Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Mobilités en Europe : où allons-nous ?

Les mobilités vues d’Espagne L’Europe loin des préoccupations

 © Pixabay/Vane Monte
© Pixabay/Vane Monte

L’Union n’a pas bonne presse en Espagne, que ce soit à cause des politiques européennes ou d’une logique interne, de plus en plus favorable à l’auto-détermination. Et il y a peu de chances que cela change d’ici les prochaines élections.


Les élections pour les députés du Parlement européen du 26 mai prochain coïncideront, en Espagne, avec les élections municipales et celles des parlements régionaux1. Elles seront, à n’en pas douter, les élections les moins européennes de ces dernières années.

La crise économique de la dernière décennie a eu comme premier résultat la mise en œuvre de politiques d’austérité rigoureuses. Et en 2011, la révision de la Constitution espagnole introduisait le concept de stabilité présupposée, stipulant que le paiement de la dette publique primait sur les autres dépenses prévues au budget général de l’État. Mais cette réforme a été interprétée par une large part de la population comme une perte grave de souveraineté. Et la détérioration de certains services publics, due aux coupes budgétaires, a mis fin au bipartisme jusque-là prédominant2. L’Europe a alors été perçue comme un pouvoir supérieur qui, avec ses exigences économiques, portait atteinte au bien-être des citoyens.

Les politiques migratoires ont également alimenté cette perception négative. On a dénoncé le manque de solidarité entre pays européens dans la gestion des frontières, se défaussant sur les États géographiquement proches de l’arc méditerranéen, et l’hypocrisie de ceux qui, d’un côté, affirment défendre les droits humains, mais qui, de l’autre, externalisent les contrôles frontaliers (au Maroc, en Turquie ou en Libye). La Méditerranée est devenue un mur plus difficile à franchir que celui voulu par Trump.

Pour autant, les facteurs qui risquent de peser lors des prochaines élections européennes relèvent d’une logique interne. Il s’agit d’abord de la corruption, qui a affecté de manière particulière le parti qui a gouverné l’Espagne jusqu’au 1er juin 2018 : le Parti populaire. Mais aussi de la procédure judiciaire engagée contre les chefs du processus indépendantiste de Catalogne. L’un des leaders en prison, Oriol Junqueras, député européen de 2009 à 2011, a proposé de mener une coalition avec les partis favorables au droit à l’auto-détermination. L’électorat indépendantiste souhaite que la voix de sa cause politique atteigne le cœur de l’Europe.

L’électorat indépendantiste souhaite que la voix de sa cause politique atteigne le cœur de l’Europe.

Troisième facteur : celui du rôle joué par des forces émergentes dans le panorama politique espagnol. Aux élections de 2014, ce fut Podemos qui entra au Parlement européen, avec un discours pro-européen critique, mais recevable par les groupes parlementaires de gauche qui siègent à Strasbourg. En 2019, on verra pour la première fois un parti au discours ultra-nationaliste et eurosceptique chercher alliance avec les autres forces de l’extrême droite européenne. Après son succès en Andalousie, Vox aura de nouveau l’occasion d’exprimer son programme électoral marqué par la thématique anti-migratoire et un fort nationalisme.

Certes, une partie de la population est consciente de ce qui se joue en Europe, de l’agenda de l’Union européenne sur la fiscalité, les accords commerciaux, la défense des droits humains… Mais elle est minoritaire dans l’électorat, dans les médias et les débats politiques. En Espagne, les élections risquent d’être les moins européennes et rien ne permet de penser que cela puisse changer dans les mois à venir.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Vous avez dit mobilité ?

Un souffle d’inquiétude passe sur l’Europe, à l’approche des élections au Parlement de Strasbourg. Au-delà des multiples avis de l’opinion, des politiques ou des experts, difficile d’établir un diagnostic précis expliquant l’état de santé de l’Europe. Et de quoi faut-il s’occuper d’abord ? De la montée des idées nationales et des replis identitaires ? Des incapacités à affronter une prétendue guerre commerciale mondialisée ? La question migratoire est-elle « la » question cruciale ? Ou serait-c...

Union européenne : écouter le choeur des citoyens

Dans le concert des nations, l’Union européenne a une partition à jouer. Mais a-t-elle mesuré la richesse de toute sa gamme ? Le complexe système législatif de l’Union européenne cherche toujours sa voie entre fédéralisme et supranationalisme. Voulons-nous une Europe des nations, des régions, des citoyens européens ou voulons-nous des « États-Unis d’Europe » ? Le régime ...

Renouveler l’idée européenne

L’Union européenne se morcelle : en son sein se confrontent différentes visions de ce qu’elle doit représenter. Face aux replis identitaires, il est urgent de renouveler le projet européen. Quinze ans après l’élargissement à l’est qui avait consacré la « réunification de l’Europe », le continent paraît plus que jamais fragmenté. La crise financière de 2008, les plans de relance et la faiblesse de la croissance ont enfermé certains États dans la prison...

1 Ces élections concerneront 13 des 17 communautés autonomes.

2 En 2011, 73 % des votes sont allés aux deux partis majoritaires (Parti populaire et Parti socialiste ouvrier espagnol), contre 55 % en 2016.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules