Logo du site
Dossier : Réfugiés : sortir de l'impasse

[Vidéos] Lancement du numéro « Réfugiés : sortir de l’impasse »

©Projet / Martin de Lalaubie
©Projet / Martin de Lalaubie
À l’occasion de la publication du numéro de la Revue Projet « Réfugiés : sortir de l’impasse », nous avons souhaité donner la parole à ceux qui ont contribué à son élaboration. Rassemblés pour une conférence de presse, nos partenaires de La Cimade, de JRS et du Secours catholique ainsi que le chercheur Matthieu Tardis, ont pu partager leurs expertises et dénoncer la réalité à laquelle ils sont confrontés.

Pour introduire cette conférence, Jean Merckaert, rédacteur en chef de la Revue Projet, présente le processus qui a mené à ce résultat et les impasses que nous avons identifiées. On pourrait en dénombrer trois. Une première à laquelle sont confrontées les associations engagées dans l'accueil des réfugiés. C'est le grand écart entre l'élan d'hospitalité de familles, de villages, de bénévoles et cette hospitalité qui a cessé d'être une valeur politique défendue par nos institutions et personnalités politiques. La deuxième est celle vécue par les réfugiés eux-mêmes, victimes de politiques européennes ou nationales inefficaces. Et la troisième, une impasse juridique avec une distinction entre « bon » réfugiés et « mauvais » migrants, qui n'a pas lieu d'être à notre sens.

Aurélie Radisson, directrice adjointe du Cèdre – le Centre d'entraide pour les réfugiés et les demandeurs d'asile géré par le Secours catholique (Paris) qui accueille cette rencontre – "reprend facilement à [son] compte" ce terme "d'impasse". Elle présente le fonctionne de ce centre d'accueil du Secours catholique, les difficultés du quotidien et l'impasse que présente le règlement Dublin dans le parcours des demandeurs d'asile et migrants qu'ils accueillent.

Matthieu Tardis, chercheur au centre migrations et citoyenneté de l'Ifri (Institut français des relations internationales) dresse le bilan du quinquennat Hollande en terme d'accueil des réfugiés. Selon lui, le manque d'hébergement est une situation ancienne héritière des politiques successives depuis le début des années 2000. Elle n'est donc pas seulement dû à ce qu'on appelle la "crise des réfugiés".

Trois ans après avoir obtenu leur statut, seuls 12% des réfugiés déclarent avoir encore des liens avec des Français. Autrement dit, une fois passée l'étape administrative, les espaces de rencontres sont encore trop rares (lire notre article "Le pari de la réciprocité"). Abou Saw est arrivé en France de Mauritanie il y a un an et demi. Le membre de JRS France a depuis partagé le quotidien de 14 familles françaises grâce au programme Welcome. Il en témoigne ici.

C'est empreinte de conviction que Geneviève Jacques conclut ces prises de parole. La présidente de La Cimade exprime ses attentes envers le nouveau gouvernement. Si la France a des progrès à faire en terme d'accueil des réfugiés, une vraie solution ne pourra être efficace que si elle est trouvée au niveau européen.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même dossier

Le choix de l’hospitalité

Que l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle ne puisse plus être écartée avec certitude, en dit long sur le raidissement de la société française. Dans un tel contexte, le risque est grand que l’accueil des étrangers ne devienne, toujours davantage, un tabou. Comme si, pour paraître « responsable », il fallait donner des gages sur la fermeture de nos frontières, rivaliser dans les obstacles mis sur la route de l’exil. Laisser mourir, en mer ou dans nos rues, pour n...

Les migrants au village

En milieu rural, l’arrivée de migrants constitue un événement. Elle suscite certes des peurs, mais quand les habitants se mobilisent, elle peut aussi revitaliser un tissu social fragilisé. Reportage en février 2017, dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne. À Penne (81), Emad est arrivé voici cinq mois. « Je viens de signer mon CDI », dit l’homme souriant, à la cinquantaine bien mordue. Comme tous les employés de la fromagerie, il marche en crocs et porte une charlotte blanche sur le dessus de la tête...

« Soit on les laisse mourir devant les yeux de nos enfants, soit… »

Ça se passe depuis cet hiver à la porte de Paris, à quelques encablures du siège de la Revue Projet. Des migrants, par centaines, dont on viole les droits et que l’on ne veut pas voir. Mais les riverains refusent de rester les bras croisés. Le Collectif Solidarité Migrants Wilson nous raconte... Notre collectif s’est créé dans le quartier de la Plaine à 500 mètres du centre d’accueil ouvert porte de la Chapelle, à la fin du mois de novembre 2016. Ce centre est largement sous-dimensionné dès le d...

Du même auteur

Des droits pour le vivant

Le droit est-il une voie pour faire entrer le non-humain en politique ? La juriste et eurodéputée Marie Toussaint et le philosophe Baptiste Morizot questionnent le concept d’une diplomatie du vivant.  Le 23 février 2021, l’État était reconnu « responsable de manquements dans la lutte contre le réchauffement climatique » par le Tribunal administratif de Paris, suite à l’action en justice menée par « Notre affaire à tous ». De quoi rendre politique la question du vivant ?M...

Gilles Vermot Desroches : « Le visage du pauvre est un jeune »

Initiateur de la Fondation Schneider Electric et ancien président des Scouts et Guides de France, Gilles Vermot Desroches n’a jamais cessé de vouer son engagement à la jeunesse. Vous arrivez en 1998 chez Schneider Electric1 après un long passage par le scoutisme. Est-ce une rupture ou une continuité ?Mon expérience chez les Scouts et Guides de France m’a permis de comprendre que si, dans sa mission, on ne porte pas une attention particulière aux plus démunis ou aux plu...

Faut-il privatiser EDF ?

Le projet Hercule, qui vise à "réorganiser" EDF, laisse présager le pire quant à une potentielle privatisation de l'entreprise publique. Alors que la transition énergétique est l'un des piliers de la lutte contre le changement climatique, est-il pertinent d'ouvrir l'activité de ce fleuron national à la concurrence ? C'est cette question que Martin Monti-Lalaubie a posée à Gaël Giraud, économiste et jésuite, pour sa chronique à la Revue Projet.Les sources citées pendant la chronique :- Le guide ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules