Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Mobilités en Europe : où allons-nous ?

Foot business et rêves de gosse

 @ artsfon.com
@ artsfon.com

En 1995, l’arrêt Bosman a mis fin aux quotas de joueurs étrangers dans les clubs de football européens. Mais cette totale liberté dans la composition des vestiaires a transformé les projets sportifs en « business model », loin des terrains de quartier et des supporters locaux.


Dans les années 1960, on était à mille années-lumière d’imaginer une équipe de football composée du « roi Pelé » (Brésil), du mancunien Bobby Charlton (Royaume-Uni) et du lisboète Eusebio (Portugal). Mais en 1995, l’arrêt Bosman rend enfin possibles les rêves de gosses (ou de coachs) : la Cour de justice des communautés européennes met fin au système de quota, qui limitait à trois par club le nombre de joueurs étrangers. Au nom de la libre circulation des travailleurs dans l’Union européenne (UE), le vestiaire européen peut devenir ce melting-pot de personnalités, de langues et de cultures de jeu !

Une logique de multinationale

Prendre les meilleurs, y ajouter un entraîneur respectable et trouver le bon assaisonnement tactique : une recette qui fonctionne pour le Real Madrid. Entre 2000 et 2003, la première fournée des galácticos (le surnom donné aux joueurs du Real Madrid, aussi réputés que coûteux) compte quatre « Ballons d’or » : le Français Zidane, le Brésilien Ronaldo, le Portugais Figo et l’Anglais Owen, pour un montant total avoisinant les 200 millions d’euros. Le Real remporte deux titres de champions d’Espagne et une Ligue des champions et assoit une domination incontestable… sur le plan financier.

Aujourd’hui, le nom de Beckham évoque pour beaucoup ce moment où les clubs, en s’ouvrant à l’international, ont cédé à une logique de multinationale.

Et ce, grâce notamment à un certain David Beckham, milieu de terrain transféré en 2003 pour 35 millions d’euros de Manchester United, connu autant pour son pied droit d’une précision de drone que pour son potentiel commercial. À défaut d’avoir été Ballon d’or, David Beckham aura été le champion toute catégorie des agents libres1, un joueur

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné·e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules