Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Mobilités en Europe : où allons-nous ?

Du contrôle des frontières

Hélicoptère dédié à la surveillance de la frontière estonienne, 2010. @ Wikimedia Commons/Carol E. Davis
Hélicoptère dédié à la surveillance de la frontière estonienne, 2010. @ Wikimedia Commons/Carol E. Davis

Au vu des conditions de contrôle des frontières de l’Union européenne, il convient de s’interroger, tant au niveau éthique que politique, sur la notion même de frontière. En tant qu’espace d’interaction et de reconnaissance de l’autre, elle joue un rôle indispensable dans la construction de notre identité.


Les entrées d’exilés1 en Europe en 2015-2016 ont provoqué des réactions diverses au sein de l’UE, révélant clairement les effets pervers d’une absence de gouvernance régionale des migrations. Il est surtout apparu à quel point les politiques migratoires européennes se focalisaient essentiellement sur le contrôle des frontières comme moyen de réguler les flux migratoires. La logique est d’abord sécuritaire, en réponse à la pression d’une seule partie de l’opinion publique, surreprésentée dans les médias. Le contrôle des frontières externes, et maintenant internes également, mobilise des moyens techniques et financiers considérables2, dont l’efficacité est plus que relative. Il engendre une attitude de suspicion qui s’étend à l’ensemble des relations des pouvoirs publics avec les exilés, se traduit dans des textes législatifs comme celui sur le « délit de solidarité », remis récemment en cause par le Conseil Constitutionnel3.

La frontière est manifestement un lieu où un pouvoir multiforme s’exerce, pouvoir de contrôle particulièrement discriminatoire. Un tel pouvoir n’est-il pas en contradiction avec la liberté de circulation, l’un des fondements du projet européen ? On doit s’interroger sur la légitimité de ce pouvoir, qui ne peut rester implicite et sans justification rationnelle.

La question relève d’abord d’un point de vue éthique. Car aujourd’hui les frontières sont avant tout un lieu de souffrances et de morts : plus de 2 300 en Méditerranée en 2018, selon les chiffres du Haut-commissariat aux réfugiés. Un scandale qu’aggravent les décisions politiques concernant les bateaux de sauvetage. Qu’un État empêche l’entrée sur son territoire ne peut en aucun cas se payer d’un tel prix. Qu’il se réserve d’accorder ou non un droit au séjour sur son territoire n’a pas à être remis en cause, s’il respecte les limites qu’impose le droit international. Par exemple, la capacité de déposer une demande de protection ne saurait être soumise à un droit au séjour. Ici apparaît le second aspect de la question, le niveau des droits : les exilés qui espèrent entrer dans un pays, sur un territoire, ne sont pas sans droits, à commencer par les droits fondamentaux garantis par la loi et les conventions internationales auxquelles sont soumis les États4.

Du point de vue politique enfin, comment fonder la légitimité du pouvoir qui s’exerce aux frontières sous la forme d’un contrôle discriminatoire ? Seule une définition, une représentation pertinente de la communauté politique pourrait le justifier. Or les logiques qui gouvernent nos représentations (logique de l’appartenance, logique du consentement, logique de l’intériorité)5, comme les concepts de souveraineté nationale ou du territoire conçu comme propriété s’avèrent aujourd’hui problématiques pour une telle justification.

Pour autant, remettre en cause les procédures actuelles de contrôle des frontières et leurs effets pervers inacceptables signifie-t-il supprimer les frontières – ce qui est une manière un peu idéaliste de penser la liberté de circulation ? Non, car la frontière est indispensable comme espace (plus ou moins épais) où se joue un entre-deux, une interaction. La frontière est la condition de notre « être-au-monde » et de la reconnaissance réciproque, par où se construit notre identité. Elle met de la distance dans la proximité. Mais le mur est la négation de la frontière : le mur est à la frontière ce que l’obsession identitaire est à la relation. La frontière alors ne sera pas strictement assignée à une fonction sécuritaire de contrôle, elle devra être instituée comme un lieu de négociation entre qui souhaite entrer et qui aura à répondre à cette demande, dans le respect des droits et des obligations. Pas un « hotspot »6, donc.

La liberté de circulation en Europe n’a supprimé ni les frontières (du moins, en principe) ni les différences (culturelles, juridiques, linguistiques…) : un temps d’études Erasmus, par exemple, est un temps de découverte et de construction personnelle. Le principe européen ouvre ainsi à l’appréciation des différences et à la qualité des échanges. Le contrôle des frontières, crispé sur la soi-disant sécurité et sur une auto-définition identitaire, constitue une contradiction à ce principe.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Déclin de l’or blanc

Le tourisme de masse en montagne a vécu. Le réchauffement climatique et ses conséquences pressent de réinventer l’usage de ces espaces.  Certaines initiatives montrent la voie.  L’année 2022 constitue un moment charnière pour notre avenir et celui du vivant. Les exigences environnementales nous rattrapent inexorablement. La concentration en CO2 dans l’atmosphère a atteint son record depuis deux millions d’années et les quatre dernières décennies ont ét...

Planète B, attention danger!

Jusqu’où poursuivre l’exploration de l’espace, et dans quels buts ? L’historien des sciences Jacques Arnould questionne notre vision utilitariste de l’espace. Entretien. La vie terrestre serait-elle aujourd’hui possible sans l’espace ?Quand je suis arrivé au Cnes, mes collègues de la communication avaient réalisé une vidéo sur le thème « Pas un jour sans satellite ! » Ils avaient conçu un faux journal télévisé annonçant : « Tous les satellites sont hor...

Du même dossier

Se battre pour l’Union

Partout, le multilatéralisme est remis en question. Mais, seul, aucun État n’est en mesure de faire face aux crises actuelles. Le Parlement européen mérite d’être protégé pour donner au projet de l’Europe une chance de se réinventer. L’Union européenne (UE) fait face à une épreuve de vérité décisive. Fin janvier 2019, dans un manifeste paru dans plusieurs quotidiens européens1, Bernard-Henri Lévy et une trentaine d’intellec...

Union européenne : écouter le choeur des citoyens

Dans le concert des nations, l’Union européenne a une partition à jouer. Mais a-t-elle mesuré la richesse de toute sa gamme ? Le complexe système législatif de l’Union européenne cherche toujours sa voie entre fédéralisme et supranationalisme. Voulons-nous une Europe des nations, des régions, des citoyens européens ou voulons-nous des « États-Unis d’Europe » ? Le régime ...

Entendre les convictions des autres

L’art de « résonner » peut être un élément de réponse pour faire société en Europe, selon le philosophe Hartmut Rosa. À condition d’accepter d’écouter d’autres manières de penser. De l’accélération à la résonance… Quel a été votre cheminement ?Depuis mon précédent essai1, j’ai réfléchi à ce qui était le contraire de l’accélération, à une autre façon d’être en lien avec les autres, l...

Du même auteur

Assouplissons les catégories migratoires !

Si les catégories actuelles sont désajustées par rapport à ce que vivent les personnes migrantes, comment les faire évoluer ? Selon quels critères et quelles nécessités ? Deux chercheuses et deux acteurs de la société civile invitent à adoucir les catégories actuelles, pour traiter avec plus d’humanité les personnes. Raoul, interviewé pour ce dossier de la Revue Projet, nous confiait : ...

Migrations. Quand les petites villes font la leçon aux grandes

Les petites villes européennes sont aujourd’hui catapultées en première ligne dans le processus complexe de l’accueil des personnes migrantes. L’intégration au niveau local constituerait-elle la clef du succès de la réinstallation ? Petites villes et villages seraient moins habitués à recevoir réfugiés et migrants et bénéficieraient de moins de moyens humains et financiers que les métropoles pour adapter leurs services. Si cette ...

Vous avez dit mobilité ?

Un souffle d’inquiétude passe sur l’Europe, à l’approche des élections au Parlement de Strasbourg. Au-delà des multiples avis de l’opinion, des politiques ou des experts, difficile d’établir un diagnostic précis expliquant l’état de santé de l’Europe. Et de quoi faut-il s’occuper d’abord ? De la montée des idées nationales et des replis identitaires ? Des incapacités à affronter une prétendue guerre commerciale mondialisée ? La question migratoire est-elle « la » question cruciale ? Ou serait-c...

1 Nous parlerons d’exilés pour ne pas céder aux catégorisations indues, ne tenant pas compte des aspects réels de l’expérience migratoire.

2 La Commission européenne a proposé en juin 2018 de quasiment tripler la part du budget consacrée à la crise migratoire et à une meilleure sécurisation des frontières extérieures de l’Union, à hauteur de 35 milliards d’euros pour 2021-2027. Voir Anne-Laure Amilhat-Szary, « L’économie de la surveillance de la frontière, un marché en expansion », Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ?, Puf, 2015, pp. 85-102.

3 Cf. l’article de Patrice Spinosi dans ce numéro.

4 Cf. l’article de Catherine Woollard dans ce numéro.

5 Cf. Benjamin Boudou, Le dilemme des frontières. Éthique et politique de l’immigration, éditions de l’EHESS, 2018, pp. 228-229.

6 Un « hotspot » (en Grèce, par exemple) est un lieu où sont mis en œuvre les procédés servant à identifier, enregistrer et prendre les empreintes digitales des migrants arrivant en Europe. Opération de contrôle strictement discriminatoire.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules