Manifestation contre le traité d'austérité, Paris, 30 septembre 2012 ©Aurore Chaillou/Revue ProjetManifestation contre le traité d'austérité, Paris, 30 septembre 2012 ©Aurore Chaillou/Revue Projet



 

L’Europe délaisse le social au profit de l’économique. L’économiste Denis Clerc revient sur la construction de l’Union pour examiner cette idée largement partagée aujourd’hui : le libéralisme l’emporte-t-il en tous points ? Que reste-t-il de social à l’Europe aujourd’hui ?


Le désamour des Européens pour la construction européenne est patent. Il tient en grande partie au sentiment que cette construction sacrifie le social au profit de l’économique, alors même que les bienfaits supposés de la concurrence « libre et non faussée » ne sont pas au rendez-vous. Sans doute y a-t-il une part d’exagération dans ce jugement...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.