Logo du site
Dossier : Réfugiés : sortir de l'impasse

Les migrants au village

Village de Bruniquel ©Jules78120
Village de Bruniquel ©Jules78120
En milieu rural, l’arrivée de migrants constitue un événement. Elle suscite certes des peurs, mais quand les habitants se mobilisent, elle peut aussi revitaliser un tissu social fragilisé. Reportage en février 2017, dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne.

À Penne (81), Emad est arrivé voici cinq mois. « Je viens de signer mon CDI », dit l’homme souriant, à la cinquantaine bien mordue. Comme tous les employés de la fromagerie, il marche en crocs et porte une charlotte blanche sur le dessus de la tête. Embauché dès son arrivée au village, il apprend le métier sur le tas : « J’ai un master en finance. Avant je gérais les ressources humaines pour une entreprise de 200 personnes. » Le réfugié syrien d’origine palestinienne ne le cache pas : c’est un virage professionnel et social ! L’entreprise pour laquelle il travaillait a fait faillite et la guerre qui frappe son pays obscurcissait son avenir : « Damas, où j’habitais, est démolie. »

« Un habitant comme un autre »

Emad n’avait guère envisagé d’habiter un jour à la campagne. Quand on lui demande ce que ça fait de vivre dans un village de 600 habitants, il ouvre les mains qu’il tenait croisées. « Tant de gens m’ont accueilli ici, je me suis senti comme dans une grande famille. » Sur la place de l’église, on a organisé un pot d’accueil. Une collecte était lancée pour meubler son appartement – un logement en location qui appartient à la mairie. Des bénévoles de l’association Ici Hospitalité migrants, tout juste constituée, ont repeint les murs. Une voisine laisse discrètement du bois devant la porte. « Aujourd’hui, quand je vais faire mes courses au village voisin, je rencontre 15 personnes que je connais ! »

Avant d’arriver à Penne, Emad a passé huit mois à Toulouse. « J’étais à la rue. J’ai téléphoné au moins 2000 fois au 115. Pour être hébergé deux nuits en tout. » Il finit par rencontrer l’association Syrie solidarité, qui le met en contact avec la fromagerie. Il sera embauché quelques semaines plus tard, une fois

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules