Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Comment se réapproprier l’Europe ?

Europe : reprendre en main notre destin

Euromaidan-Paris©Artem Kononenko/Wikipedia/CC
Euromaidan-Paris©Artem Kononenko/Wikipedia/CC

Qui l’Europe actuelle fait-elle encore rêver ? En son nom, on démantèle l’État-providence sur l’autel de la dette. On prive d’horizon la moitié des jeunes de Grèce, d’Espagne ou du Portugal. On tient le registre macabre des corps en Méditerranée. En son nom, la Commission négocie un traité transatlantique qui, s’il était adopté, marquerait l’étape ultime de capture de nos souverainetés par des intérêts privés. Devant ce sombre tableau, la tentation majoritaire est à la résignation ou au repli. Que le Parlement européen concentre plus de pouvoirs n’empêchera pas l’abstention de progresser aux prochaines élections. Comme si les politiques menées nous échappaient. Comme si elles avaient quelque chose d’inéluctable. Prime, alors, à celles et ceux qui, aux extrêmes, désignent des cibles faciles à la vindicte.

Certes, le cri venu de la place Maïdan rappelle la force de l’idéal démocratique qu’incarne, aux yeux des manifestants de Kiev, l’Union européenne (cf. P. Cox). Il ravive aussi l’idée d’une culture commune aux peuples d’Europe (cf. J. Kristeva). Mais, en son sein, être pour ou contre n’a guère de sens : l’Union européenne est déjà là (comme le souligne l’excellent éditorial du numéro de janvier 2014 de Vacarme : « Repolitisons les politiques européennes »). Décider ce que nous en faisons est la seule question qui vaille. Sans céder au fatalisme. Car sans alternance, il n’est point de démocratie (cf. J. Galbraith). Non, nous ne sommes pas esclaves de la dette. La zone euro a renoncé à battre monnaie, poussant les États à devenir locataires de l’argent des banques. Mais cette situation est-elle gravée dans le marbre, alors qu’elle n’a pas trente ans ? Non, la mondialisation n’est pas davantage ce mouvement inexorable qui conduirait nos sociétés à toujours s’adapter à la concurrence planétaire. Certes, l’extraordinaire mobilité des capitaux, des biens et des services place ses bénéficiaires en position de force quand les États ne légifèrent qu’à l’échelle d’un territoire. Mis en concurrence, ils n’hésitent pas à pratiquer un dumping social (cf. D. Clerc) et fiscal au sein même de l’UE. Mais c’est bien l’Europe qui a promu cette libéralisation sans contrepartie. Ne peut-elle faire le mouvement inverse, réinvestir son industrie (cf. P. Defraigne) et opposer aux capitaux vagabonds un socle social et fiscal harmonisé ? Remettre la finance à sa place (cf. P. de Lauzun et T. Philipponnat) et réorienter l’épargne pour faire face au défi climatique (cf. J.-C. Hourcade) ?

« On n’y peut rien, c’est Bruxelles »… Ne nous y trompons pas ! L’UE ne forme pas un tout, elle repose sur un trépied. Le Conseil européen rassemble les États membres. La Commission (35 000 fonctionnaires seulement) est censée insuffler l’esprit communautaire. Le Parlement prend désormais l’initiative de certains textes et les adopte tous (codécision ou simple droit de veto). Mais, dans cette trinité-là, ce sont bien les 28 États qui patronnent l’Union ! Autrement dit, l’Europe est entre nos mains. Se la réapproprier suppose que nos États s’y investissent. Et y investissent, pour que la solidarité européenne (cf. J. Habermas) ne reste pas un vain mot : difficile de mener des politiques communes avec un budget aussi dérisoire (1 % du Pib)… Or, réunies, la France et l’Allemagne comptent pour 50 % du Pib de la zone euro.

La construction européenne a partie liée avec l’engagement des chrétiens. Mais de la pensée sociale de l’Église, les artisans des évolutions récentes ont fait une application sélective. Là où le principe de subsidiarité invite à interroger en permanence le niveau de prise de décision pertinent, ils ont voulu voir la consécration du tout-marché, au détriment de la solidarité. Omettant d’autres principes tout aussi essentiels : le bien commun, l’option prioritaire pour les pauvres, la destination universelle des biens. Ou encore, « permettre à tous les peuples de devenir eux-mêmes les artisans de leur destin » (Populorum progressio, 65), selon l’horizon dessiné par Paul VI aux pays en développement.

À lire dans la question en débat
« Comment se réapproprier l’Europe ? »

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Du même dossier

« L’Europe actuelle ne fait pas davantage rêver que la Chine »

Entretien - En privilégiant les droits des banques et des multinationales sur ceux des citoyens, les dirigeants renoncent aux valeurs de l’Europe. Et font le lit de l’extrême droite. L’économiste américain James Galbraith défend la possibilité d’une véritable alternance, propositions à l’appui. Revue Projet – Vous rappelez que l’Italie, l’Espagne ou le Portugal ont fait le choix de l’Europe pour mettre à distance leur passé fasciste. Cinquante ans plus tard, on s’attend à une forte poussée des e...

Industrie européenne : l’heure des choix

Fonder la prospérité européenne sur les services est un leurre. Mais face à la désindustrialisation, l’UE réagit de façon désordonnée, avec des moyens dérisoires. Elle met ses États membres en compétition, au lieu d’investir dans l’intégration de ses grands groupes industriels et dans la promotion des PME à travers un appui massif à l’innovation, à l’économie circulaire et au capital humain. L’Europe a subi le choc de la globalisation dans ses œuvres vives, l’industrie manufacturière dont elle p...

Homo europaeus : existe-t-il une culture européenne ?

L’Europe serait KO ? Au contraire : « Sans l’Europe, ce sera le chaos », selon la philosophe Julia Kristeva, qui voit dans la culture européenne bien des trésors : le doute, le dialogue entre les langues, le sens de la nation et de la liberté, la place des femmes, la sécularisation… Citoyenne européenne, de nationalité française, d’origine bulgare et d’adoption américaine, je ne suis pas insensible aux amères critiques, mais j’entends aussi le désir de l’Europe et de sa culture. Face à la crise ...

Du même auteur

Le choix de l’hospitalité

Que l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle ne puisse plus être écartée avec certitude, en dit long sur le raidissement de la société française. Dans un tel contexte, le risque est grand que l’accueil des étrangers ne devienne, toujours davantage, un tabou. Comme si, pour paraître « responsable », il fallait donner des gages sur la fermeture de nos frontières, rivaliser dans les obstacles mis sur la route de l’exil. Laisser mourir, en mer ou dans nos rues, pour n...

Affronter les questions ultimes

La crise écologique questionne, de manière fondamentale, le destin de l’humanité sur la planète terre. Elle invite à relire les textes fondateurs de la tradition judéo-chrétienne qui sont déjà au cœur des débats contemporains. Crise, catastrophe, effondrement… Nous discutons encore des termes, de l’imminence, de la durée, de l’importance de ce qui nous attend… Les signes, pourtant, sont déjà là : cyclones, sécheresses, tensions sur les marchés des matières premières, réfugiés climatiques… : « La...

L’enseignement catholique au défi de la fracture scolaire

Qui doit s’occuper des 122 000 jeunes qui sortent chaque année de l’école sans aucun diplôme ou avec seulement le brevet des collèges ? Le mal est profond : le taux de décrochage, voire de phobie scolaire, augmente tous les ans. Et les conséquences sont graves. Dans une société où s’installe le chômage de masse, ces jeunes sont voués aux petits boulots, à tenir les murs dans les cités, à toutes sortes de dérives. Lors de la dernière convention de l’enseignement catholique, Claude Thélot a ferme...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules