Logo du site
Dossier : Climat : qu'attendre des entreprises ?

Décarboner l’entreprise : une affaire de leadership

© Hamza Butt / http://www.buynothingnew.org
© Hamza Butt / http://www.buynothingnew.org
La plupart des entreprises conditionnent leur action pour le climat à sa rentabilité. Il leur faut désormais apprendre à poursuivre ces objectifs en parallèle. Retrouver le goût d’entreprendre, au fond ! Fort d’une longue expérience dans l’industrie, Xavier Becquey livre un constat lucide mais enthousiaste.

Quels progrès considérables en quinze ans ! Des acteurs importants de la génération d’électricité (E.ON, Engie) se défont de leurs centrales de production thermiques au profit des énergies renouvelables. Grâce, entre autres, à la transition énergétique (Energiewende) lancée par l’Allemagne, des progrès techniques considérables ont permis d’amener le solaire et l’éolien à des prix désormais compétitifs. En 2015, les investissements réalisés en ce domaine s’élevaient à plus du double de ceux effectués dans les nouvelles centrales à charbon ou à gaz. Les moteurs des véhicules thermiques continuent à réduire drastiquement les émissions et le véhicule électrique ou à hydrogène devient un mode de mobilité crédible. Un véhicule neuf, sorti des usines de Renault ou PSA, intègre désormais 30 % de matières recyclées. Des entreprises se donnent publiquement l’objectif d’arriver, d’ici quelques années, à un impact zéro carbone et les actionnaires de grandes entreprises, comme ExxonMobil, leur demandent de justifier comment elles prennent en compte le changement climatique dans leur activité1. Malgré tout, nous sommes en train de dangereusement diverger du scénario limite d’une augmentation de température, réduite à 2°C, par rapport à l’ère préindustrielle.

Insuffisante inflexion

Nous n’arrivons pas suffisamment à découpler développement économique et émissions de gaz à effet de serre (GES) : « l’effet parc » ralentit l’impact de technologies moins émettrices, le temps que l’intégralité du parc existant se renouvelle, puisque le remplacement émet des GES ; « l’effet rebond » fait que, tout en améliorant les performances énergétiques des équipements, nous en multiplions la diversité et les q

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules