Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : L’imagination au pouvoir

Une candidate au pouvoir Introduction


Si la politique est associée au pragmatisme, l’imagination est généralement assimilée à la fiction, à la rêverie ou à la création artistique. Et pourtant, elle est, au même titre que le débat ou la représentation, une composante essentielle au bon fonctionnement de la démocratie. Sans cette capacité à mettre au travail l’imagination, la politique a-t-elle un avenir ? Les élections sont un moment privilégié, où nous nous projetons ensemble vers demain. Mais quel imaginaire les candidats nous proposent-ils ? L’intellectuel communiste italien Antonio Gramsci le rappelle : la conquête du pouvoir passe d’abord par les idées.

À l’approche des élections présidentielle et législatives, la Revue Projet propose un numéro spécial pour développer le goût et la capacité de faire jouer l’imagination d’un avenir désirable. Ce dossier constitue le septième et dernier pilier de notre série politique sur les fondements démocratiques (voir ci-contre). Soucieux de conjuguer le pouvoir de l’imagination et le sens de la réalité, nous l’avons réalisé en partenariat avec le « Pacte du pouvoir de vivre ».

Ce jeune collectif de la société civile réunit plus de soixante-cinq organisations (syndicats, associations, fondations…) et mène campagne, non pas pour un candidat, mais pour un contre-projet de société en mesure d’allier écologie, justice sociale et démocratie. Il propose un vaste projet autour de quatre-vingt-dix propositions qui forment un tout devant la complexité des défis à relever. Le changement ne viendra pas uniquement de l’Élysée : nous avons besoin d’horizontalité et de cohésion de notre pays. Nous avons également besoin de ce pouvoir de l’imagination pour bousculer nos institutions. Face à l’accélération du temps, comme des hamsters dans leurs roues, elles peinent à se remettre en cause, à revisiter les positions acquises, ou tout simplement à sortir des inerties…

La politique peut encore faire rêver. Le Pacte du pouvoir de vivre et bien d’autres collectifs – avec ou sans figures charismatiques – témoignent du pouvoir de l’imagination en action. Ne cédons pas aux charlatans du « c’était mieux avant » ! Le philosophe Michel Serres, auteur d’un manifeste anti-déclinisme, affichait son ras-le-bol devant les râleurs de tout poil et les nostalgiques d’un passé idéalisé. « Si vous voulez inventer, il faut sortir du chemin. Bifurquer. » Un appel à se mettre en route. Le changement est d’abord celui de notre regard.

Sommaire du dossier

  • « La politique empêchée » propos recueillis par Martin Monti-Lalaubie. Entretien Corinne Morel Darleux,essayiste, romancière, ancienne conseillère régionale Auvergne Rhône-Alpes.
  • « Pub ou politique » par Nicolas Rio, consultant en coopérations territoriales et enseignant à Sciences Po
  • « Au risque de la plume » par Ingrid Leduc, plume, présidente de la Guilde des plumes, anciennement conseillère discours auprès de la maire de Rennes.
  • « La politique des rêves » par Charles Stépanoff, anthropologue, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).
  • « Sécurité sociale, l’idéal concret » par Michel Étiévent
  • « Au Québec, de l’idée à la loi » par Vivian Labrie, chercheure associée à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (Iris) et militante politique québécoise.
  • « La voie du collectif » par Amandine Lebreton, porte-parole du Pacte du pouvoir de vivre et directrice plaidoyer et prospective de la Fondation pour la nature et l’homme.
  • « Électrochoc pandémique » par Christophe Robert, sociologue, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, membre du Pacte du pouvoir de vivre.
  • « La fabrique des propositions » par Daniel Verger, responsable du pôle études-recherches-opinion au Secours-Catholique-Caritas France, membre du Pacte du pouvoir de vivre.
  • « Justice sociale et poétique » par Emmanuel Bodinier, cofondateur de l’association Aequitaz, membre du Pacte du pouvoir de vivre.
  • « Les trois ères de l’engagement » par Claire Thoury, sociologue, présidente du Mouvement associatif, membre du Pacte du pouvoir de vivre.
  • « Lettrés du futur » par Daniel Kaplan, spécialiste des enjeux numériques et cofondateur du réseau Université de la pluralité.
  • « Le matheux et le politique » par Marcel Rémon, jésuite, statisticien, directeur du Centre de recherche et d’action sociales.
  • « Trois pensées de l’imaginaire social » par Benoît Ferré, jésuite, doctorant en philosophie et membre du Ceras.
  • « Paul Ricoeur et l’utopie » par Sébastien Roman, professeur agrégé de philosophie et chercheur associé au laboratoire Triangle (ENS Lyon).
  • « Un frondeur nommé Jésus » par Jean-Yves Baziou
  • « L’avenir en jeu » par Hervé Chaygneaud-Dupuy, co-fondateur du collectif Imaginarium-s, une communauté ouverte pour apprendre à travailler les imaginaires par expériences collectives.
  • « État de l’art politique » propos recueillis par Martin Monti-Lalaubie. Entretien avec Frédérique Aït-Touati, metteure en scène et directrice du master d’expérimentation en arts politiques de l’École d’affaires publiques de Science Po.
  • « L’imagination au pouvoir : six points saillants » par Damien de Blic, enseignant-chercheur en science politique (Université Paris 8). 
Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Par-delà les plafonds de verre

Les migrations féminines sont longtemps demeurées à l’ombre des gros titres et de l’attention générale dans les pays dits d’accueil. Pourtant, elles représentent aujourd’hui plus de la moitié des personnes migrantes. A-t-on enfin dépassé l’angle mort ?Un pan du voile a certes été levé au début de la pandémie du Covid-19. L’utilité sociale de certains métiers (caissières, aide à domicile, employées d’entretien, etc.) a jeté une lumière neuve sur celles qui les occupent : très souvent, des citoye...

Conditions du travail à Madagascar

Chaque société entretient avec la sphère du travail un rapport particulier qui dépend d’abord de sa culture et de son histoire, ensuite de son niveau de développement économique et social. L’exemple de Madagascar relève d’une situation globalement partagée par la plupart des pays africains subsahariens – sauf l’Afrique du Sud. Ces pays ont en commun la prédominance de la tradition et de l’oralité, et l’expérience de la domination coloniale. Et ils connaissent aujourd’hui des changements sociaux...

Du même dossier

Lettrés du futur

L’absence d’apprentissage de l’imagination dans le système éducatif français est flagrante. Lui ménager une place permettrait à chacun de développer sa propre musique. On connaît bien ce paradoxe : la connaissance des défis écologiques est établie et disponible, les personnes qui en ont conscience sont de plus en plus nombreuses, et pourtant cela ne se traduit pas en actes à la hauteur des enjeux. Nous savons ce qu’il faudrait quitter, ...

La politique empêchée

La politique peine à faire de l’imagination un véritable outil de transformation sociale. Pour Corinne Morel Darleux, ex-politicienne et romancière, s’en priver condamne à l’impuissance.  Une personne élue a-t-elle le temps et l’espace, mais aussi le droit et les moyens, d’être imaginative ?Mon premier constat, après quinze ans d’engagement, est que nous manquons cruellement de renouvellement des horizons politiques, que ce soit dans les partis ...

Trois pensées de l’imaginaire social

L’image qu’une société a d’elle-même marque ses institutions et ses pratiques. comme le soulignent les travaux de Cornélius Castoriadis, Paul Ricœur et Charles Taylor. Convoquer l’imagination en politique. La formule sonne comme une tentative désespérée de remobiliser des citoyens apathiques. De fait, l’injonction permanente à la créativité épuise. Le projet enthousiaste d’élargir le champ des possibles promet moins de rassembler qu’il ne risque...

Du même auteur

L’Église contrainte à se réformer

Un an après la remise du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase), la succession de révélations accablantes concernant de hauts dignitaires accentue le discrédit sur le fonctionnement de l’Église catholique. Comment rétablir la confiance ? Elle exige, plus qu’un aggiornamento, une véritable révolution copernicienne, notamment sur deux points au cœur de ses égarements actuels : la culture du secret et le cléricalisme.Les deux instances mises en place après...

Pas de société sans solidarité

La pandémie du Covid-19, qui a donné lieu à bien des actes de solidarité, a permis un retour en force de l’État providence. En d’autres termes, en période de naufrage, l’État a retrouvé son rôle de protecteur et de régulateur du modèle économique. Simple parenthèse heureuse ? On a l’impression à présent que l’on « repart comme en quarante ». En témoigne le retour fortement médiatisé de la vieille rhétorique sur les « assistés » et les « paresseux ». Même la gauche – on l’a vu à la « fête de l’H...

L’attachement à plein régime

Notion clé de l’œuvre de Serge Paugam, l’attachement social articule mémoire collective, contrôle social et prédispositions à agir. La prise en compte de ces dimensions donne matière à renouveler une solidarité indispensable à nos existences.  Pour quelles raisons la question de la solidarité est-elle devenue un objet central de vos travaux de recherche ?À la fin des années 1990, j’ai commencé à étudier la quest...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules