Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Justice : la prison vaut-elle la peine ?

Punir ou pardonner ?

©Pexels / John-Mark Smith
©Pexels / John-Mark Smith

Si, dans la Bible, l’on entend des prisonniers, ce sont les déportés et les exilés par l’Assyrien ou par le Babylonien, dont les Psaumes relaient les plaintes et les cris. Car il n’y a quasiment pas de condamnation à une peine de prison dans les récits bibliques. Mettre quelqu’un en prison, c’est le tenir à l’écart en vue ou en attente d’un jugement : ce que nous appelons aujourd’hui la détention préventive. C’est le cas pour Joseph en Égypte ou pour Jérémie, jeté au fond de la citerne. La peine qui résulte d’un jugement, c’est essentiellement la peine de mort. Le droit biblique a réduit à quatre le nombre de crimes qui en sont passibles et a encadré le prononcé d’une telle condamnation par des procédures précises et contraignantes.

Mais, pendant toute une époque, la mort a été réclamée par les proches de quelqu’un qui a été tué. C’est la vengeance du sang, extrêmement puissante, moteur d’un cycle de violence difficile à stopper. Pour lutter contre, le droit biblique a instauré les villes de refuge, où est mise à l’abri une personne homicide. Les villes de refuge sont géographiquement distribuées de telle sorte que l’homicide est placé à distance suffisante de la fureur des vengeurs. Il ne s’agit ni d’une peine ni de prison. Le coupable y demeure le temps qu’il faut pour que s’éteigne la soif de vengeance : il est, en fait, libéré à la mort du grand-prêtre, qui préside au Jour du Pardon pour tout le peuple.

Qu’est-ce que la punition, alors, dans la pensée biblique ? Considérons l’affaire de David et de Bethsabée (2e livre de Samuel 11-12). David est coupable de trois crimes majeurs : l’adultère, le meurtre du mari, le rapt de la femme. Ces trois crimes, inscrits dans la charte des Dix Paroles (Deutéronome 5,17-19), sont passibles de la peine de mort1. Pour faire prendre conscience à David de ses actes, le prophète Nathan lui raconte une parabole : deux hommes, l’un riche et l’autre pauvre, habitaient la même ville. Un voyageur arrive chez l’homme riche ; pour l’accueillir, celui-ci ne choisit pas dans ses nombreux troupeaux, mais s’empare de l’unique petite brebis de l’homme pauvre. Après avoir entendu, David décrète : « Il mérite la mort, cet homme », jugement qu’il modifie aussitôt, en requalifiant l’acte comme un vol, pour lequel la peine est la compensation : « Pour avoir manqué de cœur, il paiera cette brebis au quadruple. » Jugement en deux temps, donc. « C’est toi, cet homme », accuse alors Nathan. Et le prophète de prononcer lui aussi un jugement en deux temps. La punition, d’abord, pour les actes de David, qui n’est pas la peine de mort, pourtant méritée : ce seront les malheurs qui frapperont la maison de David, ses femmes prises et violées aux yeux de tout le peuple, l’épée qui ne s’écartera pas de sa maison… Mais selon Nathan, il y a plus grave que les actes : ceux-ci pointent vers ce que le prophète appelle « le mépris de la Parole du Seigneur ». Un péché, donc, que le Seigneur pardonne à la suite de l’aveu de David. Alors, punition ou pardon ? Punition et pardon. Car, comme nous l’apprend Hannah Arendt, « le châtiment est une autre possibilité, nullement contradictoire : il a ceci de commun avec le pardon qu’il tente de mettre un terme à une chose qui pourrait continuer indéfiniment2 ».

Dans l’épisode de la femme adultère (Jean 8), Jésus désamorce la violence et la fureur de condamner en se taisant et en écrivant sur le sol. Au contraire des protagonistes de la scène, Jésus ne condamne pas, car il refuse d’instrumentaliser la loi pour accuser et condamner. Autant dire qu’il pardonne (en occupant symboliquement la position du mari absent) : « Va, ne pèche plus ».

Dans notre temps sécularisé, il est difficile d’entendre parler du péché. Dans l’histoire de David, le péché pointe le « mépris » de la parole divine. Peut-être aujourd’hui pourrions-nous évoquer la « parole » du pacte qui fonde la société, l’alliance en termes bibliques. Si méfaits et délits doivent être punis, et c’est le rôle de la justice et du droit, l’atteinte au pacte d’alliance peut être pardonnée. La peine, alors, ne peut pas être pensée uniquement selon la logique du droit (logique de punition), elle doit aussi prendre en compte la logique de l’alliance (logique d’intégration).

« Le pardon est exactement le contraire de la vengeance, qui agit en réagissant contre un manquement originel (…). Par rapport à la vengeance qui est la réaction naturelle, automatique à la transgression, à laquelle on peut s’attendre et que l’on peut même calculer en raison de l’irréversibilité du processus de l’action, on ne peut jamais prévoir l’acte de pardonner. C’est la seule réaction qui agisse de manière inattendue et conserve ainsi, tout en étant une réaction, quelque chose du caractère original de l’action. (…) La liberté que contient la doctrine du pardon enseignée par Jésus délivre de la vengeance, laquelle enferme à la fois l’agent et le patient dans l’automatisme implacable du processus de l’action qui, de soi, ne peut jamais s’arrêter.
Le châtiment est une autre possibilité, nullement contradictoire : il a ceci de commun avec le pardon qu’il tente de mettre un terme à une chose qui, sans intervention, pourrait continuer indéfiniment. Il est très significatif, c’est un élément structurel des affaires humaines, que les hommes soient incapables de pardonner ce qu’ils ne peuvent punir, et qu’ils soient incapables de punir ce qui est impardonnable. »
Extrait de « L’irréversibilité et le pardon », dans Hannah Arendt, La condition de l’homme moderne, Calmann-Lévy, 1983, pp. 301-310.

 


Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

Les chemins de traverse de Christophe

Marcher près de 2000 km pour s’en sortir. C’est ce que propose l’association Seuil à des jeunes en difficulté. Christophe a voulu relever le défi. « Marcher trois mois avec un éduc que je connais pas ? Sans téléphone et sans musique ? » La proposition a d’abord déstabilisé Christophe. Mais c’était ça ou six mois dans un centre éducatif renforcé. Ces centres, gérés par la Protection judiciaire pour la jeunesse (la « PJJ »), sont destinés aux mineurs délinquants. C’était en 2013. Christophe avait ...

Fraudeurs fiscaux : en prison ?

Du petit patron d’entreprise étranger au ministre, le profil des délinquants fiscaux est très varié. Mais s’ils sont souvent condamnés, tous bénéficient, en pratique, d’une grande impunité. Le juge frappe généralement au portefeuille, alors que, contre la délinquance en col blanc, la dimension symbolique de la peine est essentielle. Régulièrement qualifiée de « sport national », la fraude fiscale est pratiquée par un grand nombre de personnes et d’entreprises en France. Son coût annuel dépassera...

Justice restaurative : le dialogue avant la peine

Réparer les liens brisés en nouant d’improbables dialogues. Telle est l’ambition de la justice restaurative. Bien qu’inscrite dans le Code pénal depuis 2015, elle reste encore confidentielle en France. Mais en quoi consiste-t-elle au juste ? La justice restaurative, une alternative à la justice pénale ? Elle postule que, dans un crime ou un délit, au-delà d’une atteinte à la loi, il s’agit de liens qui se sont brisés. Liens entre celui qui a commis l’infraction et sa victime et liens avec l’ense...

Du même auteur

Assouplissons les catégories migratoires !

Si les catégories actuelles sont désajustées par rapport à ce que vivent les personnes migrantes, comment les faire évoluer ? Selon quels critères et quelles nécessités ? Deux chercheuses et deux acteurs de la société civile invitent à adoucir les catégories actuelles, pour traiter avec plus d’humanité les personnes. Raoul, interviewé pour ce dossier de la Revue Projet, nous confiait : ...

Migrations. Quand les petites villes font la leçon aux grandes

Les petites villes européennes sont aujourd’hui catapultées en première ligne dans le processus complexe de l’accueil des personnes migrantes. L’intégration au niveau local constituerait-elle la clef du succès de la réinstallation ? Petites villes et villages seraient moins habitués à recevoir réfugiés et migrants et bénéficieraient de moins de moyens humains et financiers que les métropoles pour adapter leurs services. Si cette ...

Du contrôle des frontières

Au vu des conditions de contrôle des frontières de l’Union européenne, il convient de s’interroger, tant au niveau éthique que politique, sur la notion même de frontière. En tant qu’espace d’interaction et de reconnaissance de l’autre, elle joue un rôle indispensable dans la construction de notre identité. Les entrées d’exilés1 en Europe en 2015-2016 ont provoqué des réactions diverses au sein de l’UE, révélant cl...

1 Le quatrième est le blasphème, dont sera précisément accusé Jésus.

2 Hannah Arendt, La condition de l’homme moderne, Calmann-Lévy, 1983, p. 307.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules