Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Réfugiés : sortir de l'impasse

Le choix de l’hospitalité


Que l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle ne puisse plus être écartée avec certitude, en dit long sur le raidissement de la société française. Dans un tel contexte, le risque est grand que l’accueil des étrangers ne devienne, toujours davantage, un tabou. Comme si, pour paraître « responsable », il fallait donner des gages sur la fermeture de nos frontières, rivaliser dans les obstacles mis sur la route de l’exil. Laisser mourir, en mer ou dans nos rues, pour ne pas alimenter « l’appel d’air », selon la funeste théorie invoquée à l’envi. Telle est la tendance poursuivie par les gouvernements français successifs. Sur ce terrain, l’extrême droite a déjà gagné.

Dans cette indignité infligée aux hommes, aux femmes et aux enfants qui frappent à notre porte, en quête d’un havre de paix, se joue pourtant notre propre dignité (cf. J. Toubon). Quel sens peut avoir une société qui organise sa surdité à tout appel au secours, en les tenant à distance en Libye, en Grèce ou en Turquie (cf. M. H. Magba) ? Quel socle peut fonder un pays qui proclame la liberté et l’égalité mais renonce à l’hospitalité fraternelle (cf. M. Tardis) ? Quel souffle peut inspirer une Union européenne dont les États, en vertu des accords de Dublin, ne cessent de balloter des vies humaines d’un rejet à l’autre (cf. M. Trépanier) ?

Cette voie est sans issue. Sans issue pour les demandeurs d’asile, privés de leur destin, empêchés de travailler (cf. JRS), dispersés quand ils s’organisent (cf. V. de Coninck). L’impasse est inscrite dans le droit, quand celui-ci institue un tri forcément arbitraire (cf. K. Akoka) entre « bons réfugiés » et « mauvais migrants », en vertu de textes internationaux auquel il est devenu prudent de ne pas toucher (cf. F. Gemenne). L’impasse est patente aussi pour celles et ceux qui, refusant de laisser mourir devant leurs portes, se voient empêchés dans leur solidarité par les forces de l’ordre (cf. Collectif Solidarité Migrants Wilson), menacés de devoir en répondre pénalement (cf. D. Lochak). En renonçant à faire de l’accueil notre mouvement premier, c’est à notre propre humanité que nous tournons le dos. De qui se détournera-t-on, ensuite, si l’on voit l’autre comme une menace ? Si l’ouverture à l’altérité cesse de nous guider ?

Mais de cet avenir rabougri, beaucoup ne veulent heureusement pas. Un peu partout en France, ce n’est pas le visage de l’ostracisme que l’on rencontre, mais celui de l’hospitalité. Chez des particuliers ou à l’initiative de collectifs, d’associations, renouant ainsi avec cette tradition qui considérait l’étranger comme un hôte, qu’il s’agissait d’honorer en tant qu’ambassadeur d’un ailleurs qui vient enrichir notre famille humaine. Un étranger qu’il ne s’agit pas « d’assimiler » à la société d’accueil – l’Église catholique réfute d’ailleurs cette injonction tout autant que le maintien à l’écart (cf. C. Mellon), en appelant à un ajustement réciproque. L’hospitalité est souvent féconde, pour celles et ceux qui s’y risquent : pour ces familles qui s’élargissent aux dimensions du monde (cf. L. Froitier), pour ces villages dont le club de foot reprend du poil de la bête, pour tous ces lieux où le tissu social est revivifié par l’accueil, le collectif se découvrant capable d’un projet porteur en commun (cf. L. Leclair).

Mais l’hospitalité reste une prise de risque. Aussi bien, comme le rappellent Fabienne Brugère et Guillaume Leblanc, elle ne saurait être seulement « un supplément d’âme moral ou privé ». Elle peut s’appuyer sur ce ressort éthique, s’en inspirer, mais « doit reposer sur une solution collective, et donc politique »1. Redevenir ce qu’elle fut, en somme : un droit, pour toute personne en danger dans son propre pays, avec des institutions (cf. P. Brice) pour le faire respecter. Kant, qui avait formulé cet impératif, ne versait pas dans l’angélisme : si le droit à une hospitalité provisoire est inconditionnel, l’accueil durable reste du ressort de chaque État. Bien des villes, en Allemagne (cf. S. Hinger) et ailleurs (cf. M.D. Dreyssé), se sont montrées dignes de cet héritage. Puissent-elles convaincre qu’il existe un réalisme de l’hospitalité. Que, même dans l’intérêt bien compris de nos sociétés, « l’accueil est préférable à l’abandon », « la bienveillance est plus porteuse que la malveillance »2.




Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Par-delà les plafonds de verre

Les migrations féminines sont longtemps demeurées à l’ombre des gros titres et de l’attention générale dans les pays dits d’accueil. Pourtant, elles représentent aujourd’hui plus de la moitié des personnes migrantes. A-t-on enfin dépassé l’angle mort ?Un pan du voile a certes été levé au début de la pandémie du Covid-19. L’utilité sociale de certains métiers (caissières, aide à domicile, employées d’entretien, etc.) a jeté une lumière neuve sur celles qui les occupent : très souvent, des citoye...

Conditions du travail à Madagascar

Chaque société entretient avec la sphère du travail un rapport particulier qui dépend d’abord de sa culture et de son histoire, ensuite de son niveau de développement économique et social. L’exemple de Madagascar relève d’une situation globalement partagée par la plupart des pays africains subsahariens – sauf l’Afrique du Sud. Ces pays ont en commun la prédominance de la tradition et de l’oralité, et l’expérience de la domination coloniale. Et ils connaissent aujourd’hui des changements sociaux...

Du même dossier

Droits de l’homme : tenir notre promesse

Que pense le Défenseur des droits de la façon dont les étrangers sont accueillis et traités sur notre territoire ? L'avis de Jacques Toubon ou comment la France regarde les individus d'abord en fonction de leur nationalité et non de leur individualité. Les différentes lois relatives aux conditions d’entrée et de séjour des étrangers ont, à de rares exceptions, conduit à une régression de la situation des étrangers. Ce faisant, elles ont renforcé la banalisation, dans les esprits et dans le droit...

Les migrants au village

En milieu rural, l’arrivée de migrants constitue un événement. Elle suscite certes des peurs, mais quand les habitants se mobilisent, elle peut aussi revitaliser un tissu social fragilisé. Reportage en février 2017, dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne. À Penne (81), Emad est arrivé voici cinq mois. « Je viens de signer mon CDI », dit l’homme souriant, à la cinquantaine bien mordue. Comme tous les employés de la fromagerie, il marche en crocs et porte une charlotte blanche sur le dessus de la tête...

Aux racines de la crispation anti-migrants

D’où vient la crainte farouche que suscite chez certains l’arrivée de personnes migrantes ? Pour le sociologue Hartmut Rosa, spécialiste de l’accélération, la peur de l’autre résulte notamment du fait que l’on ne se sent pas soi-même reconnu et considéré. C’est vrai : si nous les laissons entrer chez nous et si nous acceptons d’avoir affaire avec eux, les réfugiés vont nous changer ; nous nous transformerons et serons bientôt différents de ce que nous sommes aujourd’hui ! En ce sens, ce serait c...

Du même auteur

Affronter les questions ultimes

La crise écologique questionne, de manière fondamentale, le destin de l’humanité sur la planète terre. Elle invite à relire les textes fondateurs de la tradition judéo-chrétienne qui sont déjà au cœur des débats contemporains. Crise, catastrophe, effondrement… Nous discutons encore des termes, de l’imminence, de la durée, de l’importance de ce qui nous attend… Les signes, pourtant, sont déjà là : cyclones, sécheresses, tensions sur les marchés des matières premières, réfugiés climatiques… : « La...

Europe : reprendre en main notre destin

Qui l’Europe actuelle fait-elle encore rêver ? En son nom, on démantèle l’État-providence sur l’autel de la dette. On prive d’horizon la moitié des jeunes de Grèce, d’Espagne ou du Portugal. On tient le registre macabre des corps en Méditerranée. En son nom, la Commission négocie un traité transatlantique qui, s’il était adopté, marquerait l’étape ultime de capture de nos souverainetés par des intérêts privés. Devant ce sombre tableau, la tentation majoritaire est à la résignation ou au repli. ...

L’enseignement catholique au défi de la fracture scolaire

Qui doit s’occuper des 122 000 jeunes qui sortent chaque année de l’école sans aucun diplôme ou avec seulement le brevet des collèges ? Le mal est profond : le taux de décrochage, voire de phobie scolaire, augmente tous les ans. Et les conséquences sont graves. Dans une société où s’installe le chômage de masse, ces jeunes sont voués aux petits boulots, à tenir les murs dans les cités, à toutes sortes de dérives. Lors de la dernière convention de l’enseignement catholique, Claude Thélot a ferme...

1 F. Brugère et G. Leblanc, La fin de l’hospitalité, Flammarion, 2017, p. 31 et p. 58.

2 Idem, p. 195


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules