A line of Syrian refugees crossing the border of Hungary and Austria on their way to Germany. Hungary, Central Europe, 6 September 2015 ©Mstyslav Chernov / WikicommonsA line of Syrian refugees crossing the border of Hungary and Austria on their way to Germany. Hungary, Central Europe, 6 September 2015 ©Mstyslav Chernov / Wikicommons



 

Chaque année, 2000 à 3000 personnes demandent l’asile à Strasbourg. Une ville qui fait le pari de l’hospitalité, même pour ceux qui ne se voient pas reconnaître le statut de réfugié.


Accueillir des réfugiés au plan local, c’est d’abord exprimer des messages, affirmer des valeurs de solidarité et d’ouverture, refuser le commerce électoral de la peur, lutter contre les fantasmes propagés par les populismes. Ces migrations auxquelles nous assistons relèvent, bien sûr, de crises humanitaires, géopolitiques, économiques,...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.