Logo du site

« Europe : revenir à la raison »

Romano Prodi
Responsable politique

Entretien – Pour l’ancien président de la Commission européenne, Romano Prodi, l’euroscepticisme est la preuve qu’il nous faut plus d’Europe. Il esquisse les paradoxes de l’Union et les défis qu’elle doit relever face à la montée des nationalismes. Entretien Pour l'ancien président de la Commission européenne Romano Prodi l'eur...

Aux urnes, citoyens européens !

Geneviève Colas
Acteur de terrain

Un climat de méfiance s'est installé chez les citoyens à l'égard des institutions européennes L'Union est perçue comme imposant des politiques exigeant des efforts des populations une image accentuée en période de tensions économiques et sociales Dès lors que la paix valeur fondatrice du processus d'intégration ne semble plus menacée l...

Pour une nouvelle épopée européenne

Pierre Calame et Patrick Lusson
Acteur de terrain

L’Europe ne nous fait plus rêver : il est temps de lui insuffler un deuxième souffle, d’oser inventer une Europe nouvelle, plus démocratique, plus responsable et plus respectueuse de l’environnement. De lui faire vivre, en somme, une nouvelle épopée. L'Europe ne nous fait plus rêver il est temps de lui insuffler un deuxième souffle d'o...

L’Europe et nous

ATD Quart Monde
Droit de cité

Les Universités populaires Quart Monde sont des lieux de réflexion où des personnes vivant dans la grande pauvreté s’entraînent à exprimer leur pensée en la confrontant, notamment, à celle de personnes qui n’ont pas vécu la pauvreté (les alliés). En novembre 2013, à Paris, le thème était l’Europe. Il a fallu apprivoiser le sujet...

Homo europaeus : existe-t-il une culture européenne ?

Julia Kristeva
Question de sens

L’Europe serait KO ? Au contraire : « Sans l’Europe, ce sera le chaos », selon la philosophe Julia Kristeva, qui voit dans la culture européenne bien des trésors : le doute, le dialogue entre les langues, le sens de la nation et de la liberté, la place des femmes, la sécularisation… L'Europe serait KO Au contraire Sans l'Europe ce sera ...

Le social, jambe atrophiée de l’Europe

Denis Clerc
Chercheur

L’Europe délaisse le social au profit de l’économique. L’économiste Denis Clerc revient sur la construction de l’Union pour examiner cette idée largement partagée aujourd’hui : le libéralisme l’emporte-t-il en tous points ? Que reste-t-il de social à l’Europe aujourd’hui ? L'Europe délaisse le social au profit de l'économiq...

Europe : reprendre en main notre destin

Bertrand Hériard Dubreuil et Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Qui l'Europe actuelle fait elle encore rêver En son nom on démantèle l'État providence sur l'autel de la dette On prive d'horizon la moitié des jeunes de Grèce d'Espagne ou du Portugal On tient le registre macabre des corps en Méditerranée En son nom la Commission négocie un traité transatlantique qui s'il était adopté marquerait l'ét...

« Pensons une rupture pacifique et démocratique »

Teresa Forcades
Vu d'ailleurs

Intellectuelle de gauche, indépendantiste, révolutionnaire et anticapitaliste. C’est ainsi que la BBC a présenté Teresa Forcades, cette bénédictine catalane investie en Espagne dans le « Procés Constituent » qui vise un changement de modèle économique, institutionnel et politique. Elle ponctue régulièrement ses interventions de réf...

Démocratie, solidarité et crise européenne

Jürgen Habermas
Question de sens

Pour la Commission, la démocratisation de l’Union européenne est un horizon lointain. Mais comment contenir le néolibéralisme sans légitimation populaire ? Pour Jürgen Habermas, seule une Union politique, fondée sur la solidarité, permettra de sortir du piège technocratique. L’Allemagne en détient les clés. Comprendra-t-elle qu’il ...

Europe : le devoir d’être optimiste

Pat Cox
Responsable politique

L’Union européenne fut davantage consentie (pour échapper à la guerre) que voulue par les citoyens européens. Incapable de répondre au drame social en Europe du Sud, elle fait l’objet d’un rejet croissant. Mais la foi dans l’UE de l’ancien président du Parlement européen, le libéral irlandais Pat Cox, est intacte. Pourvu que la Fr...

Industrie européenne : l’heure des choix

Pierre Defraigne
Chercheur

Fonder la prospérité européenne sur les services est un leurre. Mais face à la désindustrialisation, l’UE réagit de façon désordonnée, avec des moyens dérisoires. Elle met ses États membres en compétition, au lieu d’investir dans l’intégration de ses grands groupes industriels et dans la promotion des PME à travers un appui mass...

« L’Europe actuelle ne fait pas davantage rêver que la Chine »

James Galbraith
Chercheur

Entretien - En privilégiant les droits des banques et des multinationales sur ceux des citoyens, les dirigeants renoncent aux valeurs de l’Europe. Et font le lit de l’extrême droite. L’économiste américain James Galbraith défend la possibilité d’une véritable alternance, propositions à l’appui. Entretien En privilégiant les droit...

L’Europe otage de la finance ?

Pierre de Lauzun et Thierry Philipponnat
Acteur de terrain

Entretien – La crise financière a plongé l’Europe dans le marasme. Comment protéger l’économie (et l’argent public) des dérives de la finance ? Comment s’assurer de l’utilité des banques pour la société ? Pour en débattre, deux personnalités que tout oppose. Et pourtant… Entretien La crise financière a plongé l'Europe dans...

Europe : le défi climatique pour horizon

Jean-Charles Hourcade
Chercheur

Le climat est l’affaire de tous. Mais les pays en développement attendent un signal fort des pays du Nord. L’Europe en a les moyens. Elle y a intérêt et doit avoir la lucidité de réformer son système financier pour promouvoir des investissements bas carbone. Le climat est l'affaire de tous Mais les pays en développement attendent un sign...

Dossier : Comment se réapproprier l’Europe ?
Intérieur du Parlement européen de Strasbourg ©Cédric Puisney/Wikipedia/CC
Intérieur du Parlement européen de Strasbourg ©Cédric Puisney/Wikipedia/CC

Aux urnes, citoyens européens !


Un climat de méfiance s’est installé chez les citoyens à l’égard des institutions européennes. L’Union est perçue comme imposant des politiques exigeant des efforts des populations, une image accentuée en période de tensions économiques et sociales. Dès lors que la paix, valeur fondatrice du processus d’intégration, ne semble plus menacée, l’Union apparaît plus abstraite, plus éloignée des citoyens. Pourtant, elle demeure un environnement protégé comparé à d’autres territoires en proie aux menaces.

Pour combler le fossé en train de se creuser entre les instances de l’Union européenne et les citoyens, il faut faire preuve de pédagogie afin de retrouver l’esprit d’une construction dont l’âme a été dessinée par les générations passées. Promouvoir une citoyenneté européenne, une société civile active, forte et indépendante, avec la participation de tous, en particulier des plus exclus, souvent oubliés. Ce processus doit venir des citoyens et des institutions, y compris des autorités locales.

2013 et 2014 sont les années européennes des citoyens1. Pour non seulement rendre les citoyens conscients de leurs droits, mais leur donner les moyens de repérer les obstacles qui entravent leur exercice et y remédier. C’est l’occasion de rappeler que les droits ne se réduisent pas à l’économie (mobilité, droit des consommateurs…) mais qu’ils incluent des droits civils, politiques et sociaux. Le droit à une bonne administration, le droit d’avoir accès aux documents, le droit de faire appel à l’ombudsman de l’Union européenne, le droit de pétition au Parlement, le droit de circuler et de résider librement, le droit à la protection diplomatique et consulaire de n’importe quel État membre. Dans un contexte de crise et de politiques d’austérité, les institutions européennes doivent accorder une attention particulière aux besoins des citoyens vulnérables. Il s’agit ici de se mobiliser pour promouvoir l’Europe sociale de demain.

L’implication de tous

Le Secours catholique - Caritas France mène depuis plusieurs années, avec les personnes qu’il accueille, ses réseaux (national et européen) et ses partenaires2, une réflexion sur la participation active des citoyens et des associations à l’élaboration des politiques sociales nationales et européennes. Cette action passe par une meilleure connaissance des institutions européennes de la part du grand public, en particulier des personnes vulnérables, et par un appel à la mobilisation à l’occasion des élections. Mais les citoyens européens ne sont pas seulement des électeurs passifs, ils ont un rôle à jouer dans la définition des politiques. Ils ont en principe voix au chapitre pour promouvoir des alternatives à la gestion actuelle de la crise, afin de mettre l’homme au cœur des choix politiques. Car la citoyenneté englobe tous les aspects de la vie au sein d’une société démocratique : l’éducation, la culture, la lutte contre les discriminations et l’intégration des minorités, le développement durable, le changement de regard sur les personnes en situation de pauvreté et d’exclusion sociale…

En novembre 2013, 150 personnes, venues de 30 pays différents et réunies par Caritas et ses réseaux, se sont retrouvées à Marseille pour vivre pleinement leur citoyenneté. Le dialogue avec d’autres citoyens, des responsables politiques et des institutions s’articulait autour de trois grands thèmes : l’Europe et la crise, les droits des citoyens européens, l’Europe en 2020. Viviane Reding, vice-présidente de la Commission européenne, et Christine Taubira, garde des Sceaux, ont participé, de même que l’évêque de Marseille, Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France, qui a appelé à une Europe basée sur la fraternité. Un travail préparatoire avait été mené dans chaque pays en lien avec les réseaux des autres associations de solidarité sur des thèmes variés : vieillissement actif, dépendance et inter-générations, santé mentale et logement, participation, lutte contre la traite des êtres humains, discriminations des personnes roms, justice et détention, migrations, emploi des jeunes, la finance au service des citoyens. Citoyens vulnérables et citoyens indignés, de différents pays, ont échangé leurs expériences. En Seine-Saint-Denis, neuf rendez-vous « Europe, tu m’entends ? » ont permis d’aller à la rencontre des citoyens, qui ont pu formuler leurs questions et leurs propositions sur des ardoises. Le tout pour enrichir le grand débat avec la Commission (sur www.debat-europe2014.fr).

Les 9 et 10 mai 2014, un événement « Faites l’Europe » est organisé sur le parvis de l’Hôtel de ville de Paris par la Commission, la Mairie de Paris et la Maison de l’Europe. Le Secours catholique y présente l’exposition « Enfants et pauvreté » : des paroles d’enfants, les propositions des Caritas d’Europe et les points repris par la Commission dans sa recommandation « Investir dans l’enfance pour briser le cercle vicieux de l’inégalité ». Le tout autour de 10 photos de plusieurs pays européens.

Des outils pour animer la démarche

Comment rendre « eurodigestible » ce qui se passe à Bruxelles ? Des outils d’animation en français et anglais ont été élaborés3.

Le guide pédagogique « Élections européennes 2014 : qui fait quoi ? » permet de connaître les détails du fonctionnement de l’Union et de ses institutions. Qui vote et qui est élu lors des élections du Parlement européen ? Comment s’élabore le budget européen ? Ce guide propose aussi des pistes de réflexion sur des sujets majeurs, comme le droit à l’alimentation ou la régulation financière.

Le « Passeport pour un citoyen européen » est un outil plus ludique. Présenté sous la forme d’un vrai passeport, il rappelle les liens de solidarité qui unissent les Européens. Par des exemples concrets, il évoque les actions à mener pour inciter l’Europe à s’engager auprès de ses citoyens.

Le quiz « Voter aux européennes ? Et pour quoi faire ? » permet de tester ses connaissances sur la composition et le fonctionnement du Parlement européen, en particulier sur son rôle sur les questions sociales. Il permet de découvrir l’étendue de ses pouvoirs mais aussi ses limites !

Une bande dessinée, « Europe, où es-tu ? », met en scène le quotidien des plus vulnérables et l’impact qu’a pour eux l’Union européenne, mais aussi des situations où elle n’intervient pas. Elle montre comment la société civile s’organise, en Europe, pour agir et plaider ses causes auprès de l’Union.

Les élections européennes… et après ?

Le Parlement européen adopte des lois qui influencent la vie de plus d’un demi-milliard d’Européens. Il représente chacun et chacune et agit en notre nom. C’est lui qui élira le prochain chef de l’exécutif européen. Depuis les dernières élections européennes, les règles du jeu ont changé : le Parlement a désormais davantage de pouvoirs. Pour déterminer la direction politique de l’Union et ainsi influer sur le quotidien de chacun d’entre nous. À l’occasion du scrutin de mai 2014, le Secours catholique lui demande d’être moteur dans la lutte contre la pauvreté. De redonner la parole aux citoyens les plus exclus pour construire ensemble des solutions qui respectent l’égale dignité de tous. Dans trois domaines en particulier : la réduction de la pauvreté en Europe (objectifs énoncés dans la stratégie « Europe 2020 »), l’accueil des réfugiés, le droit à l’alimentation en Europe et dans le monde. Les élections ne sont qu’une étape : le dialogue avec les élus se poursuivra pour que les promesses de campagne soient tenues.



1 Après 2010, année de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, 2011, année de promotion du bénévolat et du volontariat et donc de l’engagement solidaire, et 2012, année du vieillissement actif et de la solidarité intergénérationnelle.

2 Accueil et aide aux personnes âgées, AGE Plateforme, Coordination France Armée du Salut, Babelea, Caritas Europa, Caritas Luxembourg, Convention nationale des associations de protection de l’enfant, Confédération française des retraités, Esclavage tolérance zéro, Fédération des centres sociaux et socioculturels de France, Fédération nationale des associations de retraités, Fédération nationale des associations solidaires d’action avec les Tsiganes et les gens du voyage, Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale, France bénévolat, Grands Parrains, La Cimade, Les petits frères des Pauvres, Maison de l’Europe de Paris, Mouvement chrétien des retraités, Mouvement européen - France, Réseau européen anti-pauvreté France, Santé mentale et exclusion sociale - Europa, Secours catholique - Caritas France, Union française des retraités, Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux, Université catholique de Lille.

3 Voir le site www.construireleurope.org.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules