Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Mobilités en Europe : où allons-nous ?

Les mobilités vues d’Espagne L’Europe loin des préoccupations

 © Pixabay/Vane Monte
© Pixabay/Vane Monte

L’Union n’a pas bonne presse en Espagne, que ce soit à cause des politiques européennes ou d’une logique interne, de plus en plus favorable à l’auto-détermination. Et il y a peu de chances que cela change d’ici les prochaines élections.


Les élections pour les députés du Parlement européen du 26 mai prochain coïncideront, en Espagne, avec les élections municipales et celles des parlements régionaux1. Elles seront, à n’en pas douter, les élections les moins européennes de ces dernières années.

La crise économique de la dernière décennie a eu comme premier résultat la mise en œuvre de politiques d’austérité rigoureuses. Et en 2011, la révision de la Constitution espagnole introduisait le concept de stabilité présupposée, stipulant que le paiement de la dette publique primait sur les autres dépenses prévues au budget général de l’État. Mais cette réforme a été interprétée par une large part de la population comme une perte grave de souveraineté. Et la détérioration de certains services publics, due aux coupes budgétaires, a mis fin au bipartisme jusque-là prédominant2. L’Europe a alors été perçue comme un pouvoir supérieur qui, avec ses exigences économiques, portait atteinte au bien-être des citoyens.

Les politiques migratoires ont également alimenté cette perception négative. On a dénoncé le manque de solidarité entre pays européens dans la gestion des frontières, se défaussant sur les États géographiquement proches de l’arc méditerranéen, et l’hypocrisie de ceux qui, d’un côté, affirment défendre les droits humains, mais qui, de l’autre, externalisent les contrôles frontaliers (au Maroc, en Turquie ou en Libye). La Méditerranée est devenue un mur plus difficile à franchir que celui voulu par Trump.

Pour autant, les facteurs qui risquent de peser lors des prochaines élections européennes relèvent d’une logique interne. Il s’agit d’abord de la corruption, qui a affecté de manière particulière le parti qui a gou

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné·e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules