Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Climat : qu'attendre des entreprises ?

Total : anticiper la transition des métiers

©Industry and Parliament Trust / Flickr
David Davies MP on his Fellowship with Total, 12 mai 2007
©Industry and Parliament Trust / Flickr David Davies MP on his Fellowship with Total, 12 mai 2007
Marc Blanc travaille pour Total. De 2014 à 2017, il était membre du conseil d'administration où il représentait les salariés, au nom de la CFDT. Comment un groupe pétrolier d'une telle ampleur peut-il s'adapter aux changements professionnels à venir et réellement intégrer les enjeux climatiques ? Témoignage.

Si toutes les entreprises sont concernées par les enjeux climatiques, celles du secteur de l’énergie – Total, Engie, EDF…– sont, bien sûr, directement impactées et appelées à intégrer cette mobilisation (aujourd’hui internationale) pour faire évoluer leur stratégie.

Chez Total, Patrick Pouyanné, le président directeur général, a lancé début 2015 une réflexion pour construire un projet d’entreprise : One Total. Ce projet, pour lequel les salariés ont été sollicités, entend impulser des orientations nouvelles pour le groupe afin de devenir gazier et de créer une quatrième branche « énergies renouvelables », qui intègre le solaire, l’électricité et l’efficacité énergétique. La consultation a révélé deux positions au sein du groupe. La première, défendue par la CFDT, demande d’aller plus vite dans cette transition. La seconde reste dans la ligne de l’histoire du groupe, soit la recherche du pétrole. Et beaucoup de salariés, formés en ce sens, s’en tiennent à cette logique.

En tant qu’administrateur, j’ai validé une stratégie qui correspond, finalement, aux attentes d’une majorité des salariés et de la société. Mais la question qui se pose est celle de la rapidité de cette mutation de l’entreprise, en se gardant des effets d’annonce ou du « green washing ». La réponse dépend des choix internes et des choix politiques externes. Ainsi, le plan climat présenté par le ministre de la Transition écologique et solidaire (en juillet 2017, NDLR) devrait accélérer cette évolution : décarboner la production d’énergie, viser la neutralité carbone en 2050, accélérer le déploiement des énergies renouvelables…

En interne, s’il est relativement aisé d’afficher quelques nouvelles orientations – solariser 5000 stations-services, racheter des actifs « énergies renouvelables »… – il est moins aisé de gérer les conséquences sociales qu’induisent ces mutations. Consommer moins de produits pétroliers (objectif de moins 30 % en 2030 dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte), signifie des métiers qui disparaissent (filiales de distribution, raffinage) et d’autres qui évoluent (production et exploration à terme).

Repérer ces évolutions d’emploi et de compétences nécessaires, et de les anticiper.

Il s’agit donc de repérer ces évolutions d’emploi et de compétences nécessaires, et de les anticiper. Ce travail sensible et complexe est sans cesse remis en cause, dépendant des décisions politiques françaises ou européennes et des choix du groupe. Ainsi, l’arrêt de la raffinerie déficitaire de La Mède a été annoncé en 2015. Après avoir milité pour le développement d’un nouveau projet industriel pour maintenir le plus d’emplois possible, les démarches administratives pour sa transformation en bioraffinerie sont en cours à la préfecture. Mais le projet est potentiellement remis en cause par des ONG pour des raisons écologiques (importation d’huile de palme et déforestation), ce qui fragiliserait 250 emplois directs. Pourtant, aujourd’hui, avec de bonnes certifications de durabilité, l’exploitation de l’huile de palme peut-elle être définitivement écartée ? De même, le passage des biocarburants de première génération, c’est-à-dire qui utilisent la partie noble et comestible de la plante (blé, colza…), à la seconde, à partir des déchets de la plante, reste suspendu à une prochaine directive européenne. S’engager dans le développement de l’électricité nécessite des ressources dont le groupe ne dispose pas ou peu aujourd’hui. Ses choix (production et/ou commercialisation) détermineront les compétences nécessaires pour demain.

Ces exemples soulignent la nécessité d’agir, parallèlement, hors et dans l’entreprise. Le plan de programmation de l’emploi et des compétences, prévu par la loi et qui s’adossera à la programmation pluriannuelle de l’énergie, doit être élaboré en 2018. Il devrait donner une vision de l’évolution des métiers de l’énergie, sous l’effet des transitions en cours et à venir. Un véritable travail de prospective et d’analyse reste à construire au sein du groupe pour l’engager, pleinement, dans la transition énergétique.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Chili, page blanche constitutionnelle

Investie en juillet 2021, l’Assemblée constituante chilienne porte en elle la rémission d’un pays profondément fracturé. Quatre de ses représentants témoignent. Des bancs de l’ancien Congrès national de Santiago s’écrira la future Constitution du Chili. Vidé de ses parlementaires au lendemain du coup d’État du 11 septembre 1973, le lieu n’en avait revu aucun depuis la fin de la dictature militaire d’Augusto Pinochet, en 1990. Le 4 juillet 202...

Du même dossier

Finance et investissement : quelle marge d'action pour les banques ?

Pierre Dufaud travaille pour Natixis. Il nous raconte comment une banque de financements et d'investissements peut agir sur les choix de ses clients, particuliers comme professionnels, et évaluer l'impact environnemental de ces choix. Si l'évolution est en route, elle est encore tributaire des stratégies commerciales des grands groupes, comme les pétroliers. Témoignage. Je suis responsable du volet environnemental et social des activités de financement dites CIB (Corporate and investment banking...

Lancer une alerte climat

Évasion fiscale, Mediator, crimes ou maltraitance… autant de scandales qui ont éclaté parce que des individus ont fait prévaloir leur éthique sur leur intérêt, leur carrière sinon leur sécurité. Le climat aura-t-il, lui aussi, ses lanceurs d’alerte ? Retour sur ce que permet la loi. « À tous les repas pris en commun, nous invitons la liberté à s’asseoir », René Char, Feuillets d’Hypnos.Sous la pression de la société civile (18 ONG coordonnées par Transparency France), dont la vigilance n’a pas f...

Responsabilité climatique des entreprises : la stratégie de l'esquive

Comment les grands groupes, notamment les sponsors de la Cop21, communiquent-ils sur leurs émissions de gaz à effet de serre ? Sont-ils prêts à être transparents ? À tenir compte de toutes leurs chaînes d’approvisionnement ? Pas si sûr. À l’occasion de la Cop21, qui s’est tenue à Paris fin 2015, le Basic a évalué, en partenariat avec l’Observatoire des multinationales, les actions engagées par les principaux sponsors français de l’événement pour lutter contre le changement climatique. Il s’agiss...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules