Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Réfugiés : sortir de l'impasse

Le choix de l’hospitalité


Que l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle ne puisse plus être écartée avec certitude, en dit long sur le raidissement de la société française. Dans un tel contexte, le risque est grand que l’accueil des étrangers ne devienne, toujours davantage, un tabou. Comme si, pour paraître « responsable », il fallait donner des gages sur la fermeture de nos frontières, rivaliser dans les obstacles mis sur la route de l’exil. Laisser mourir, en mer ou dans nos rues, pour ne pas alimenter « l’appel d’air », selon la funeste théorie invoquée à l’envi. Telle est la tendance poursuivie par les gouvernements français successifs. Sur ce terrain, l’extrême droite a déjà gagné.

Dans cette indignité infligée aux hommes, aux femmes et aux enfants qui frappent à notre porte, en quête d’un havre de paix, se joue pourtant notre propre dignité (cf. J. Toubon). Quel sens peut avoir une société qui organise sa surdité à tout appel au secours, en les tenant à distance en Libye, en Grèce ou en Turquie (cf. M. H. Magba) ? Quel socle peut fonder un pays qui proclame la liberté et l’égalité mais renonce à l’hospitalité fraternelle (cf. M. Tardis) ? Quel souffle peut inspirer une Union européenne dont les États, en vertu des accords de Dublin, ne cessent de balloter des vies humaines d’un rejet à l’autre (cf. M. Trépanier) ?

Cette voie est sans issue. Sans issue pour les demandeurs d’asile, privés de leur destin, empêchés de travailler (cf. JRS), dispersés quand ils s’organisent (cf. V. de Coninck). L’impasse est inscrite dans le droit, quand celui-ci institue un tri forcément arbitraire (cf. K. Akoka) entre « bons réfugiés » et « mauvais migrants », en vertu de textes internationaux auquel il est devenu prudent de ne pas toucher (cf. F. Gemenne). L’impasse est patente aussi pour celles et ceux qui, refusant de laisser mourir devant leurs portes, se voient empêchés dans leur solidarité par les forces de l’ordre (cf. Collectif Solidarité Migrants Wilson), menacés de devoir en répondre pénalement (cf. D. Lochak). En renonçant à faire de l’accueil notre mouvement premier, c’est à notre propre humanité que nous tournons le dos. De qui se détournera-t-on, ensuite, si l’on voit l’autre comme une menace ? Si l’ouverture à l’altérité cesse de nous guider ?

Mais de cet avenir rabougri, beaucoup ne veulent heureusement pas. Un peu partout en France, ce n’est pas le visage de l’ostracisme que l’on rencontre, mais celui de l’hospitalité. Chez des particuliers ou à l’initiative de collectifs, d’associations, renouant ainsi avec cette tradition qui considérait l’étranger comme un hôte, qu’il s’agissait d’honorer en tant qu’ambassadeur d’un ailleurs qui vient enrichir notre famille humaine. Un étranger qu’il ne s’agit pas « d’assimiler » à la société d’accueil – l’Église catholique réfute d’ailleurs cette injonction tout autant que le maintien à l’écart (cf. C. Mellon), en appelant à un ajustement réciproque. L’hospitalité est souvent féconde, pour celles et ceux qui s’y risquent : pour ces familles qui s’élargissent aux dimensions du monde (cf. L. Froitier), pour ces villages dont le club de foot reprend du poil de la bête, pour tous ces lieux où le tissu social est revivifié par l’accueil, le collectif se découvrant capable d’un projet porteur en commun (cf. L. Leclair).

Mais l’hospitalité reste une prise de risque. Aussi bien, comme le rappellent Fabienne Brugère et Guillaume Leblanc, elle ne saurait être seulement « un supplément d’âme moral ou privé ». Elle peut s’appuyer sur ce ressort éthique, s’en inspirer, mais « doit reposer sur une solution collective, et donc politique »1. Redevenir ce qu’elle fut, en somme : un droit, pour toute personne en danger dans son propre pays, avec des institutions (cf. P. Brice) pour le faire respecter. Kant, qui avait formulé cet impératif, ne versait pas dans l’angélisme : si le droit à une hospitalité provisoire est inconditionnel, l’accueil durable reste du ressort de chaque État. Bien des villes, en Allemagne (cf. S. Hinger) et ailleurs (cf. M.D. Dreyssé), se sont montrées dignes de cet héritage. Puissent-elles convaincre qu’il existe un réalisme de l’hospitalité. Que, même dans l’intérêt bien compris de nos sociétés, « l’accueil est préférable à l’abandon », « la bienveillance est plus porteuse que la malveillance »2.




Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

Accueillir aussi les déboutés du droit d’asile

Chaque année, 2000 à 3000 personnes demandent l’asile à Strasbourg. Une ville qui fait le pari de l’hospitalité, même pour ceux qui ne se voient pas reconnaître le statut de réfugié. Accueillir des réfugiés au plan local, c’est d’abord exprimer des messages, affirmer des valeurs de solidarité et d’ouverture, refuser le commerce électoral de la peur, lutter contre les fantasmes propagés par les populismes. Ces migrations auxquelles nous assistons relèvent, bien sûr, de crises humanitaires, géopol...

Le pari de la réciprocité

Trois ans après avoir obtenu leur statut, seuls 12% des réfugiés déclarent avoir encore des liens avec des Français. Autrement dit, une fois passée l'étape administrative, les espaces de rencontres sont encore trop rares. Comment aller au-delà de la relation aidant/aidé pour valoriser les expériences et capacités de chacun ? Le programme Welcome Jeunes propose quelques solutions pour changer de paradigme. Au sein du JRS France [Jesuit Refugee Service, NDLR], dont la mission est d’accompagner, de...

Réfugiés : quand l'Europe se déleste sur la Turquie

Par l'accord du 18 mars 2016, l'Union européenne sous-traite ses demandeurs d'asile à la Turquie. Se soucie-t-elle seulement du sort qui leur y est réservé ? Et des milliers de personnes parquées en Grèce ? Analyse. ContexteDe nombreux migrants passent par la Turquie pour atteindre l’Europe, via la Bulgarie ou la Grèce, en empruntant des routes dangereuses : des réfugiés venus du Moyen-Orient, mais d’autres aussi de l’Afrique du Nord et de l’Afrique sub-saharienne ou de l’Asie. Tous veulent tent...

Du même auteur

Affronter les questions ultimes

La crise écologique questionne, de manière fondamentale, le destin de l’humanité sur la planète terre. Elle invite à relire les textes fondateurs de la tradition judéo-chrétienne qui sont déjà au cœur des débats contemporains. Crise, catastrophe, effondrement… Nous discutons encore des termes, de l’imminence, de la durée, de l’importance de ce qui nous attend… Les signes, pourtant, sont déjà là : cyclones, sécheresses, tensions sur les marchés des matières premières, réfugiés climatiques… : « La...

Europe : reprendre en main notre destin

Qui l’Europe actuelle fait-elle encore rêver ? En son nom, on démantèle l’État-providence sur l’autel de la dette. On prive d’horizon la moitié des jeunes de Grèce, d’Espagne ou du Portugal. On tient le registre macabre des corps en Méditerranée. En son nom, la Commission négocie un traité transatlantique qui, s’il était adopté, marquerait l’étape ultime de capture de nos souverainetés par des intérêts privés. Devant ce sombre tableau, la tentation majoritaire est à la résignation ou au repli. ...

L’enseignement catholique au défi de la fracture scolaire

Qui doit s’occuper des 122 000 jeunes qui sortent chaque année de l’école sans aucun diplôme ou avec seulement le brevet des collèges ? Le mal est profond : le taux de décrochage, voire de phobie scolaire, augmente tous les ans. Et les conséquences sont graves. Dans une société où s’installe le chômage de masse, ces jeunes sont voués aux petits boulots, à tenir les murs dans les cités, à toutes sortes de dérives. Lors de la dernière convention de l’enseignement catholique, Claude Thélot a ferme...

1 F. Brugère et G. Leblanc, La fin de l’hospitalité, Flammarion, 2017, p. 31 et p. 58.

2 Idem, p. 195


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules