Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Réfugiés : sortir de l'impasse

[Vidéos] Lancement du numéro « Réfugiés : sortir de l’impasse »

©Projet / Martin de Lalaubie
©Projet / Martin de Lalaubie
À l’occasion de la publication du numéro de la Revue Projet « Réfugiés : sortir de l’impasse », nous avons souhaité donner la parole à ceux qui ont contribué à son élaboration. Rassemblés pour une conférence de presse, nos partenaires de La Cimade, de JRS et du Secours catholique ainsi que le chercheur Matthieu Tardis, ont pu partager leurs expertises et dénoncer la réalité à laquelle ils sont confrontés.

Pour introduire cette conférence, Jean Merckaert, rédacteur en chef de la Revue Projet, présente le processus qui a mené à ce résultat et les impasses que nous avons identifiées. On pourrait en dénombrer trois. Une première à laquelle sont confrontées les associations engagées dans l'accueil des réfugiés. C'est le grand écart entre l'élan d'hospitalité de familles, de villages, de bénévoles et cette hospitalité qui a cessé d'être une valeur politique défendue par nos institutions et personnalités politiques. La deuxième est celle vécue par les réfugiés eux-mêmes, victimes de politiques européennes ou nationales inefficaces. Et la troisième, une impasse juridique avec une distinction entre « bon » réfugiés et « mauvais » migrants, qui n'a pas lieu d'être à notre sens.

Aurélie Radisson, directrice adjointe du Cèdre – le Centre d'entraide pour les réfugiés et les demandeurs d'asile géré par le Secours catholique (Paris) qui accueille cette rencontre – "reprend facilement à [son] compte" ce terme "d'impasse". Elle présente le fonctionne de ce centre d'accueil du Secours catholique, les difficultés du quotidien et l'impasse que présente le règlement Dublin dans le parcours des demandeurs d'asile et migrants qu'ils accueillent.

Matthieu Tardis, chercheur au centre migrations et citoyenneté de l'Ifri (Institut français des relations internationales) dresse le bilan du quinquennat Hollande en terme d'accueil des réfugiés. Selon lui, le manque d'hébergement est une situation ancienne héritière des politiques successives depuis le début des années 2000. Elle n'est donc pas seulement dû à ce qu'on appelle la "crise des réfugiés".

Trois ans après avoir obtenu leur statut, seuls 12% des réfugiés déclarent avoir encore des liens avec des Français. Autrement dit, une fois passée l'étape administrative, les espaces de rencontres sont encore trop rares (lire notre article "Le pari de la réciprocité"). Abou Saw est arrivé en France de Mauritanie il y a un an et demi. Le membre de JRS France a depuis partagé le quotidien de 14 familles françaises grâce au programme Welcome. Il en témoigne ici.

C'est empreinte de conviction que Geneviève Jacques conclut ces prises de parole. La présidente de La Cimade exprime ses attentes envers le nouveau gouvernement. Si la France a des progrès à faire en terme d'accueil des réfugiés, une vraie solution ne pourra être efficace que si elle est trouvée au niveau européen.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Religion et conflits

Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur, elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine. Existe-t-il des conflits à proprement parler religieux ? A priori, on serait tenté de répondre de manière affirmative au vu des incidents sanglants qui opposent des groupes et des communautés, se réclamant, de par le monde, de leurs croyances religieuses pour défendre et promouvoir des intérêts politiques. L’actualité internationale évoque avec constance ces guerres...

Du même dossier

Un Conseil des migrants s’invente à Calais

Entretien - L’initiative a pris naissance au cœur du bidonville, dans la jungle de Calais, en 2015. Pendant plus d’un an, un Conseil a réuni des migrants. L’objectif : représenter « les exilés » de manière la plus directe possible, sans la médiation d’une association. Retour sur l’expérience. Comment est né le Conseil des migrants ?Vincent De Coninck - Une des premières choses que les migrants nous ont dite, à nous associations, c’est : « Pourquoi le préfet parle aux associations et pas à nous ?...

Réfugiés : « Les États membres n'ont pas été à la hauteur »

Que pensent les eurodéputés des politiques de l'Union en matière d'accueil ? Nous avons posé la question à cinq d'entre eux. Brando Benifei, Juan Fernando Lope Aguilar et Sylvie Guillaume (vice-présidente du Parlement européen) sont membres du groupe de l'alliance progressiste des socialistes et démocrates. Jean Lambert est membre du groupe des Verts. György Hölvényi est membre du groupe du parti populaire européen (démocrates chrétiens). De nombreux citoyens sont engagés dans l’accueil et l’int...

Accueillir aussi les déboutés du droit d’asile

Chaque année, 2000 à 3000 personnes demandent l’asile à Strasbourg. Une ville qui fait le pari de l’hospitalité, même pour ceux qui ne se voient pas reconnaître le statut de réfugié. Accueillir des réfugiés au plan local, c’est d’abord exprimer des messages, affirmer des valeurs de solidarité et d’ouverture, refuser le commerce électoral de la peur, lutter contre les fantasmes propagés par les populismes. Ces migrations auxquelles nous assistons relèvent, bien sûr, de crises humanitaires, géopol...

Du même auteur

« Le passage par l'art nous rend sensibles »

La politique peut se nourrir d’expérimentations artistiques. À Sciences Po, l’idée a fourni son concept à un cursus dédié. Entretien avec sa directrice Frédérique Aït-Touati. Un master consacré aux arts politiques à Sciences Po ne va pas de soi. Quelle est sa raison d’être ?Créé par le philosophe Bruno Latour, ce master est né d’une conviction simple : l’art doit avoir une place dans la réflexion et la décision politiques. ...

La politique des rêves

Aujourd’hui, séries, jeux vidéo et romans à succès produisent une synchronisation inédite de nos imaginaires, canalisant la rêverie. Une tendance à rebours des sociétés chamaniques, où les rêves sont analysés en tant qu’objets politiques. Entretien avec un anthropologue. Nos sociétés occidentales contemporaines ont-elles dépolitisé le rêve ?Le rêve est un puissant révélateur de la façon dont les collect...

La politique empêchée

La politique peine à faire de l’imagination un véritable outil de transformation sociale. Pour Corinne Morel Darleux, ex-politicienne et romancière, s’en priver condamne à l’impuissance.  Une personne élue a-t-elle le temps et l’espace, mais aussi le droit et les moyens, d’être imaginative ?Mon premier constat, après quinze ans d’engagement, est que nous manquons cruellement de renouvellement des horizons politiques, que ce soit dans les partis ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules