©gnackgnackgnack/Flickr/CC©gnackgnackgnack/Flickr/CC



 

Le climat est l’affaire de tous. Mais les pays en développement attendent un signal fort des pays du Nord. L’Europe en a les moyens. Elle y a intérêt et doit avoir la lucidité de réformer son système financier pour promouvoir des investissements bas carbone.


La France s’apprête à accueillir en 2015 la 21e conférence des parties de la convention climat pour relayer le protocole de Kyoto. Elle y coordonnera la diplomatie européenne, et on ne peut que s’en réjouir. Mais le précédent de Copenhague, en 2009, laisse craindre un nouvel enchaînement pervers : alertes...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.