Logo du site

Du contrôle des frontières

Jean-Marie Carrière
Question de sens

Au vu des conditions de contrôle des frontières de l’Union européenne, il convient de s’interroger, tant au niveau éthique que politique, sur la notion même de frontière. En tant qu’espace d’interaction et de reconnaissance de l’autre, elle joue un rôle indispensable dans l...

Renouveler l’idée européenne

Chloé Ridel
Chercheur

L’Union européenne se morcelle : en son sein se confrontent différentes visions de ce qu’elle doit représenter. Face aux replis identitaires, il est urgent de renouveler le projet européen. L'Union européenne se morcelle en son sein se confrontent différentes visions de ce qu'elle doit représenter Fac...

Les mobilités européennes vues d’Irlande

Kevin Hargaden
Vu d'ailleurs

La frontière entre les deux Irlandes est au cœur des débats sur le Brexit. Comment éviter le retour à une frontière « dure », qui impacterait grandement la vie quotidienne des habitants ? En toile de fond de ces questionnements, le douloureux souvenir de la guerre civile irlandaise… La fro...

Les Balkans, une zone tampon pour l’Union

Jean-Arnault Dérens
Journaliste

Les pays des Balkans fournissent au libéralisme économique européen une main-d’œuvre bon marché et servent de zone tampon, contrôlant les flux migratoires. Un double rôle dont les politiques locaux ont su tirer parti. Les pays des Balkans fournissent au libéralisme économique européen une main d'œuvre bon marché et servent de zone tam...

Les mobilités européennes vues d’Allemagne

Stefan Einsiedel
Vu d'ailleurs

L’AfD, le parti d’extrême droite allemand, a peu de chance de remporter une large victoire aux élections européennes. Ses discours xénophobes ont cependant fortement altéré le débat démocratique, forçant les autres partis à infléchir leurs positions quant aux mi...

À quoi sert la libre circulation ?

Ettore Recchi
Chercheur

La libre circulation, clé de voûte de la citoyenneté européenne, est garante de la vision cosmopolite originelle de l’Union. Face aux frontières qui partout se ferment, il est essentiel de la défendre au nom d’un monde comme un bien commun. La libre circulation clé de voûte de la citoyenneté e...

Foot business et rêves de gosse

Cédric Lecordier
Coup de projecteur

En 1995, l’arrêt Bosman a mis fin aux quotas de joueurs étrangers dans les clubs de football européens. Mais cette totale liberté dans la composition des vestiaires a transformé les projets sportifs en « business model », loin des terrains de quartier et des supporters locaux. En 1995 l'...

Entendre les convictions des autres

Hartmut Rosa
Question de sens

L’art de « résonner » peut être un élément de réponse pour faire société en Europe, selon le philosophe Hartmut Rosa. À condition d’accepter d’écouter d’autres manières de penser. L'art de résonner peut être un élément de réponse ...

Circuler dans la forteresse Europe

Catherine Woollard
Acteur de terrain

Malgré une libre circulation de principe en Europe, une hiérarchie de plus en plus rigide octroie des droits différents aux personnes selon leur statut migratoire. Il est temps de penser une liberté de mouvement qui garantisse pour tous un réel respect des droits humains. Malgré une libre circulation de principe ...

Vous avez dit mobilité ?

Jean-Marie Carrière
L'équipe de rédaction

Un souffle d'inquiétude passe sur l'Europe à l'approche des élections au Parlement de Strasbourg Au delà des multiples avis de l'opinion des politiques ou des experts difficile d'établir un diagnostic précis expliquant l'état de santé de l'Europe Et de quoi faut il s'occuper d'abord De la montée des idées nationales et des replis identit...

Se battre pour l’Union

Martin Maier
Question de sens

Partout, le multilatéralisme est remis en question. Mais, seul, aucun État n’est en mesure de faire face aux crises actuelles. Le Parlement européen mérite d’être protégé pour donner au projet de l’Europe une chance de se réinventer. Partout le multilatéralisme est remis en q...

Pour un protectionnisme européen coopératif

Mathilde Dupré et Xavier Ricard Lanata
Acteur de terrain

À l’heure où la politique commerciale de l’Union européenne ne convainc plus, il est urgent, face à l’ampleur des défis climatiques, de proposer de nouvelles règles pour mettre le commerce au service de la transition écologique et sociale. À l'heure où la politique commerciale de ...

L’Europe : entre mondialisation et populismes

Pierre-Noël Giraud
Chercheur

La paix et la prospérité qui devaient « spontanément » résulter des libres circulations en Europe et à ses frontières ne sont point advenues. On assiste à une montée des populismes et, à l’échelle mondiale, les capitalismes américains et chinois...

Question en débat : Mobilités en Europe : où allons-nous ?
Campagne de l’AfD pour les élections fédérales en 2017. «
Campagne de l’AfD pour les élections fédérales en 2017. « "Nouveaux Allemands ?" Faisons-les nous-mêmes. Fais-toi confiance, Allemagne ! » © Wikimedia Commons/Valodnieks

Les mobilités européennes vues d’Allemagne L’influence de l’extrême droite


L’AfD, le parti d’extrême droite allemand, a peu de chance de remporter une large victoire aux élections européennes. Ses discours xénophobes ont cependant fortement altéré le débat démocratique, forçant les autres partis à infléchir leurs positions quant aux migrations.


En Allemagne, personne, ou presque, ne remettrait en cause la mobilité des biens, des services et des capitaux. La plupart des électeurs et des hommes politiques savent combien leur pays profite de ces libertés au fondement du projet européen. Lors des prochaines élections européennes, tous les partis démocratiques allemands s’opposeront d’ailleurs plus ou moins directement aux revendications anti-euro du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD).

Mais l’idéal de « mobilité des personnes » illustre bien comment le débat démocratique a changé ces dernières années. Si les jeunes Allemands n’accepteraient pas de réduire leur mobilité personnelle et si le milieu des affaires est favorable à la mobilité du travail en Europe, rares sont ceux qui défendent les droits des migrants non européens à la mobilité. Même les sociaux-démocrates (SPD), qui historiquement se battent pour la solidarité internationale et la justice sociale, font maintenant campagne en faveur des classes moyennes et inférieures… allemandes. Aussi l’aide aux migrants et aux nations plus pauvres ne sera-t-elle certainement pas mise en avant aux élections européennes.

L’aide aux migrants et aux nations plus pauvres ne sera-t-elle certainement pas mise en avant aux élections européennes.

Cela tient notamment à l’influence qu’a eue l’AfD en 2015-2016, au plus fort de la crise des réfugiés. Le parti avait alors triplé son emprise, gagnant près de 10 % des sièges dans la plupart des élections régionales. Ce qui était au départ une initiative contre la monnaie commune s’est rapidement transformé en un mouvement agressivement xénophobe, défendant le « commun des mortels » contre « l’establishment » – les bureaucrates bruxellois, Angela Merkel, les médias et jusqu’aux évêques allemands, « aveugles face à la menace islamique ». Mais cette croissance rapide du parti a fléchi l’année dernière, du fait de la réduction du nombre de migrants et de la décision d’Angela Merkel de ne pas se représenter au poste de présidente de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) en décembre 2018. Les saillies de Donald Trump et le choc économique du Brexit ont aussi rendu les électeurs allemands plus sceptiques à l’égard des mouvements populistes.

Sans questionner la mobilité des biens, des capitaux et des services, les partis démocratiques proposeront des approches légèrement différentes : taxer les transactions financières ou les émissions de carbone, par exemple. Ils se présenteront à la fois comme des protecteurs de la stabilité et de la prospérité en Europe et comme des réformateurs, veillant à ce que l’Allemagne ne transfère pas à l’Union européenne des sommes plus importantes encore ou des droits plus souverains. C’est particulièrement vrai pour le parti conservateur bavarois CSU qui, après avoir tenté d’imiter la position xénophobe de l’AfD l’an dernier, soutient désormais la candidature au Parlement européen du plus modéré Manfred Weber, chef de file du Parti populaire européen.

Ainsi, même si elle ne risque pas de remporter une large victoire en mai prochain, l’AfD a déjà considérablement endommagé la qualité du débat démocratique et dénaturé l’idéal d’équité et de solidarité internationale cher à d’autres courants politiques.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules