Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Mobilités en Europe : où allons-nous ?

Les mobilités européennes vues d’Allemagne L’influence de l’extrême droite

Campagne de l’AfD pour les élections fédérales en 2017. «
Campagne de l’AfD pour les élections fédérales en 2017. « "Nouveaux Allemands ?" Faisons-les nous-mêmes. Fais-toi confiance, Allemagne ! » © Wikimedia Commons/Valodnieks

L’AfD, le parti d’extrême droite allemand, a peu de chance de remporter une large victoire aux élections européennes. Ses discours xénophobes ont cependant fortement altéré le débat démocratique, forçant les autres partis à infléchir leurs positions quant aux migrations.


En Allemagne, personne, ou presque, ne remettrait en cause la mobilité des biens, des services et des capitaux. La plupart des électeurs et des hommes politiques savent combien leur pays profite de ces libertés au fondement du projet européen. Lors des prochaines élections européennes, tous les partis démocratiques allemands s’opposeront d’ailleurs plus ou moins directement aux revendications anti-euro du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD).

Mais l’idéal de « mobilité des personnes » illustre bien comment le débat démocratique a changé ces dernières années. Si les jeunes Allemands n’accepteraient pas de réduire leur mobilité personnelle et si le milieu des affaires est favorable à la mobilité du travail en Europe, rares sont ceux qui défendent les droits des migrants non européens à la mobilité. Même les sociaux-démocrates (SPD), qui historiquement se battent pour la solidarité internationale et la justice sociale, font maintenant campagne en faveur des classes moyennes et inférieures… allemandes. Aussi l’aide aux migrants et aux nations plus pauvres ne sera-t-elle certainement pas mise en avant aux élections européennes.

L’aide aux migrants et aux nations plus pauvres ne sera-t-elle certainement pas mise en avant aux élections européennes.

Cela tient notamment à l’influence qu’a eue l’AfD en 2015-2016, au plus fort de la crise des réfugiés. Le parti avait alors triplé son emprise, gagnant près de 10 % des sièges dans la plupart des élections régionales. Ce qui était au départ une initiative contre la monnaie commune s’est rapidement transformé en un mouvement agressivement xénophobe, défendant le « commun des mortels » contre « l’establishment » – les bureaucrates bruxellois, Angela Merkel, les médias et jusqu’aux évêques allemands, « aveugles face à la menace islamique ». Mais cette croissance rapide du parti a fléchi l’année dernière, du fait de la réduction du nombre de migrants et de la décision d’Angela Merkel de ne pas se représenter au poste de présidente de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) en décembre 2018. Les saillies de Donald Trump et le choc économique du Brexit ont aussi rendu les électeurs allemands plus sceptiques à l’égard des mouvements populistes.

Sans questionner la mobilité des biens, des capitaux et des services, les partis démocratiques proposeront des approches légèrement différentes : taxer les transactions financières ou les émissions de carbone, par exemple. Ils se présenteront à la fois comme des protecteurs de la stabilité et de la prospérité en Europe et comme des réformateurs, veillant à ce que l’Allemagne ne transfère pas à l’Union européenne des sommes plus importantes encore ou des droits plus souverains. C’est particulièrement vrai pour le parti conservateur bavarois CSU qui, après avoir tenté d’imiter la position xénophobe de l’AfD l’an dernier, soutient désormais la candidature au Parlement européen du plus modéré Manfred Weber, chef de file du Parti populaire européen.

Ainsi, même si elle ne risque pas de remporter une large victoire en mai prochain, l’AfD a déjà considérablement endommagé la qualité du débat démocratique et dénaturé l’idéal d’équité et de solidarité internationale cher à d’autres courants politiques.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Les mobilités vues d’Espagne

L’Union n’a pas bonne presse en Espagne, que ce soit à cause des politiques européennes ou d’une logique interne, de plus en plus favorable à l’auto-détermination. Et il y a peu de chances que cela change d’ici les prochaines élections. Les élections pour les députés du Parlement européen du 26 mai prochain coïncideront, en Espagne, avec les élections municipales et celles des parlements régionaux1. Elles seront, à n’en pas douter,...

Les quatre piliers de l’Europe en chiffres

Mobilités des personnes, des biens, des services et des capitaux : chiffrer ces libertés, au fondement de l’Union européenne, c’est mettre en lumière les pays les plus attractifs et les inégalités que cela engendre. Les mobilités de personnes1En 2016, près de 12 millions d’Européens en âge de travailler (20-64 ans), soit un Européen sur 25, résidaient dans un pays de l’Union européenne (UE) autre que celui de leur nationalité, sans compt...

[VIDÉO] Europe, terre de résonance ?

À l'occasion de la publication de son dernier essai « Résonance. Une sociologie de la relation au monde », la Revue Projet a rencontré le sociologue et philosophe allemand Hartmut Rosa. Dans cette conversation exceptionnelle, il revient sur le concept de résonance : « Si l’accélération constitue le problème central de notre temps, la résonance peut être la solution. » Au fil de l’échange, il ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules