Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Pacte du pouvoir de vivre Cinq ans de sagacité


Le Pacte du pouvoir de vivre fête ses cinq ans d’activité en ce mois de mars. Cet anniversaire est réconfortant, car il témoigne de la vitalité du Pacte et de sa capacité à fabriquer de l’unité entre des associations, des fondations, des mutuelles ou encore des syndicats engagés pour une société plus écologique, sociale et démocratique.

Plus de soixante-cinq organisations parmi les plus importants acteurs des solidarités sont réunies dans ce collectif. Chacun des membres est invité à dépasser son domaine de compétences pour porter un projet commun, ancré dans le réel. Ce projet apporte des éléments de réponse aux défis contemporains dans une perspective politique, hors du champ partisan. Aujourd’hui, le Pacte compte aussi une quarantaine de groupes locaux et une école dédiée aux citoyens et citoyennes de 18 à 35 ans, sans condition de diplôme.

L’exécutif, par son exercice très vertical du pouvoir, nous expose au risque de l’unilatéralisme et refuse de reconnaître un réel statut de contre-pouvoir au secteur associatif1. La société civile doit plus que jamais monter au créneau pour se faire entendre. Une démocratie sans espace de débat contradictoire est une coquille vide. Le philosophe Claude Lefort le martelait inlassablement : la démocratie, c’est précisément faire advenir la différence et faire émerger les sources de désaccord.

La force et la légitimité du Pacte du pouvoir de vivre résident dans son ancrage local. Cet échelon demeure un puissant levier pour fabriquer du collectif, capter la réalité et retrouver le goût du débat au-delà des intérêts immédiats. Contrairement à l’échelon national, villes, départements et régions permettent une vraie porosité entre appartenances sociales et polarisations politiques. Un travail souvent discret, mais réel, s’opère dans ces liens, quartier par quartier, de proche en proche. Bruno Latour le soulignait : « Le problème politique actuel ne tient pas au manque de connaissances, mais au manque de descriptions partagées. » On ne peut faire du pain que s’il y a du grain à moudre.

Alors qu’on ne cesse de déplorer la défiance et le désintérêt pour la chose publique, le Pacte offre des espaces d’échange et de débat sur les choix de société. Ne nous laissons pas enfermer dans le clivage politique, comme aux États-Unis. Le débat contradictoire nous concerne tous, pas uniquement pour résoudre les problèmes qui nous touchent directement, mais d’abord pour devenir des citoyens et citoyennes capables de se rapporter aux autres par un dialogue argumenté. On ne vit pas dans le monde des Bisounours ! Cela suppose du temps, de l’énergie et un apprentissage, car la concorde ne se décrète pas : elle se construit collectivement, à plus forte raison face à des questions complexes dans un contexte à la fois globalisé et incertain. C’est sur cette base que le Pacte entend défendre à présent une position commune avant les élections européennes.

Pour en savoir davantage sur le projet du Pacte du pouvoir de vivre, rendez-vous sur www.pactedupouvoirdevivre.fr.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Un héritage tentaculaire

Depuis les années 1970 et plus encore depuis la vague #MeToo, il est scruté, dénoncé et combattu. Mais serait-il en voie de dépassement, ce patriarcat aux contours flottants selon les sociétés ? En s’emparant du thème pour la première fois, la Revue Projet n’ignore pas l’ampleur de la question.Car le patriarcat ne se limite pas à des comportements prédateurs des hommes envers les femmes. Il constitue, bien plus, une structuration de l’humanité où pouvoir, propriété et force s’assimilent à une i...

Du même auteur

La flemme ou la flamme ?

Certaines idées reçues ont la vie dure : les jeunes seraient moins investis au travail, voire ne voudraient plus travailler. En un mot, ils seraient devenus paresseux ou, tout simplement, obsédés par les RTT, le télétravail et les loisirs. Ces préjugés envers la jeunesse ne sont pas nouveaux.Pourtant, le récent rapport de l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) et de l’institut Terra nova dépeint une réalité tout autre : les moins de 30 ans sont « tout aussi investis dans leur travail et ...

L’entreprise : un enjeu démocratique

Face à la perte de sens de nombreux salariés vis-à-vis de leur travail, François Ruffin, journaliste et député, et Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de l’Europe, appellent à redonner du pouvoir de décision aux travailleurs.  Cet entretien croisé entre François Ruffin et Jean-Noël Barrot a eu lieu dans le cadre de l’université populaire d’Esprit civique, les 14 et 15 octobre 2023 à Cluny, e...

L’Empire au milieu

Il y a près d’un an, le vingtième congrès du Parti communiste chinois actait la reconduite de Xi Jinping pour un troisième mandat. Le dirigeant de 69 ans, au pouvoir depuis 2012, règne à présent en maître absolu sur un gigantesque pays de près de un milliard et demi de personnes.Chef de file des anti-occidentaux, le président chinois entend faire de son pays une puissance incontournable et donne la priorité à la scène internationale. Déterminé à promouvoir une communauté de destin dans la régio...

1 Julien Talpin, « Monde associatif. L’État reprend la main », Revue Projet, n° 396, octobre-novembre 2023.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules