Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Comment se réapproprier l’Europe ?

L’Europe et nous

©Niccolo Caranti/Flickr/CC
©Niccolo Caranti/Flickr/CC
Les Universités populaires Quart Monde sont des lieux de réflexion où des personnes vivant dans la grande pauvreté s’entraînent à exprimer leur pensée en la confrontant, notamment, à celle de personnes qui n’ont pas vécu la pauvreté (les alliés). En novembre 2013, à Paris, le thème était l’Europe. Il a fallu apprivoiser le sujet, réaliser l’impact de l’Europe dans le quotidien.

Entraide

« Chers papy et mamie, vous qui êtes nés au début du XXe siècle, et qui avez connu deux guerres, je suis heureuse de vous apprendre qu’aujourd’hui en Europe, nous vivons en paix (…). Votre descendance voyage dans tout le continent sans montrer son passeport (…). Cette Union européenne devait améliorer la vie de ses habitants, mais l’argent a malheureusement pris une place trop importante et nous devons maintenant défendre les valeurs humaines. L’Europe économique doit donner plus de place à l’expérience des plus pauvres. Nous allons nous battre pour une Europe plus solidaire et plus égalitaire. »

« L’Europe, c’est comme une grande maison, il y a une assiette pour tout le monde, et on partage. Tu bosses ou pas, tu manges. Avant, c’était individuel, chaque pays avait une assiette pour eux-mêmes. »

« Il faudrait également promouvoir plus la solidarité intergénérationnelle où les jeunes et les moins jeunes se parleraient et où l’entraide serait au rendez vous. Par exemple à Bezons, il y a le parrainage, des retraités qui prennent des jeunes le mercredi après-midi pour leur expliquer leur métier et dire comment ça marche. Nous aimerions qu’il y ait des campagnes de sensibilisation (spots, interviews, réseaux sociaux...) pour faire connaître ces actions à travers l’Europe. »

L’euro

« Quand l’euro est arrivé, on ne savait plus calculer. Maintenant on ne peut plus économiser. Avant tu avais 140 francs, avec ça tu avais des courses. Maintenant tu as 20 euros et tu n’as plus rien du tout. »

« Ça va dans le sens de la création d’une monnaie locale autonome et affranchie de la finance. L’idée, c’est de faciliter les échanges au niveau local. »

Un emploi pour tous

« L’Europe est une union qui devrait nous donner de la force pour avancer. L’Union Européenne va encore s’agrandir. Elle devrait travailler sur les conditions de travail, les salaires, les conditions de vie des gens pour unifier un peu tout ça. Il y a des pays très différents. Quand ils se réunissent, ils devraient prendre des mesures d’unification. L’Europe c’est difficile. »

« Nous souhaitons un plus large panel d’emplois à travers l’Europe, mais cet accès doit être égalitaire envers les garçons et les filles en respectant les droits de chacun. Par exemple, une de nos amies est commis de cuisine, son patron a dit qu’il préférait embaucher des garçons parce qu’ils sont plus résistants et forts. Un copain s’est vu refusé l’accès à un CAP petite enfance parce que c’est un garçon » (groupe des jeunes).

« Nous avons entendu qu’il va y avoir un revenu minimum pour l’Europe. C’est bien pour les pays de l’Est mais pour nous est-ce que ça va être bien ? Avec le RSA, on survit plus qu’on ne vit. Alors l’harmonisation ça fait peur parce que ce sera vers le haut ou vers le bas ? »

Ouvrir ou fermer les frontières ?

« Je suis contente que les pays soient main dans la main mais il faudrait que tous les peuples aussi se mettent la main dans la main. Il y a des pays pauvres, qui sont volés et manipulés par les gouvernements et les gens viennent ici, on en voit à côté du périphérique. Il faudrait aider les pays pauvres chez eux. »

« On voudrait que les migrants qui arrivent en Europe soient accueillis sans que leur dignité soit bafouée. Qu’est-ce que l’Europe peut faire pour préserver la dignité des immigrants ? Pourquoi l’Europe n’a pas de politique étrangère commune ? »

« Au lieu de faire des plans humanitaires pour envoyer des millions dans ces pays, qu’on aille là-bas comme le fait ATD, qu’on les aide chez eux. [On parle] de ce que cela fait politiquement et économiquement. Moi j’aimerais qu’on dise ce que ça fait humainement. Il y a des personnes précaires parmi nous et ailleurs qu’on n’arrive déjà pas à aider ici. La femme africaine qui n’est pas morte dans le bateau, elle arrive ici dans un hôtel avec deux petits jumeaux, avec des manques de soin, des manques de tout. Alors elle va mourir à petit feu, à l’abri des regards, car elle sera cachée dans un hôtel. »

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

« Pensons une rupture pacifique et démocratique »

Intellectuelle de gauche, indépendantiste, révolutionnaire et anticapitaliste. C’est ainsi que la BBC a présenté Teresa Forcades, cette bénédictine catalane investie en Espagne dans le « Procés Constituent » qui vise un changement de modèle économique, institutionnel et politique. Elle ponctue régulièrement ses interventions de références bibliques et théologiques. Pour elle, l’Europe fait partie du problème… et de la solution ! Comment une religieuse contemplative a-t-elle été amenée à s’engage...

Le social, jambe atrophiée de l’Europe

L’Europe délaisse le social au profit de l’économique. L’économiste Denis Clerc revient sur la construction de l’Union pour examiner cette idée largement partagée aujourd’hui : le libéralisme l’emporte-t-il en tous points ? Que reste-t-il de social à l’Europe aujourd’hui ? Le désamour des Européens pour la construction européenne est patent. Il tient en grande partie au sentiment que cette construction sacrifie le social au profit de l’économique, alors même que les bienfaits supposés de la conc...

Europe : le défi climatique pour horizon

Le climat est l’affaire de tous. Mais les pays en développement attendent un signal fort des pays du Nord. L’Europe en a les moyens. Elle y a intérêt et doit avoir la lucidité de réformer son système financier pour promouvoir des investissements bas carbone. La France s’apprête à accueillir en 2015 la 21e conférence des parties de la convention climat pour relayer le protocole de Kyoto. Elle y coordonnera la diplomatie européenne, et on ne peut que s’en réjouir. Mais le précédent de Copenhague, ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules