Logo du site

Les chemins de traverse de Christophe

Aurore Chaillou
Droit de cité

Marcher près de 2000 km pour s’en sortir. C’est ce que propose l’association Seuil à des jeunes en difficulté. Christophe a voulu relever le défi. Marcher près de 2000 km pour s'en sortir C'est ce que propose l'association Seuil à des jeunes en difficulté Christophe a voulu relever le défi Marcher trois mois avec un éduc que je conna...

Punir ou pardonner ?

Jean-Marie Carrière
Question de sens

Si dans la Bible l'on entend des prisonniers ce sont les déportés et les exilés par l'Assyrien ou par le Babylonien dont les Psaumes relaient les plaintes et les cris Car il n'y a quasiment pas de condamnation à une peine de prison dans les récits bibliques Mettre quelqu'un en prison c'est le tenir à l'écart en vue ou en attente d'un jugeme...

Justice restaurative : le dialogue avant la peine

Brice Deymié
Question de sens

Réparer les liens brisés en nouant d’improbables dialogues. Telle est l’ambition de la justice restaurative. Bien qu’inscrite dans le Code pénal depuis 2015, elle reste encore confidentielle en France. Mais en quoi consiste-t-elle au juste ? Réparer les liens brisés en nouant d'improbables dialogues Telle est l'ambition de la justice res...

Consommation et trafic de drogues : punir et soigner ?

Ivana Obradovic
Chercheur

Malgré les accords internationaux interdisant la production la fabrication le commerce et la détention de toutes les substances classées comme stupéfiants les drogues illicites alimentent un des secteurs économiques les plus dynamiques au monde Selon l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime un adulte sur vingt en aurait consomm...

Une ferme où l’on cultive la liberté

Samuel Gautier
Acteur de terrain

Entretien - Cultiver la terre, réapprendre à vivre ensemble, apprivoiser la liberté : tel est le pari de la ferme Emmaüs Lespinassière (Aude), où sont accueillis une dizaine de détenus en fin de peine. S. Gautier nous raconte la genèse de ce lieu, destiné à essaimer. Entretien Cultiver la terre réapprendre à vivre ensemble apprivoiser l...

Qui se trouve derrière les murs de nos prisons ?

Marcel Rémon
Pour en savoir plus

Les statistiques pénales sont abondantes Pourtant peu de personnes connaissent la réalité intramuros Le monde carcéral reste invisible au plus grand nombre On condamne de plus en plus De 1990 à 2009 le nombre de condamnations pour crimes ou délits a progressé de 19 1 En 2016 plus de 580 000 condamnations ont ainsi été prononcées2 La natu...

Fraudeurs fiscaux : en prison ?

Katia Weidenfeld
Chercheur

Du petit patron d’entreprise étranger au ministre, le profil des délinquants fiscaux est très varié. Mais s’ils sont souvent condamnés, tous bénéficient, en pratique, d’une grande impunité. Le juge frappe généralement au portefeuille, alors que, contre la délinquance en col blanc, la dimension symbolique de la peine est essentielle...

Prison : préparer la sortie

Jean-Claude Bouvier
Acteur de terrain

Réintégrer la société quand on a passé des mois, voire des années, derrière les barreaux n’est pas chose facile. Le Spip (Service pénitentiaire d'insertion et de probation) de Paris a tenté une expérience pour accompagner les détenus vers la liberté. Réintégrer la société quand on a passé des mois voire des années derrière les ...

Combien ça coûte de punir ?

Julie de Brux et Alice Mével
Chercheurs

Le nombre de places de prisons ne cesse d’augmenter. Mais à quoi ça sert ? Tournant le dos à une logique purement immobilière, J. de Brux et A. Mével invitent à objectiver l’utilité de la politique publique pénitentiaire : quel est le coût et quels sont les « bénéfices » socio-économiques de l’incarcération par rapport à d’a...

Bénévoles en prison : accompagner sans juger

Jean Caël
Acteur de terrain

Issu de l'aumônerie des prisonniers de guerre le Secours Catholique a toujours été attentif aux questions de justice Il fonde son analyse sur la pratique de l'accompagnement des personnes privées de liberté et sur l'ouverture manifestée par le Christ dans les Évangiles Que nous disent les personnes détenues On ne se réinsère pas entre qu...

Une peine à la ferme, plutôt qu’une peine ferme

Bruno et Mazigh
Droit de cité

Perchée sur une butte de verdure encerclée de barres d’immeubles, la ferme pédagogique de la Butte Pinson se consacre à l’élevage et à l’agriculture de proximité. À la limite du Val-d’Oise et de la Seine-Saint-Denis, c’est une des exploitations des Fermiers de la francilienne. En 2017, plus de 16000 heures de travail d’intérêt...

« Tig » : axer le sens de la peine sur la réparation

Léa Grujon et Stéphane Jacquot
Acteur de terrain

Le recours aux travaux d’intérêt général existe depuis plus de trente ans, mais ne semble guère progresser. Est-ce le fait des magistrats ? Des acteurs censés les accueillir ? Bilan et perspectives. Le recours aux travaux d'intérêt général existe depuis plus de trente ans mais ne semble guère progresser Est ce le fait des magistrats De...

Justice : rendre visible la probation

Marie Lafont, Julien Morel d’Arleux et Manon Vigoureux
Acteur de terrain

En mars 2018, le président de la République a annoncé une réforme pénale pour limiter le recours aux courtes peines de prison. Pourtant, les précédentes tentatives n’ont permis ni de limiter l’inflation carcérale ni de rendre visible la probation. Pourquoi ? Comment se sont développées les peines en milieu ouvert, notamment la contrai...

« La seule institution ouverte 24 heures/24 qui ne refuse personne, c’est la prison »

Dominique Perben et Dominique Raimbourg
Responsable politique

Table ronde – Quel regard sur le système carcéral actuel portent deux hommes politiques ayant contribué à le façonner ? Si selon eux, les alternatives à la prison requièrent beaucoup de moyens pour être efficaces, la réalité quotidienne de ceux qui rendent la justice impose ses propres limites. Table ronde Quel regard sur le système ca...

Quand nos voisins vident leurs prisons

Kevin d’Ovidio
Chercheur

Limiter le nombre de détenus devrait permettre de leur assurer une meilleure prise en charge. L’Allemagne et les Pays-Bas, où le pourcentage de détenus est faible, peuvent-ils nous servir de modèles ? Limiter le nombre de détenus devrait permettre de leur assurer une meilleure prise en charge L'Allemagne et les Pays Bas où le pourcentage de...

Libérons-nous de la prison !

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nous aurions pu comme en 1990 intituler ce numéro Dépeupler les prisons Projet n 222 Car de l'inventaire dressé alors il n'y a pas grand chose à retirer Les conditions de vie en détention notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement restent indignes d'un pays qui se veut patrie des droits de l'homme Mais à la surp...

Une si longue peine

Aurore Chaillou
Droit de cité

André a passé trente-cinq années en prison, Louis dix-huit. À travers le spectacle « Une longue peine », ils font entendre la voix des détenus. Quel regard portent-ils sur leur parcours ? Qu’est-ce que la prison a changé pour eux ? André a passé trente cinq années en prison Louis dix huit À travers le spectacle Une longue peine ils fo...

Efficace, la prison ?

Vincent Delbos
Acteur de terrain

La détention accentue les dysfonctionnements de la société. Dès lors, il y a urgence à réformer le système pénal pour que la réinsertion ne soit pas un vœu pieux. Cela passe, notamment, par une prise en compte de l’ensemble des dimensions de la personne détenue. La détention accentue les dysfonctionnements de la société Dès lors il...

À qui s’adresse la peine ? Qu’en attendent les victimes ?

Olivia Mons et Denis Salas
Acteur de terrain

La victime a peu à peu pris place dans la procédure pénale au cours du siècle dernier. Mais ce n’est pas en fonction d’elle que la peine est prononcée. À quoi sert donc la peine aujourd’hui ? Que peuvent en attendre les victimes ? La victime a peu à peu pris place dans la procédure pénale au cours du siècle dernier Mais ce n'est pas...

Pourquoi punir ?

Naomi Berger
Question de sens

Punir nous est longtemps apparu comme la seule manière de traiter la personne qui avait enfreint la loi. Quelles justifications ont donc servi à légitimer la peine au fil des siècles ? Pourrions-nous faire autrement que de châtier et de mettre à l’écart le contrevenant, temporairement ou définitivement ? Punir nous est longtemps apparu co...

La prison n’incarne pas l’essence de la punition

Alain Cugno
Question de sens

Comment peut-on punir et réinsérer dans le même mouvement ? C’est le grand écart que l’on demande actuellement à la prison. Le philosophe Alain Cugno nous invite ici à concevoir la justice tout autrement : comme le lieu à partir duquel le condamné nous interpelle. Comment peut on punir et réinsérer dans le même mouvement C'est le gra...

Question en débat : Justice : la prison vaut-elle la peine ?
©Pexels / John-Mark Smith
©Pexels / John-Mark Smith

Punir ou pardonner ?


Si, dans la Bible, l’on entend des prisonniers, ce sont les déportés et les exilés par l’Assyrien ou par le Babylonien, dont les Psaumes relaient les plaintes et les cris. Car il n’y a quasiment pas de condamnation à une peine de prison dans les récits bibliques. Mettre quelqu’un en prison, c’est le tenir à l’écart en vue ou en attente d’un jugement : ce que nous appelons aujourd’hui la détention préventive. C’est le cas pour Joseph en Égypte ou pour Jérémie, jeté au fond de la citerne. La peine qui résulte d’un jugement, c’est essentiellement la peine de mort. Le droit biblique a réduit à quatre le nombre de crimes qui en sont passibles et a encadré le prononcé d’une telle condamnation par des procédures précises et contraignantes.

Mais, pendant toute une époque, la mort a été réclamée par les proches de quelqu’un qui a été tué. C’est la vengeance du sang, extrêmement puissante, moteur d’un cycle de violence difficile à stopper. Pour lutter contre, le droit biblique a instauré les villes de refuge, où est mise à l’abri une personne homicide. Les villes de refuge sont géographiquement distribuées de telle sorte que l’homicide est placé à distance suffisante de la fureur des vengeurs. Il ne s’agit ni d’une peine ni de prison. Le coupable y demeure le temps qu’il faut pour que s’éteigne la soif de vengeance : il est, en fait, libéré à la mort du grand-prêtre, qui préside au Jour du Pardon pour tout le peuple.

Qu’est-ce que la punition, alors, dans la pensée biblique ? Considérons l’affaire de David et de Bethsabée (2e livre de Samuel 11-12). David est coupable de trois crimes majeurs : l’adultère, le meurtre du mari, le rapt de la femme. Ces trois crimes, inscrits dans la charte des Dix Paroles (Deutéronome 5,17-19), sont passibles de la peine de mort1. Pour faire prendre conscience à David de ses actes, le prophète Nathan lui raconte une parabole : deux hommes, l’un riche et l’autre pauvre, habitaient la même ville. Un voyageur arrive chez l’homme riche ; pour l’accueillir, celui-ci ne choisit pas dans ses nombreux troupeaux, mais s’empare de l’unique petite brebis de l’homme pauvre. Après avoir entendu, David décrète : « Il mérite la mort, cet homme », jugement qu’il modifie aussitôt, en requalifiant l’acte comme un vol, pour lequel la peine est la compensation : « Pour avoir manqué de cœur, il paiera cette brebis au quadruple. » Jugement en deux temps, donc. « C’est toi, cet homme », accuse alors Nathan. Et le prophète de prononcer lui aussi un jugement en deux temps. La punition, d’abord, pour les actes de David, qui n’est pas la peine de mort, pourtant méritée : ce seront les malheurs qui frapperont la maison de David, ses femmes prises et violées aux yeux de tout le peuple, l’épée qui ne s’écartera pas de sa maison… Mais selon Nathan, il y a plus grave que les actes : ceux-ci pointent vers ce que le prophète appelle « le mépris de la Parole du Seigneur ». Un péché, donc, que le Seigneur pardonne à la suite de l’aveu de David. Alors, punition ou pardon ? Punition et pardon. Car, comme nous l’apprend Hannah Arendt, « le châtiment est une autre possibilité, nullement contradictoire : il a ceci de commun avec le pardon qu’il tente de mettre un terme à une chose qui pourrait continuer indéfiniment2 ».

Dans l’épisode de la femme adultère (Jean 8), Jésus désamorce la violence et la fureur de condamner en se taisant et en écrivant sur le sol. Au contraire des protagonistes de la scène, Jésus ne condamne pas, car il refuse d’instrumentaliser la loi pour accuser et condamner. Autant dire qu’il pardonne (en occupant symboliquement la position du mari absent) : « Va, ne pèche plus ».

Dans notre temps sécularisé, il est difficile d’entendre parler du péché. Dans l’histoire de David, le péché pointe le « mépris » de la parole divine. Peut-être aujourd’hui pourrions-nous évoquer la « parole » du pacte qui fonde la société, l’alliance en termes bibliques. Si méfaits et délits doivent être punis, et c’est le rôle de la justice et du droit, l’atteinte au pacte d’alliance peut être pardonnée. La peine, alors, ne peut pas être pensée uniquement selon la logique du droit (logique de punition), elle doit aussi prendre en compte la logique de l’alliance (logique d’intégration).

« Le pardon est exactement le contraire de la vengeance, qui agit en réagissant contre un manquement originel (…). Par rapport à la vengeance qui est la réaction naturelle, automatique à la transgression, à laquelle on peut s’attendre et que l’on peut même calculer en raison de l’irréversibilité du processus de l’action, on ne peut jamais prévoir l’acte de pardonner. C’est la seule réaction qui agisse de manière inattendue et conserve ainsi, tout en étant une réaction, quelque chose du caractère original de l’action. (…) La liberté que contient la doctrine du pardon enseignée par Jésus délivre de la vengeance, laquelle enferme à la fois l’agent et le patient dans l’automatisme implacable du processus de l’action qui, de soi, ne peut jamais s’arrêter.
Le châtiment est une autre possibilité, nullement contradictoire : il a ceci de commun avec le pardon qu’il tente de mettre un terme à une chose qui, sans intervention, pourrait continuer indéfiniment. Il est très significatif, c’est un élément structurel des affaires humaines, que les hommes soient incapables de pardonner ce qu’ils ne peuvent punir, et qu’ils soient incapables de punir ce qui est impardonnable. »
Extrait de « L’irréversibilité et le pardon », dans Hannah Arendt, La condition de l’homme moderne, Calmann-Lévy, 1983, pp. 301-310.

 


Du même auteur

Du contrôle des frontières

Jean-Marie Carrière
Question de sens

Au vu des conditions de contrôle des frontières de l’Union européenne, il convient de s’interroger, tant au niveau éthique que politique, sur la notion même de frontière. En tant qu’espace d’interaction et de reconnaissance de l’autre, elle joue un rôle indispensable dans la construction de notre identité. Au vu des conditions de contrôle des frontières de l'Union européenne il convient de s'interroger tant au ...

Vous avez dit mobilité ?

Jean-Marie Carrière
L'équipe de rédaction

Un souffle d'inquiétude passe sur l'Europe à l'approche des élections au Parlement de Strasbourg Au delà des multiples avis de l'opinion des politiques ou des experts difficile d'établir un diagnostic précis expliquant l'état de santé de l'Europe Et de quoi faut il s'occuper d'abord De la montée des idées nationales et des replis identitaires Des incapacités à affronter une prétendue guerre commerciale mondialisée La question migratoire est elle la question cruciale Ou serait ce l...

1 Le quatrième est le blasphème, dont sera précisément accusé Jésus.

2 Hannah Arendt, La condition de l’homme moderne, Calmann-Lévy, 1983, p. 307.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules