Logo du site
Dossier : Climat : qu'attendre des entreprises ?

Finance et investissement : quelle marge d'action pour les banques ?

Pierre Dufaud travaille pour Natixis. Il nous raconte comment une banque de financements et d'investissements peut agir sur les choix de ses clients, particuliers comme professionnels, et évaluer l'impact environnemental de ces choix. Si l'évolution est en route, elle est encore tributaire des stratégies commerciales des grands groupes, comme les pétroliers. Témoignage.

Je suis responsable du volet environnemental et social des activités de financement dites CIB (Corporate and investment banking) de Natixis, l’une des grandes banques françaises de financement et d’investissement. Mon activité concerne l’ensemble des financements corporate et structurés des clients de la banque.

Nous développons une gestion des questions sociales et environnementales soulevées par notre activité. Il s’agit de mettre en œuvre des critères d’évaluation des impacts environnementaux et sociaux des investissements à financer et de mener les études nécessaires préalables, en ayant recours si besoin à des audits externes. Ces audits visent en particulier à mesurer les impacts, apprécier la manière dont ils sont évités ou corrigés. Ce processus peut aboutir à la mise en œuvre de mesures complémentaires – sous forme de plans d’action – pour que les opérations financées respectent les normes et meilleurs standards reconnus dans le secteur, y compris dans les pays émergents qui n’ont pas toujours une règlementation suffisante. Ce processus nous permet d’obtenir de nos clients emprunteurs qu’ils intègrent dans leurs systèmes de gestion les recommandations effectuées dans des domaines très variés. Cette démarche est particulièrement utile dans les secteurs les plus sensibles (mines, énergie, infrastructure notamment).

En octobre 2015, Natixis a pris l’engagement fort de ne plus financer, investir ou offrir des produits associés dans des projets liés au charbon, telles les centrales électriques ou les mines de charbon thermique. Nous avons été l’une des premières banques au monde à faire ce choix, écartant aussi les sociétés majoritairement actives dans ce secteur. Nous contribuons ainsi, en tant que banque responsable, à influencer nos clients emprunteurs dans leurs décisions d’investissement. Pour ce faire, Natixis a lanc�

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules