Logo du site
Hôtel de ville de Saint-Clar (Gers) où un bâtiment du centre médico-social du village, rénové pour recevoir un centre éducatif qui n’a jamais ouvert, a permis de loger une famille de dix personnes.
Crédit : Morburre CC BY-SA 4.0
Hôtel de ville de Saint-Clar (Gers) où un bâtiment du centre médico-social du village, rénové pour recevoir un centre éducatif qui n’a jamais ouvert, a permis de loger une famille de dix personnes. Crédit : Morburre CC BY-SA 4.0

Migrations. Quand les petites villes font la leçon aux grandes


Les petites villes européennes sont aujourd’hui catapultées en première ligne dans le processus complexe de l’accueil des personnes migrantes. L’intégration au niveau local constituerait-elle la clef du succès de la réinstallation ?


Petites villes et villages seraient moins habitués à recevoir réfugiés et migrants et bénéficieraient de moins de moyens humains et financiers que les métropoles pour adapter leurs services. Si cette dernière affirmation est indéniable, la première est à nuancer. Car, concrètement, ces territoires apparaissent comme des espaces de solidarité et d’opportunité pour les réfugiés.
La réinstallation, qui consiste à transférer des réfugiés d’un pays d’asile à un autre État acceptant de les admettre et de leur accorder à terme une résidence permanente, était déjà une demande du Haut-commissariat aux réfugiés en 2008. Ce projet d’ouvrir les voies d’un accès légal et sûr aux réfugiés et aux demandeurs d’asile s’est concrétisé en 2015 grâce à un programme européen de réinstallation. Ce réel développement des réinstallations en France s’accompagne d’un effort pour mieux répartir les demandeurs d’asile, les réfugiés et même les migrants en dehors des grandes villes dans lesquelles ils ont tendance à se regrouper et à se maintenir. Les démantèlements des campements de Calais et de Paris participaient, en un sens, à ce même mouvement, qui met les petites villes en première ligne pour le processus complexe de l’accueil. L’intégration au niveau local constitue, de fait, le nœud d’une réinstallation réussie.

Matthieu Tardis, chercheur au Centre migrations et citoyennetés de l’Institut français des relations internationales (Ifri), publiait en juillet 2019 une enquête1 sur les chances et les défis de cette intégration des réfugiés dans les petites et moyennes villes en France. Réalisée à partir d’une quarantaine d’entretiens avec des acteurs de terrain dans quatorze départements français, cette étude souligne que, lorsque des person

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules