Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Mobilités en Europe : où allons-nous ?

Les mobilités européennes vues d’Allemagne L’influence de l’extrême droite

Campagne de l’AfD pour les élections fédérales en 2017. «
Campagne de l’AfD pour les élections fédérales en 2017. « "Nouveaux Allemands ?" Faisons-les nous-mêmes. Fais-toi confiance, Allemagne ! » © Wikimedia Commons/Valodnieks

L’AfD, le parti d’extrême droite allemand, a peu de chance de remporter une large victoire aux élections européennes. Ses discours xénophobes ont cependant fortement altéré le débat démocratique, forçant les autres partis à infléchir leurs positions quant aux migrations.


En Allemagne, personne, ou presque, ne remettrait en cause la mobilité des biens, des services et des capitaux. La plupart des électeurs et des hommes politiques savent combien leur pays profite de ces libertés au fondement du projet européen. Lors des prochaines élections européennes, tous les partis démocratiques allemands s’opposeront d’ailleurs plus ou moins directement aux revendications anti-euro du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD).

Mais l’idéal de « mobilité des personnes » illustre bien comment le débat démocratique a changé ces dernières années. Si les jeunes Allemands n’accepteraient pas de réduire leur mobilité personnelle et si le milieu des affaires est favorable à la mobilité du travail en Europe, rares sont ceux qui défendent les droits des migrants non européens à la mobilité. Même les sociaux-démocrates (SPD), qui historiquement se battent pour la solidarité internationale et la justice sociale, font maintenant campagne en faveur des classes moyennes et inférieures… allemandes. Aussi l’aide aux migrants et aux nations plus pauvres ne sera-t-elle certainement pas mise en avant aux élections européennes.

L’aide aux migrants et aux nations plus pauvres ne sera-t-elle certainement pas mise en avant aux élections européennes.

Cela tient notamment à l’influence qu’a eue l’AfD en 2015-2016, au plus fort de la crise des réfugiés. Le parti avait alors triplé son emprise, gagnant près de 10 % des sièges dans la plupart des élections régionales. Ce qui était au départ une initiative contre la monnaie commune s’est rapidement transformé en un mouvement agressivement xénophobe, défendant le « commun des mortels » contre « l’establishment » – les bureaucrates bruxellois, Angela Merkel, les médias et jusqu’aux évêques allemands, « aveugles face à la menace isla

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné·e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules