Made in Béarn’ : pourvu que ça dure ».

2 Cf. l’article de Pierre-Jean Cottalorda, Cécile Renouard et al. dans ce dossier.

3 Sur l’Hexagone, les deux points les plus éloignés sont à 1083 km de distance [NDLR].

4 Bernard Kratz, « Mephisto a dépassé le made in France », Le Républicain lorrain, 9/01/2012.

5 Le « Cradle to cradle products innovations institute ».

6 Pour sa ligne de chaussures Parley, Adidas utilise des plastiques océaniques et les transforme.

7 Propos recueillis par Jean Merckaert et Louise Roblin en juillet 2018.

8 Chico Mendes (1944-1988), militant de la protection de la forêt amazonienne, a été assassiné par des propriétaires terriens au nom de ses idéaux.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules