Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Justice : la prison vaut-elle la peine ?

Bénévoles en prison : accompagner sans juger


Issu de l’aumônerie des prisonniers de guerre, le Secours Catholique a toujours été attentif aux questions de justice. Il fonde son analyse sur la pratique de l’accompagnement des personnes privées de liberté et sur l’ouverture manifestée par le Christ dans les Évangiles. Que nous disent les personnes détenues ? « On ne se réinsère pas entre quatre murs ! » La finalité de la peine devrait de moins en moins être de neutraliser une personne entre quatre murs en la faisant souffrir. Ce qui importe, c’est que la peine soit utile. À la suite du droit européen, le droit français vise aujourd’hui à rendre l’emprisonnement exceptionnel. Les sanctions non carcérales devraient être le mode normal d’exécution des peines, du moins pour les infractions les moins graves. Et pourtant, ce sont les courtes peines qui conduisent à la sur-occupation des prisons françaises (la durée moyenne d’une peine est d’environ dix mois). Malheureusement, l’opinion publique considère que si une personne n’est pas condamnée à de la prison ferme, elle n’est pas sanctionnée. Malgré tous les efforts des professionnels, la prison ne permet pas la réinsertion : manque de ressources humaines, de temps, de lieux appropriés, d’activités, de budget, et surtout peur du risque, absence de confiance… Au contraire, elle favorise la récidive. Faute de volonté politique, la prison fonctionne comme un parking à pauvres. On ne fait rien pour eux et on fait semblant d’espérer qu’ils en ressortiront meilleurs. In fine, tous sont perdants : la victime, l’auteur, sa famille, la société. Y a-t-il alors des alternatives ? Et une place où s’investir pour des bénévoles ?

De l’art d’accompagner

Posons le décor : un peu plus de 70 000 personnes entrent en prison chaque année (flux), 70 000 y « demeurent » (stock), tandis que 170 000 sont suivies en « milieu ouvert ». Sans penser et agir à la place de la personne détenue, ni épouser totalement son point de vue, le bénévole accompagnateur peut être un repère. « Pourquoi arrêter l’accompagnement à la sortie, puisque j’ai gagné sa confiance pendant la détention ? », demandent certains bénévoles. Mais la relation de dépendance est à l’opposé d’une pédagogie d’accompagnement vers la libération. Pour trouver le juste équilibre, les bénévoles sont invités à travailler en équipe (pour permettre à chacun de se recaler) et en réseau (afin de mutualiser les pratiques avec d’autres équipes, dans un souci de formation permanente).

Les bénévoles peuvent amorcer l’accompagnement à la sortie pendant la détention, par exemple lors des permissions. En milieu ouvert proprement dit, l’accompagnement intervient en complémentarité avec les structures publiques ou associatives pour l’hébergement, le soin ou l’aide à l’emploi : aux côtés de celui qui porte un bracelet électronique, comme tuteur de celle assignée à un travail d’intérêt général… Tout cela se fait à partir du projet de la personne, sans prétendre la faire entrer dans des dispositifs qui ne lui conviendraient pas.

Distinguer service public et bénévolat

Cet accompagnement se veut global et pluridisciplinaire, avec le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (Spip) comme chef d’orchestre, afin que chaque acteur joue sa partition en temps et en heure. Avec les services publics d’abord, il s’agit de réamorcer des droits que la détention avait suspendus (à commencer, parfois, par des papiers d’identité à refaire). Ensuite, en complément des professionnels, les bénévoles trouvent leur place. Il est important que les accompagnants formalisent leurs relations, se concertent et évaluent les résultats. Ce cadre est nécessaire afin de baliser les possibilités d’action des bénévoles, tout en évitant leur instrumentalisation. Ni surveillants, ni agents du Spip, ni thérapeutes, ils assoient leur crédibilité sur cette altérité : « Ah, vous n’êtes pas de l’administration ? Vous faites cela gratuitement ? Pour moi ? »

Certes la tentation est là, pour le Spip, de pallier son manque de moyens humains en « récupérant » des bénévoles, qui eux-mêmes peuvent y trouver davantage de reconnaissance. Mais faire le travail d’un service public1 n’est pas dans l’éthique du bénévolat. On ne peut être « bénévole d’un service public », au motif qu’on accomplirait son devoir de citoyen. La démarche relève davantage de la fraternité. Si les bénévoles, par leur position, se démarquent des professionnels, cela n’implique évidemment pas de décrédibiliser la sanction, de cautionner les comportements illégaux ni d’être déloyal envers ces services publics. Il s’agit simplement de conserver une posture d’écoute, bienveillante sans être naïve. Et la même proximité pourra être apportée par d’autres bénévoles à des victimes en souffrance.

Croire en l’humanité de chacun

Au Secours Catholique, les bénévoles sont formés pour accompagner toute personne, quels que soient l’acte commis, le degré de conscience de la gravité de celui-ci, voire sa « répréhensibilité ». Sachant qu’environ un tiers des personnes incarcérées connaissent des troubles de la santé mentale, de nature à altérer leur discernement, les bénévoles se doivent d’être indifférents au passé pénal. Leur posture est fondée sur l’écoute : une écoute ni moralisatrice, ni thérapeutique. « Entre un coupable et un innocent, il n’y a parfois que l’épaisseur d’une occasion », confiait un aumônier de prison. Ce que le pape François dit en d’autres termes : « À chaque fois que je rentre dans une prison, je me demande pourquoi eux et pas moi ? » Au-delà de toute « prédiction de dangerosité », le chrétien croit en l’homme. Il ne scinde pas l’humanité entre les « innocents » et ceux ayant fauté. La réalité est plus mélangée.

Le Secours Catholique croit en la capacité de tous à se relever. Quels que soient leurs chemins respectifs, accompagnateur bénévole et personne sous main de justice sont de la même humanité. Un accompagnement fécond suppose de tisser une relation paritaire de confiance, colonne vertébrale de la fraternité. Les rôles ne sont pas figés. Et il n’est pas rare qu’une personne accompagnée devienne, sous certaines conditions, bien sûr, membre, voire responsable d’une équipe prison-justice du Secours catholique !

Un glissement s’opère pour les bénévoles qui agissent à l’intérieur de la prison, lorsqu’ils passent le relais aux acteurs du milieu libre. Ils peuvent aiguiller la personne vers des équipes spécialisées du Secours Catholique, par exemple dans l’accompagnement vers l’emploi ou l’organisation de vacances pour des familles. L’ambition est que la personne suivie ne soit pas un « ex-détenu », un « sortant de prison », mais un citoyen qui, ayant payé sa dette, retrouve la communauté. Pour que le retour vers le droit commun se passe au mieux, il doit être progressif. Les bénévoles sont là pour amortir un choc d’autant plus rude que la détention aura été longue. Le chemin de l’accès au droit s’avère souvent un chemin de croix. Il arrive, par exemple, que des services de l’administration refusent, malgré l’obligation qui leur est faite, de domicilier un sortant.

À travers le prétexte d’une action, les bénévoles sont avant tout présents auprès des détenus pour qu’ils se sentent reconnus à part entière en tant qu’êtres humains et qu’ils puissent retrouver une place et un rôle positif dans cette communauté humaine.



Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Déclin de l’or blanc

Le tourisme de masse en montagne a vécu. Le réchauffement climatique et ses conséquences pressent de réinventer l’usage de ces espaces.  Certaines initiatives montrent la voie.  L’année 2022 constitue un moment charnière pour notre avenir et celui du vivant. Les exigences environnementales nous rattrapent inexorablement. La concentration en CO2 dans l’atmosphère a atteint son record depuis deux millions d’années et les quatre dernières décennies ont ét...

Planète B, attention danger!

Jusqu’où poursuivre l’exploration de l’espace, et dans quels buts ? L’historien des sciences Jacques Arnould questionne notre vision utilitariste de l’espace. Entretien. La vie terrestre serait-elle aujourd’hui possible sans l’espace ?Quand je suis arrivé au Cnes, mes collègues de la communication avaient réalisé une vidéo sur le thème « Pas un jour sans satellite ! » Ils avaient conçu un faux journal télévisé annonçant : « Tous les satellites sont hor...

Du même dossier

Efficace, la prison ?

La détention accentue les dysfonctionnements de la société. Dès lors, il y a urgence à réformer le système pénal pour que la réinsertion ne soit pas un vœu pieux. Cela passe, notamment, par une prise en compte de l’ensemble des dimensions de la personne détenue. « Voilà comment on fait de la prison l’antichambre de la récidive qui atteint 40 % pour les délits. Les prisons françaises sont souvent des lieux où la violence s’exerce contre les surveillants, entre les détenus et à chaque fois au dé...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu, comme en 1990, intituler ce numéro « Dépeupler les prisons » (Projet, n° 222). Car de l’inventaire dressé alors, il n’y a pas grand-chose à retirer. Les conditions de vie en détention, notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement, restent indignes d’un pays qui se veut « patrie des droits de l’homme ». Mais à la surpopulation carcérale, on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons. Sans mesurer que plus le parc pénit...

La prison n’incarne pas l’essence de la punition

Comment peut-on punir et réinsérer dans le même mouvement ? C’est le grand écart que l’on demande actuellement à la prison. Le philosophe Alain Cugno nous invite ici à concevoir la justice tout autrement : comme le lieu à partir duquel le condamné nous interpelle. Depuis les Lumières au moins, la réflexion sur la justice pénale est soumise à une injonction paradoxale : punir, mais surtout ne pas punir, au contraire soigner, éduquer, remettre dans le droit chemin. Michel Foucault le notait déjà d...

1 Le terme de « travailleurs sociaux » ne figure plus dans la définition du statut des conseillers d’insertion de probation.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules