Logo du site
Dossier : Réfugiés : sortir de l'impasse

Le pari de la réciprocité

Cours de peul ©JRS Welcome Jeunes
Cours de peul ©JRS Welcome Jeunes
Trois ans après avoir obtenu leur statut, seuls 12% des réfugiés déclarent avoir encore des liens avec des Français. Autrement dit, une fois passée l'étape administrative, les espaces de rencontres sont encore trop rares. Comment aller au-delà de la relation aidant/aidé pour valoriser les expériences et capacités de chacun ? Le programme Welcome Jeunes propose quelques solutions pour changer de paradigme.

Au sein du JRS France [Jesuit Refugee Service, NDLR], dont la mission est d’accompagner, de servir et défendre le droit des personnes réfugiées, il existe un programme qui tente de promouvoir le droit culturel et de (re)mettre en lumière les capacités des personnes accompagnées. Dans la continuité du réseau Welcome en France (une hospitalité dans les familles d’accueil et les communautés religieuses) au sein du Pôle Hospitalité et en complément des activités du Pôle Intégration (accompagnement dans les démarches administratives, vers l’emploi, l’insertion, apprentissage du français) ainsi que du plaidoyer pour « Accueillir autrement » porté par le service juridique de ce même pôle, le programme Welcome Jeunes a pour objectif principal de tisser du lien entre jeunes, qu’ils soient demandeurs d’asile, réfugiés, étudiants ou jeunes professionnels.

Seulement 12 % des réfugiés disent avoir des liens avec des Français trois ans après l’obtention de leur statut.

Selon un rapport du HCR [l’agence onusienne pour les réfugiés, NDLR], en 20131, seulement 12 % des réfugiés disent avoir des liens avec des Français trois ans après l’obtention de leur statut. Si l’on peut facilement se douter que les primo-arrivants soient isolés à leur arrivée en France, la suite peut s’avérer elle aussi bien difficile. L’objectif principal de Welcome Jeunes est donc de permettre aux demandeurs d’asile et aux réfugiés de sortir de la solitude. Toutes les propositions du programme (sorties, ateliers théâtre, cours de yoga ou de danse, foot, conversations, café débat, séjours de vacances ...) sont donc des occasions de rencontrer d’autres jeunes migrants – dans ou passés par les mêmes parcours – et des français ou résidents en France, curieux et désireux de tisser des liens avec des personnes réfugiées, sans forcément s’engager dans un bénévolat régulier, et voulant tenter ce défi d’une rencontre simple en faisant le pari de la réciprocité !

Se sentir attendu, nécessaire, utile

L’idée est aussi de reconnaître aux personnes en situation de précarité leur droit culturel, qui permet à chacun, « seul ou en commun, […] de choisir et d’exprimer son identité, […] et d’accéder aux références culturelles, comme à autant de ressources nécessaires à son processus d’identification, de communication et de création2 », : pouvoir se détendre, prendre soin de soi et des autres, rire, se ressourcer au travers de pratiques artistiques, s’exprimer, parler de sa culture, affirmer ses idées et ses visions, prendre en charge des activités et avoir des responsabilités, se sentir attendu, nécessaire, utile.

Très concrètement, le programme Welcome Jeunes tente de répondre à ces besoins et de mettre en œuvre ce droit en offrant à tous les jeunes investis dans le programme d’être tour à tour, au fil des activités, participants, animateurs ou bénévoles. Chacun des ateliers n’est pas pensé spécifiquement pour un public de personnes réfugiées mais plutôt construit de telle manière qu’il puisse correspondre autant à des personnes francophones que non francophones, autant à un jeune Afghan, à une Tibétaine, qu’à un étudiant français. L’atelier théâtre est pensé comme un atelier « amateur » (exercices d’échauffements, improvisation, etc …) et ouvert à tous. Comme toutes les propositions. Chaque mercredi, Jennifer – jeune auto-entrepreneuse allemande –, Baptiste et Pia – lycéens français– assistent au cours de Ian, professeur de yoga originaire du Chili, avec Abderamane (qui vient de Mauritanie), Ghafor, Mahdi et Jamal (d’Afghanistan), Victoria (du Nigeria), Julia (d’Ouganda) et de nombreux autres participants. L’on pourrait dire « comme n’importe quelle classe de yoga » même si, en effet, il y a une « petite » spécificité !

Lors du dernier café philo, Osman (journaliste réfugié d’Afghanistan) et Sarah (jeune professionnelle française) ont travaillé en collaboration pour préparer les questions proposées aux participants sur les relations entre femmes et hommes. Chacun était invité, à partir de ses expériences, de sa culture et de ses idées à partager avec les autres pour échanger, sans imposer sa vision, et peut-être approcher timidement ce vivre ensemble tant recherché.

Reconnaître les capacités de l'autre

Au-delà d’une offre de détente, les théories du droit culturel3, sur lesquelles s’appuient le programme, tentent de mettre en évidence comment l’attention à cette dimension inhérente à chacun des droits de l’homme est une manière de lutter contre des formes de pauvreté diverses conduisant à l’exclusion. Permettre aux personnes précaires de s’exprimer, d’être en adéquation avec les ressources dont elles disposent – vers l’autonomie grâce à l’appropriation et la participation – suppose de créer des lieux de rencontre, d’échange et de changement pour la société dans son ensemble.

Reconsidérer bien des présupposés inamovibles sur la pauvreté et les moyens déployés pour lutter contre, en reconnaissant les bénéficiaires comme de vrais acteurs, capables et sachants.

Cela demande de reconsidérer bien des présupposés inamovibles sur la pauvreté et les moyens déployés pour lutter contre, en reconnaissant les bénéficiaires comme de vrais acteurs, capables et sachants et d’interroger la pyramide dressée par Maslow4 : les besoins physiologiques, de sécurité, d’appartenance et d’amour, d’estime et d’accomplissement de soi. Toute personne en situation de pauvreté a d’abord besoin de manger et d’un toit. Ce n’est pas cela qu’il s’agit de remettre en cause mais bien un schéma pyramidal en reconnaissant chaque élément de la vie et non seulement le minimum vital.

Parler de droits culturels, c’est faire entendre qu’un droit de l’homme amputé de sa dimension culturelle risque de contribuer à la persistance d’une pauvreté, qui ne se réduit pas à une mesure économique. Faire le pari de l’égalité, conduit à assumer un changement de paradigme, sans pour autant nier les difficultés physiques et psychiques dues à l’exil et à un chemin extrêmement compliqué à parcourir dans le pays d’accueil. Porter une attention aux capacités des personnes, permet que se créent de nouvelles relations, ouvrant ainsi un autre regard sur l’accueil des réfugiés.



Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même dossier

Aux racines de la crispation anti-migrants

D’où vient la crainte farouche que suscite chez certains l’arrivée de personnes migrantes ? Pour le sociologue Hartmut Rosa, spécialiste de l’accélération, la peur de l’autre résulte notamment du fait que l’on ne se sent pas soi-même reconnu et considéré. C’est vrai : si nous les laissons entrer chez nous et si nous acceptons d’avoir affaire avec eux, les réfugiés vont nous changer ; nous nous transformerons et serons bientôt différents de ce que nous sommes aujourd’hui ! En ce sens, ce serait c...

Les migrants au village

En milieu rural, l’arrivée de migrants constitue un événement. Elle suscite certes des peurs, mais quand les habitants se mobilisent, elle peut aussi revitaliser un tissu social fragilisé. Reportage en février 2017, dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne. À Penne (81), Emad est arrivé voici cinq mois. « Je viens de signer mon CDI », dit l’homme souriant, à la cinquantaine bien mordue. Comme tous les employés de la fromagerie, il marche en crocs et porte une charlotte blanche sur le dessus de la tête...

Migrants, réfugiés, demandeurs d’asile… de qui parle-t-on ?

Une même personne peut être qualifiée différemment ou changer de statut au cours de son déplacement – de réfugié à clandestin par exemple -, ce qui a des répercussions fortes sur ses droits. Voici un petit memento pour éclaircir ces termes et comprendre qui sont les 65,3 millions de personnes « déracinées » dans le monde et qui ne vivent pas dans leur pays de naissance. Les chiffres sont ceux de l’année 2015 . MigrantSelon l’Onu, le migrant est une personne qui vit plus d’un an dans un pays autr...

1 UNHCR, Vers un nouveau départ : l’intégration des réfugiés en France, septembre 2013.

2 Définition proposée par la déclaration de Fribourg, du 7 mai 2007 qui réunit, pour la première fois dans un même texte, l’ensemble des droits culturels déjà reconnus dans différents dispositifs internationaux.

3 On peut citer, entre autres textes, la déclaration de Fribourg. Cf aussi Patrice Meyer-Bisch, « La valorisation de la diversité et des droits culturels », Hermès, La Revue n° 51, 2008.

4 Abraham Maslow, psychologue américain, formalise, pour la première fois en 1943, la théorie des cinq besoins fondamentaux dans « A Theory of Human Motivation », Psychological Review.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules