Protest 27.06.14, Reichenberger Straße // Freedom Not Frontex ©Ohlauer Räumung /FlickrProtest 27.06.14, Reichenberger Straße // Freedom Not Frontex ©Ohlauer Räumung /Flickr



 

L’accueil massif des exilés en Allemagne en 2015 a permis aux villes de rappeler qu’elles sont souvent pionnières en matière de politiques d’hospitalité. Du moins, certaines. Car les marges de manœuvre existent, et in fine, les modalités de l’asile résultent largement d’une négociation locale.

« On parle trop de quotas, de chiffres et de frontières, et pas assez des personnes. Ce sont des personnes qui fuient la guerre, la persécution et la pauvreté. La manière dont on s’occupe d’elles lorsqu’elles arrivent dans nos villes va déterminer le succès sur le long terme de l’intégration et de la cohésion sociale en Europe.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.