Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : L’imagination au pouvoir

Fabrique de propositions

Parmi les propositions du Pacte, développer le transport ferroviaire local et interdire les extensions d'aéroport.
Parmi les propositions du Pacte, développer le transport ferroviaire local et interdire les extensions d'aéroport.

Pour défendre des propositions innovantes en cette année électorale, le Pacte du pouvoir de vivre mise sur le dialogue inter-structures, le temps long et une écoute fine du terrain. 


Dans un contexte sanitaire, social et écologique plutôt angoissant, le Pacte du pouvoir de vivre ne veut plus d’un système qui écrase les plus faibles et détruit l’écosystème. Alors que les alarmes retentissent, cette coalition de soixante-cinq organisations de la société civile cherche à construire une nouvelle donne politique. Un pacte du pouvoir de vivre, aujourd’hui et demain, dans la dignité et le respect, un pacte qui nous engage tous.

Mais comment le décliner en propositions concrètes et motivantes, qui puissent parler aux citoyennes et citoyens ? En octobre 2020, les organisations du Pacte du pouvoir de vivre décident de s’engager dans un grand chantier pour mettre à jour le projet social, écologique et démocratique qu’elles souhaitent présenter aux décideurs publics et à l’ensemble de la société en vue des prochaines élections nationales.

Structurés par thématique, les groupes de travail se lancent en janvier 2021. Aux représentants d’organisations du Pacte qui y prennent part sur la base du volontariat s’ajoutent des experts se reconnaissant dans les valeurs du projet. La fabrique des propositions peut commencer. D’abord, par une émulation entre les idées, les projets et les défis propres à chacun. Ces défis sont ancrés dans les réalités et le compagnonnage que nos organisations vivent, dans leur territoire, avec les personnes, les structures ou la nature en difficulté.

Au sein du Pacte, la conviction se renforce qu’on n’a pas tout essayé contre le chômage. 

« Un emploi, un revenu juste, un logement digne pour tous, c’est possible. » L’intitulé de ce groupe en traduit l’ambition. Afin d’identifier les orientations d’une politique de l’emploi solide, susceptibles d’être portées par le Pacte, un sous-groupe se focalise sur la question de l’emploi. Les discussions sont vives autour de la notion de « garantie d’emploi », profondément novatrice, et les transformations du marché du travail sont au cœur des débats.

Il s’agit également de préciser le chemin vers une lutte plus efficace contre le chômage de longue durée. La conviction se renforce qu’on n’a pas tout essayé contre le chômage et qu’il faut stimuler notre capacité d’imagination créative dans ce domaine. In fine, le groupe se met d’accord sur une proposition visant à assurer une garantie d’emploi contre le chômage de longue durée, à mettre en œuvre sur les territoires.

L’emploi au travail

Cette proposition émerge d’un contexte porteur. En 2018, l’économiste américaine Pavlina Tcherneva démontrait1 qu’il est possible de fournir à tous les citoyens qui le désirent un travail rémunéré, dans la tradition keynésienne de l’État employeur en dernier ressort. Pour écarter l’objection de ceux qui voient là une étatisation de l’économie, Tcherneva propose que la garantie d’emploi permette de créer des emplois utiles pour la société et répondant à des besoins identifiés démocratiquement.

La campagne « Un emploi vert pour tous » s’inspire de l’expérience positive de l’association Territoires zéro chômeur. 

En France, le sujet est repris dans une tribune portée par les chercheuses en sciences sociales Julie Battilana, Isabelle Ferreras et Dominique Méda, en quête d’un progrès social et écologique autour du renouvellement du travail dans nos sociétés. Signée par plus de 6 000 chercheurs du monde entier, elle se déclinera en 2020 en un livre2 recueillant des articles de femmes engagées dans la transition sociale et écologique (on y retrouve notamment une contribution de Pavlina Tcherneva).

La campagne « Un emploi vert pour tous », portée par les laboratoires Hémisphère gauche et l’institut Rousseau, introduit l’idée d’une « garantie à l’emploi vert » dans le débat public. La campagne s’inspire de l’expérience positive de l’association Territoires zéro chômeur de longue durée (membre du Pacte du pouvoir de vivre), qui propose des emplois à durée indéterminée à des chômeurs de longue durée, dans le cadre d’entreprises à but d’emploi.

Les membres du groupe « Emploi » élaborent dans ce contexte un ensemble de propositions en insistant – et c’est là une des lignes de force – sur la nécessaire dynamique territoriale pour mettre en œuvre une telle garantie. Il ne s’agit pas d’une démarche venant d’en haut et s’imposant aux acteurs. L’enjeu est de soutenir et renforcer les dynamiques locales permettant de garantir une embauche à tous les chômeurs de longue durée en recherche. En partant de leurs talents et désirs et des besoins (repérés démocratiquement) non satisfaits dans les territoires, sont créés des emplois utiles tant à la transition écologique qu’aux habitants.

Essentielle narration

Une idée forte et innovante prend ainsi corps dans les propositions du Pacte du pouvoir de vivre, enracinée dans les longues maturations de l’histoire des idées plutôt que dans un éphémère « eurêka ». Alliant audace et réalisme, elle fait confiance à la capacité d’innovation et de mobilisation des acteurs sur le terrain, dans les bassins de vie et territoires, tout en proposant les mécanismes et financements (emplois aidés, soutien à l’insertion par l’activité économique, etc.) permettant de changer d’échelle.

Le Pacte montre qu’il est possible de sortir de la crise actuelle en reconstruisant autrement notre société .

Le temps long de l’échange a permis au Pacte du pouvoir de vivre de disposer aujourd’hui d’un solide socle de propositions. S’il montre le sérieux des organisations membres, ce socle peut souffrir de formulations parfois trop technocratiques. Le Pacte a besoin d’être incarné et de permettre à chacun de se projeter vers la société que nous voulons dans les cinq ans à venir. C’est le rôle de la narration, qui met en « récit » cet ensemble de propositions.

Le Pacte montre qu’il est possible de sortir de la crise actuelle en reconstruisant autrement notre société : en développant le pouvoir de vivre de chacun, en prenant soin de ce qui nous relie à nous-même, aux autres et à la nature, en contribuant à une société plus fraternelle et solidaire, en combattant les inégalités et les injustices, en accélérant la transition écologique, en participant enfin à une démocratie renouvelée et au partage du pouvoir.

Ce processus de construction commune nous convainc qu’il est possible et nécessaire d’allier écologie, justice sociale et démocratie. Nous pouvons développer notre pouvoir de vivre, dans la dignité, en ne laissant personne sur le bord du chemin, et dans les limites d’une seule planète. Imagine !

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

« Le passage par l'art nous rend sensibles »

La politique peut se nourrir d’expérimentations artistiques. À Sciences Po, l’idée a fourni son concept à un cursus dédié. Entretien avec sa directrice Frédérique Aït-Touati. Un master consacré aux arts politiques à Sciences Po ne va pas de soi. Quelle est sa raison d’être ?Créé par le philosophe Bruno Latour, ce master est né d’une conviction simple : l’art doit avoir une place dans la réflexion et la décision politiques. ...

Le destin d’une loi citoyenne

Au Québec, de 1998 à 2000, un collectif a œuvré à la rédaction d’une proposition de loi pour éradiquer la pauvreté. Les ambitions du texte ont néanmoins été revues à la baisse une fois entré dans la navette parlementaire.  « Je suis tannée de rêver en couleurs. Il faut rêver logique. » Yvette Muise, citoyenne de Québec avec un solide vécu de pauvreté, participait depuis quelques années aux activi...

Électrochoc pandémique

La première phase de la pandémie a donné lieu à une mobilisation inédite de la société civile pour aider les exclus. Un exemple d’imagination politique à retenir, selon Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre.  Qu’entendez-vous par imagination politique depuis votre expérience d’acteur associatif ?L’imagination, ne serait-ce pas simplement écouter ce qu’il se passe ...

Du même auteur

Quand les personnes en galère ont voix au chapitre

En parallèle au grand débat national, le Secours Catholique-Caritas France a organisé près de 200 débats dans toute la France pour écouter les préoccupations et les propositions des personnes en précarité. Une expérience inédite pour l’association. Fin 2018, le Secours Catholique était interpellé par l’ampleur de la mobilisation des « gilets jaunes ». Le mouvement exprimait des difficultés sociales dont les équipe...

1 Pavlina Tcherneva, La garantie d’emploi. L’arme sociale du Green New Deal, La Découverte, 2021.

2 Julie Battilana, Isabelle Ferreras, Dominique Méda, Le manifeste travail. Démocratiser, démarchandiser, dépolluer, Seuil, 2020.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules