Logo du site

« Europe : revenir à la raison »

Romano Prodi
Responsable politique

Entretien – Pour l’ancien président de la Commission européenne, Romano Prodi, l’euroscepticisme est la preuve qu’il nous faut plus d’Europe. Il esquisse les paradoxes de l’Union et les défis qu’elle doit relever face à la montée des nationalismes. Entretien Pour l'ancien président de la Commission européenne Romano Prodi l'eur...

Aux urnes, citoyens européens !

Geneviève Colas
Acteur de terrain

Un climat de méfiance s'est installé chez les citoyens à l'égard des institutions européennes L'Union est perçue comme imposant des politiques exigeant des efforts des populations une image accentuée en période de tensions économiques et sociales Dès lors que la paix valeur fondatrice du processus d'intégration ne semble plus menacée l...

Pour une nouvelle épopée européenne

Pierre Calame et Patrick Lusson
Acteur de terrain

L’Europe ne nous fait plus rêver : il est temps de lui insuffler un deuxième souffle, d’oser inventer une Europe nouvelle, plus démocratique, plus responsable et plus respectueuse de l’environnement. De lui faire vivre, en somme, une nouvelle épopée. L'Europe ne nous fait plus rêver il est temps de lui insuffler un deuxième souffle d'o...

L’Europe et nous

ATD Quart Monde
Droit de cité

Les Universités populaires Quart Monde sont des lieux de réflexion où des personnes vivant dans la grande pauvreté s’entraînent à exprimer leur pensée en la confrontant, notamment, à celle de personnes qui n’ont pas vécu la pauvreté (les alliés). En novembre 2013, à Paris, le thème était l’Europe. Il a fallu apprivoiser le sujet...

Homo europaeus : existe-t-il une culture européenne ?

Julia Kristeva
Question de sens

L’Europe serait KO ? Au contraire : « Sans l’Europe, ce sera le chaos », selon la philosophe Julia Kristeva, qui voit dans la culture européenne bien des trésors : le doute, le dialogue entre les langues, le sens de la nation et de la liberté, la place des femmes, la sécularisation… L'Europe serait KO Au contraire Sans l'Europe ce sera ...

Le social, jambe atrophiée de l’Europe

Denis Clerc
Chercheur

L’Europe délaisse le social au profit de l’économique. L’économiste Denis Clerc revient sur la construction de l’Union pour examiner cette idée largement partagée aujourd’hui : le libéralisme l’emporte-t-il en tous points ? Que reste-t-il de social à l’Europe aujourd’hui ? L'Europe délaisse le social au profit de l'économiq...

Europe : reprendre en main notre destin

Bertrand Hériard Dubreuil et Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Qui l'Europe actuelle fait elle encore rêver En son nom on démantèle l'État providence sur l'autel de la dette On prive d'horizon la moitié des jeunes de Grèce d'Espagne ou du Portugal On tient le registre macabre des corps en Méditerranée En son nom la Commission négocie un traité transatlantique qui s'il était adopté marquerait l'ét...

« Pensons une rupture pacifique et démocratique »

Teresa Forcades
Vu d'ailleurs

Intellectuelle de gauche, indépendantiste, révolutionnaire et anticapitaliste. C’est ainsi que la BBC a présenté Teresa Forcades, cette bénédictine catalane investie en Espagne dans le « Procés Constituent » qui vise un changement de modèle économique, institutionnel et politique. Elle ponctue régulièrement ses interventions de réf...

Démocratie, solidarité et crise européenne

Jürgen Habermas
Question de sens

Pour la Commission, la démocratisation de l’Union européenne est un horizon lointain. Mais comment contenir le néolibéralisme sans légitimation populaire ? Pour Jürgen Habermas, seule une Union politique, fondée sur la solidarité, permettra de sortir du piège technocratique. L’Allemagne en détient les clés. Comprendra-t-elle qu’il ...

Europe : le devoir d’être optimiste

Pat Cox
Responsable politique

L’Union européenne fut davantage consentie (pour échapper à la guerre) que voulue par les citoyens européens. Incapable de répondre au drame social en Europe du Sud, elle fait l’objet d’un rejet croissant. Mais la foi dans l’UE de l’ancien président du Parlement européen, le libéral irlandais Pat Cox, est intacte. Pourvu que la Fr...

Industrie européenne : l’heure des choix

Pierre Defraigne
Chercheur

Fonder la prospérité européenne sur les services est un leurre. Mais face à la désindustrialisation, l’UE réagit de façon désordonnée, avec des moyens dérisoires. Elle met ses États membres en compétition, au lieu d’investir dans l’intégration de ses grands groupes industriels et dans la promotion des PME à travers un appui mass...

« L’Europe actuelle ne fait pas davantage rêver que la Chine »

James Galbraith
Chercheur

Entretien - En privilégiant les droits des banques et des multinationales sur ceux des citoyens, les dirigeants renoncent aux valeurs de l’Europe. Et font le lit de l’extrême droite. L’économiste américain James Galbraith défend la possibilité d’une véritable alternance, propositions à l’appui. Entretien En privilégiant les droit...

L’Europe otage de la finance ?

Pierre de Lauzun et Thierry Philipponnat
Acteur de terrain

Entretien – La crise financière a plongé l’Europe dans le marasme. Comment protéger l’économie (et l’argent public) des dérives de la finance ? Comment s’assurer de l’utilité des banques pour la société ? Pour en débattre, deux personnalités que tout oppose. Et pourtant… Entretien La crise financière a plongé l'Europe dans...

Europe : le défi climatique pour horizon

Jean-Charles Hourcade
Chercheur

Le climat est l’affaire de tous. Mais les pays en développement attendent un signal fort des pays du Nord. L’Europe en a les moyens. Elle y a intérêt et doit avoir la lucidité de réformer son système financier pour promouvoir des investissements bas carbone. Le climat est l'affaire de tous Mais les pays en développement attendent un sign...

Dossier : Comment se réapproprier l’Europe ?
©Niccolo Caranti/Flickr/CC
©Niccolo Caranti/Flickr/CC

L’Europe et nous


Les Universités populaires Quart Monde sont des lieux de réflexion où des personnes vivant dans la grande pauvreté s’entraînent à exprimer leur pensée en la confrontant, notamment, à celle de personnes qui n’ont pas vécu la pauvreté (les alliés). En novembre 2013, à Paris, le thème était l’Europe. Il a fallu apprivoiser le sujet, réaliser l’impact de l’Europe dans le quotidien.

Entraide

« Chers papy et mamie, vous qui êtes nés au début du XXe siècle, et qui avez connu deux guerres, je suis heureuse de vous apprendre qu’aujourd’hui en Europe, nous vivons en paix (…). Votre descendance voyage dans tout le continent sans montrer son passeport (…). Cette Union européenne devait améliorer la vie de ses habitants, mais l’argent a malheureusement pris une place trop importante et nous devons maintenant défendre les valeurs humaines. L’Europe économique doit donner plus de place à l’expérience des plus pauvres. Nous allons nous battre pour une Europe plus solidaire et plus égalitaire. »

« L’Europe, c’est comme une grande maison, il y a une assiette pour tout le monde, et on partage. Tu bosses ou pas, tu manges. Avant, c’était individuel, chaque pays avait une assiette pour eux-mêmes. »

« Il faudrait également promouvoir plus la solidarité intergénérationnelle où les jeunes et les moins jeunes se parleraient et où l’entraide serait au rendez vous. Par exemple à Bezons, il y a le parrainage, des retraités qui prennent des jeunes le mercredi après-midi pour leur expliquer leur métier et dire comment ça marche. Nous aimerions qu’il y ait des campagnes de sensibilisation (spots, interviews, réseaux sociaux...) pour faire connaître ces actions à travers l’Europe. »

L’euro

« Quand l’euro est arrivé, on ne savait plus calculer. Maintenant on ne peut plus économiser. Avant tu avais 140 francs, avec ça tu avais des courses. Maintenant tu as 20 euros et tu n’as plus rien du tout. »

« Ça va dans le sens de la création d’une monnaie locale autonome et affranchie de la finance. L’idée, c’est de faciliter les échanges au niveau local. »

Un emploi pour tous

« L’Europe est une union qui devrait nous donner de la force pour avancer. L’Union Européenne va encore s’agrandir. Elle devrait travailler sur les conditions de travail, les salaires, les conditions de vie des gens pour unifier un peu tout ça. Il y a des pays très différents. Quand ils se réunissent, ils devraient prendre des mesures d’unification. L’Europe c’est difficile. »

« Nous souhaitons un plus large panel d’emplois à travers l’Europe, mais cet accès doit être égalitaire envers les garçons et les filles en respectant les droits de chacun. Par exemple, une de nos amies est commis de cuisine, son patron a dit qu’il préférait embaucher des garçons parce qu’ils sont plus résistants et forts. Un copain s’est vu refusé l’accès à un CAP petite enfance parce que c’est un garçon » (groupe des jeunes).

« Nous avons entendu qu’il va y avoir un revenu minimum pour l’Europe. C’est bien pour les pays de l’Est mais pour nous est-ce que ça va être bien ? Avec le RSA, on survit plus qu’on ne vit. Alors l’harmonisation ça fait peur parce que ce sera vers le haut ou vers le bas ? »

Ouvrir ou fermer les frontières ?

« Je suis contente que les pays soient main dans la main mais il faudrait que tous les peuples aussi se mettent la main dans la main. Il y a des pays pauvres, qui sont volés et manipulés par les gouvernements et les gens viennent ici, on en voit à côté du périphérique. Il faudrait aider les pays pauvres chez eux. »

« On voudrait que les migrants qui arrivent en Europe soient accueillis sans que leur dignité soit bafouée. Qu’est-ce que l’Europe peut faire pour préserver la dignité des immigrants ? Pourquoi l’Europe n’a pas de politique étrangère commune ? »

« Au lieu de faire des plans humanitaires pour envoyer des millions dans ces pays, qu’on aille là-bas comme le fait ATD, qu’on les aide chez eux. [On parle] de ce que cela fait politiquement et économiquement. Moi j’aimerais qu’on dise ce que ça fait humainement. Il y a des personnes précaires parmi nous et ailleurs qu’on n’arrive déjà pas à aider ici. La femme africaine qui n’est pas morte dans le bateau, elle arrive ici dans un hôtel avec deux petits jumeaux, avec des manques de soin, des manques de tout. Alors elle va mourir à petit feu, à l’abri des regards, car elle sera cachée dans un hôtel. »

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules