Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Réfugiés : sortir de l'impasse

[Vidéos] Lancement du numéro « Réfugiés : sortir de l’impasse »

©Projet / Martin de Lalaubie
©Projet / Martin de Lalaubie
À l’occasion de la publication du numéro de la Revue Projet « Réfugiés : sortir de l’impasse », nous avons souhaité donner la parole à ceux qui ont contribué à son élaboration. Rassemblés pour une conférence de presse, nos partenaires de La Cimade, de JRS et du Secours catholique ainsi que le chercheur Matthieu Tardis, ont pu partager leurs expertises et dénoncer la réalité à laquelle ils sont confrontés.

Pour introduire cette conférence, Jean Merckaert, rédacteur en chef de la Revue Projet, présente le processus qui a mené à ce résultat et les impasses que nous avons identifiées. On pourrait en dénombrer trois. Une première à laquelle sont confrontées les associations engagées dans l'accueil des réfugiés. C'est le grand écart entre l'élan d'hospitalité de familles, de villages, de bénévoles et cette hospitalité qui a cessé d'être une valeur politique défendue par nos institutions et personnalités politiques. La deuxième est celle vécue par les réfugiés eux-mêmes, victimes de politiques européennes ou nationales inefficaces. Et la troisième, une impasse juridique avec une distinction entre « bon » réfugiés et « mauvais » migrants, qui n'a pas lieu d'être à notre sens.

Aurélie Radisson, directrice adjointe du Cèdre – le Centre d'entraide pour les réfugiés et les demandeurs d'asile géré par le Secours catholique (Paris) qui accueille cette rencontre – "reprend facilement à [son] compte" ce terme "d'impasse". Elle présente le fonctionne de ce centre d'accueil du Secours catholique, les difficultés du quotidien et l'impasse que présente le règlement Dublin dans le parcours des demandeurs d'asile et migrants qu'ils accueillent.

Matthieu Tardis, chercheur au centre migrations et citoyenneté de l'Ifri (Institut français des relations internationales) dresse le bilan du quinquennat Hollande en terme d'accueil des réfugiés. Selon lui, le manque d'hébergement est une situation ancienne héritière des politiques successives depuis le début des années 2000. Elle n'est donc pas seulement dû à ce qu'on appelle la "crise des réfugiés".

Trois ans après avoir obtenu leur statut, seuls 12% des réfugiés déclarent avoir encore des liens avec des Français. Autrement dit, une fois passée l'étape administrative, les espaces de rencontres sont encore trop rares (lire notre article "Le pari de la réciprocité"). Abou Saw est arrivé en France de Mauritanie il y a un an et demi. Le membre de JRS France a depuis partagé le quotidien de 14 familles françaises grâce au programme Welcome. Il en témoigne ici.

C'est empreinte de conviction que Geneviève Jacques conclut ces prises de parole. La présidente de La Cimade exprime ses attentes envers le nouveau gouvernement. Si la France a des progrès à faire en terme d'accueil des réfugiés, une vraie solution ne pourra être efficace que si elle est trouvée au niveau européen.

J'achète Le numéro !
Réfugiés : sortir de l'impasse
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

« Avant, j’étais vide d’espoir »

Depuis 2007, le programme Welcome France du Jesuit Refugee Service (JRS) accueille les majeurs isolés et propose différentes activités à celles et ceux qui le souhaitent. Voici les témoignages précieux de leurs premiers pas en France. Dormir à la rueSelon l’adage, ce n’est pas la destination qui compte mais le voyage. Pour les réfugiés, la destination paraît cruciale et le voyage une épreuve à passer. Pourtant, à leur arrivée en France, ils se retrouvent désorientés, voire en grande détresse.Pou...

Réfugiés : « Les États membres n'ont pas été à la hauteur »

Que pensent les eurodéputés des politiques de l'Union en matière d'accueil ? Nous avons posé la question à cinq d'entre eux. Brando Benifei, Juan Fernando Lope Aguilar et Sylvie Guillaume (vice-présidente du Parlement européen) sont membres du groupe de l'alliance progressiste des socialistes et démocrates. Jean Lambert est membre du groupe des Verts. György Hölvényi est membre du groupe du parti populaire européen (démocrates chrétiens). De nombreux citoyens sont engagés dans l’accueil et l’int...

« Ce n'est pas une crise des migrants mais une crise des politiques d’hospitalité »

Entretien - La notion de réfugié serait-elle neutre ? Non, pour la sociologue Karen Akoka, qui se penche sur son utilisation en France. La définition et les procédures d’octroi du statut n’ont cessé d’évoluer au gré de considérations politiques. Immanquablement, une politique migratoire restrictive se reflète sur le droit d’asile. Parler de « crise », ou du « problème de l’immigration », en dit plus long sur nous que sur la réalité. Est-il juste de parler aujourd’hui de « crise des migrants » ?K...

Du même auteur

À l’épreuve de la communication

La vulgarisation des travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) suscite des incompréhensions, voire des contresens, en particulier du fait des scénarios qu’il propose. Rencontre avec trois de ses auteurs. Retrouvez la discussion en podcastQui compose le Giec et quel est son mandat ?Robert Vautard – Le Giec a un mandat clair : dresser l’état des connaissances sur le changement climatique et en faire la synthèse. Le Giec ...

« Le passage par l'art nous rend sensibles »

La politique peut se nourrir d’expérimentations artistiques. À Sciences Po, l’idée a fourni son concept à un cursus dédié. Entretien avec sa directrice Frédérique Aït-Touati. Un master consacré aux arts politiques à Sciences Po ne va pas de soi. Quelle est sa raison d’être ?Créé par le philosophe Bruno Latour, ce master est né d’une conviction simple : l’art doit avoir une place dans la réflexion et la décision politiques. ...

La politique des rêves

Aujourd’hui, séries, jeux vidéo et romans à succès produisent une synchronisation inédite de nos imaginaires, canalisant la rêverie. Une tendance à rebours des sociétés chamaniques, où les rêves sont analysés en tant qu’objets politiques. Entretien avec un anthropologue. Nos sociétés occidentales contemporaines ont-elles dépolitisé le rêve ?Le rêve est un puissant révélateur de la façon dont les collect...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules