Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Les langages de la transition

Écologie Les mots justes

© Marine de Francqueville
© Marine de Francqueville

Éternelle arlésienne ? Aveu d’impuissance ? Tigre de papier ? La « transition écologique » s’invoque à tout va et tous vents. La girouette tourne aussi vite que les esprits déboussolés par le réchauffement climatique et ses effets. Faut-il s’y adapter ou, à défaut, l’atténuer ? Tout changer, mais quoi ? À moins qu’il ne soit déjà trop tard. Pouce ! Mettons déjà ce « tout », ou le plus possible, en débat. Cette 400e édition de la Revue Projet tient du pari de Pascal.

Dans ce vaste orchestre d’une humanité confrontée à ses propres limites, la partition de la « transition écologique » connaît bien des dissonances. Pis, on s’accuse mutuellement de fausser l’harmonie. Le Giec1 « exagère ». Les mouvements écologistes sont des « Khmers verts punitifs ». Les solutions seraient « sur la table », mais les gouvernements – à commencer par ceux des pays riches – « ne font rien ». Quant à la société, malgré les changements de comportements individuels, elle n’est pas « prête ».

Les formules éculées noient les désaccords. Elles éludent les grammaires à l’œuvre chez les différents acteurs (scientifiques, politiques, instances internationales, ONG, société civile, etc.). Ce faisant, elles hypothèquent ce langage commun sans lequel la transition écologique se réduit à la coquille vide ou au vœu pieux. La transition ne mènera nulle part si un juste horizon ne lui indique un chemin. Juste horizon qui commence par des mots justes.

Tel est le pari de notre revue centenaire et alerte, engagé avec l’Ademe, l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), le Centre international de recherche sur l’environnement et le développement (Cired) et la Fondation Terre solidaire : discerner pour comprendre et comprendre pour agir. Discerner ce que les formules les plus courues disent ou taisent. Ensuite, comprendre ce que des mots font faire (ou non). Enfin, promouvoir à partir des langages de chacun – la science évalue, les ONG alertent, les politiques décident – des consonances pour refaire société.

Dans les articles ou entretiens qui suivent (à retrouver pour certains ici-même en podcast), les scientifiques, observateurs et acteurs sollicités ne dissimulent pas leurs propres biais de langage. Au contraire. Transition bien ordonnée commence par soi-même et invite à interroger des événements révélateurs, comme les Gilets jaunes ou la gronde des agriculteurs, et même le discours des climatosceptiques. De même, la transition tant espérée ne doit contourner aucune réponse à tout ce qu’elle remet en question (démocratie, sécurité, travail, mobilité, habitat, etc.). C’est à ce prix que nous pouvons la faire nôtre.

Sommaire du dossier

1. Ce que les mots font dire

2. Ce que les mots font faire (ou pas)

3. Pour un langage commun

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Le clerc en sursis ?

La plupart des confessions religieuses excluent les femmes des charges sacerdotales. Pour combien de temps ? Patriarcale au superlatif, l’Église catholique voit son modèle vaciller. Le patriarcat demeure la règle dans le monde religieux. Dans des contextes très différents, les trois monothéismes le pratiquent. Tous invisibilisent les femmes, contrôlent leur corps et les tiennent éloignées de la sphère publique. Circonstance aggravante, ce bastion bien défendu l’est par...

Du même dossier

Délicat tissage de langages

Plus que jamais, la transition écologique engage notre capacité à faire dialoguer des langages. Celui de la science. Celui du politique. Celui des lanceurs d’alerte. Celui des acteurs économiques. Retour en cinq points saillants sur notre dossier. Les difficultés à résoudre l’affaire climat ne sauraient s’expliquer sur la seule base de nos divergences d’intérêt et de visions du monde. Sans une compréhension réciproque de ces divergences, elles resteront impossib...

À qui profite le terme ?

Brandie dans les discours politiques, « l’écologie punitive » traduit un sentiment d’injustice quant aux efforts à fournir face à la crise climatique. Or les études de l’Ademe témoignent d’une réalité bien plus complexe. L’expression « écologie punitive » a été abondamment utilisée dans les champs médiatique et politique depuis une dizaine d’années. Elle vise à qualifier des mesures de politique publique environ...

L’envers des écogestes

Contrairement à une idée reçue, la somme des comportements individuels ne suffira jamais à garantir une véritable bascule écologique. Explications.  Parmi les solutions identifiées pour résoudre la crise climatique, les changements de comportements individuels figurent en bonne place aux côtés des visées plus technicistes misant sur l’innovation pour décarboner nos sociétés. On retrouve cette approche comportementale au cœur de l’expertise du Groupe...

Du même auteur

« L’écologie est une rupture »

Par ses origines associatives, la Fondation Terre Solidaire ne craint pas de revendiquer une certaine radicalité dans son engagement en faveur de la transition écologique. Entretien. Le vocabulaire de l’écologie s’est reconfiguré à mesure que le défi climatique a pris de l’importance. Comment analysez-vous cette évolution ?Philippe Mayol – Je vois deux reconfigurations à l’œuvre. D’abord, les termes d’« écologie » et de « transition écologique » deviennent de plus en plus usités pa...

À l’épreuve de la communication

La vulgarisation des travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) suscite des incompréhensions, voire des contresens, en particulier du fait des scénarios qu’il propose. Rencontre avec trois de ses auteurs. Retrouvez la discussion en podcastQui compose le Giec et quel est son mandat ?Robert Vautard – Le Giec a un mandat clair : dresser l’état des connaissances sur le changement climatique et en faire la synthèse. Le Giec ...

« Le saut dans l’inconnu se précise »

La transition écologique est à la peine dans les pays occidentaux, qu’on on ne peut néanmoins taxer d’inaction. Les politiques publiques s’y heurent à l’exigence d’un profond changement de modèle. Entretien. Rognage du Pacte vert européen, normes environnementales revues à la baisse lors de la crise agricole, zones antipollution inégalement appliquées selon les villes… Les pays dits « du Nord » tiennent-ils un double discours face ...

1 Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules