Logo du site
Dossier : Climat : qu'attendre des entreprises ?

Les cercles vertueux des PME innovantes

© Jean-Louis Zimmermann / entreprises
7 octobre 2006
© Jean-Louis Zimmermann / entreprises 7 octobre 2006
Elles se développent petit à petit. Elles sont à échelle humaine et tentent d’accorder autant d’importance à l’empreinte écologique de leurs produits qu’au bien-être de leurs salariés. Si ces PME sont encore loin d’être la norme ou d’être sans reproche, voici un aperçu de ces tentatives porteuses d’espoir.

Pocheco, Serge Ferrari, Malongo, Freitag, Ekyog, Camif.fr, Génération Plume... sortent des sentiers battus pour développer leurs activités en se donnant pour objectif de préserver les hommes et la planète. « Entreprendre sans détruire », promouvoir une « économie légère », préserver la biodiversité grâce à l’innovation, limiter les kilomètres parcourus par la marchandise, tels sont les défis relevés par ces PME qui font de la contrainte écologique une clé de leur succès.

Peut-on véritablement allier performance économique et écologique ? Se libérer de la contrainte écologique par l’innovation ou la « croissance verte » ? Lorsque les externalités croissent au même rythme que le chiffre d’affaires, ne faut-il pas plutôt changer de paradigme ? Nous voudrions tenter ici de comprendre les principes qui guident les entrepreneurs et les équipes de ces PME innovantes : leurs traits distinctifs peuvent-ils donner un cadre d’action pour orienter les activités et les modes de gestion, dans un sens plus durable et plus désirable ?

Écoconception et économie de la légèreté

Pocheco élabore les recettes de ses enveloppes en garantissant leur innocuité, tout au long de leur cycle de vie, pour qu’elles soient effectivement recyclables, recyclées et biodégradables. L’entreprise Serge Ferrari est née d’une innovation : le « Précontraint », un matériau en polymère composite qui allège le poids des produits fabriqués, pour des performances supérieures. Chez le fournisseur de café Malongo, toute la politique d’écoconception est centrée sur la réduction du poids des emballages et des produits, qu’il s’agisse des boîtes, des cartons d’emballage, des machines à café ou du conditionnement des doses, la dose Malongo étant elle-même en fibre végétale. Cette aspiration

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules