Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Accueillir plus pour gagner plus


La scène se passe une après-midi à Barbès, dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Arrivés par centaines, les policiers quadrillent la zone deux heures durant. Contrôle d’identité aux barrages et dans le périmètre. Des dizaines de personnes, la plupart africaines, menottées et emmenées au poste. Quand les patrouilles font mine de partir, certains sortent de leur cachette, mais des agents en civil veillent au grain. Cent cinquante sans-papiers seront embarqués, dont quarante conduits in fine au centre de rétention administrative de Vincennes. Nous sommes le 6 juin 2013, un jeudi. Rafle ? Scène ordinaire de la machine à expulser qui tient lieu, à gauche comme à droite, de politique d’immigration. Car nos politiques migratoires sont des broyeuses d’hommes, de femmes, d’enfants. En vingt ans, 16 000 migrants seraient morts pour avoir tenté de rejoindre l’Europe. Les familles des disparus hurlent dans le désert (cf. G. Lefèvre, P. Quivy). Quand sera donc atteint le seuil de tolérance de notre société ?

On ne fait pas de politique avec de la morale ? On n’en fait pas davantage sans, rétorquera-t-on avec André Malraux. Mais puisque, aux yeux de certains, laisser parler ses émotions suffit à disqualifier le discours, mettons-les sous le boisseau pour endosser les habits de la raison. Comment justifier, au premier chef, cette contradiction fondamentale de notre mondialisation qui abolit totalement les frontières pour les capitaux (cf. G. Giraud), largement pour les biens et services, mais non pour tous les humains ? Au plan géopolitique, prépare-t-on la paix en opposant les pays de transit, auxquels on veut sous-traiter le gardiennage de nos murs, aux pays de départ du sud du Sahara (cf. M. Raïs) ? Économiquement, est-ce bien raisonnable de dépenser 20 000 euros pour chaque expulsion (36 822 en 2012), quand les migrants contribuent au dynamisme économique et à l’équilibre de nos comptes sociaux (cf. D. de Blic) ? Est-ce même efficace, quand beaucoup reviennent ? Au plan démographique, notre continent – qui voit aussi partir certains de ses jeunes (cf. A. Domingo) – veut-il à ce point accélérer son vieillissement qu’il préfère limiter l’afflux d’une population jeune et souvent formée (cf. E. Ambrosetti et C. Giudici) ?

On le voit, questionner le bien-fondé de la politique migratoire actuelle n’est pas l’apanage de quelque engeance gauchiste ou fidèle à la radicalité évangélique. Mais, si cette politique est inhumaine, coûteuse et vaine (cf. S. Weber), pourquoi la poursuivre ? Certains mouvements ont, certes, pris le parti de flatter les peurs de l’électorat – et les urnes, hélas, ne les en découragent pas. Pour nombre de dirigeants européens, il s’agit surtout de donner à l’opinion des gages de volontarisme pour pallier leur incapacité à répondre aux problèmes du chômage et de l’insécurité.

Si les détracteurs de l’Europe forteresse peinent à emporter la conviction, c’est qu’ils négligent de présenter des alternatives claires. Prendre au sérieux l’objection exige de penser les fondements d’une politique d’ouverture. Le droit de quitter son pays, inscrit dans la Déclaration universelle de 1948, restera lettre morte tant qu’il ne s’accompagnera pas du droit à s’installer dans un autre pays (cf. A. Pécoud). Aussi bien, la libre circulation doit être le principe, ses entraves, l’exception. Libre circulation n’implique pas absence de contrôle. Il n’est guère de voix pour nier à l’État un droit légitime à connaître les entrées et les sorties de son territoire. Encore faut-il que cette politique n’amène pas l’Europe à piétiner le socle de valeurs sur lequel elle s’est bâtie. Qu’attendent les pays européens pour signer la Convention des Nations unies sur les droits des travailleurs migrants et de leurs familles ?

Quelles exceptions à la libre circulation ? La notion de cohésion sociale ou celle de « bien commun » avancée par l’Église (cf. C. Mellon) appellent interprétation. À quel échelon penser ces exceptions ? Si chaque État présente quelques spécificités démographiques, la physique des flux migratoires invite plutôt à les concevoir à l’échelle régionale, sinon mondiale (cf. C. Wihtol de Wenden). Enfin, une autre politique suppose de reconnaître que la géographie n’est pas seule à dresser des frontières. Il en est d’autres, plus profondes encore. Dans le monde du travail, d’abord (cf. E. Terray). Dans notre regard, aussi (cf. A. Chaillou).

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Un mariage de raison

Les entreprises ne peuvent plus fermer les yeux sur leur responsabilité dans la transition écologique. Le cadre de pensée développé par Bill Sharpe permet de dégager des horizons, en évitant les déclarations d’intention. Retour sur les enseignements de ce dossier en trois points saillants. Les articles du présent dossier illustrent tous l’ampleur des discernements nécessaires quant à l’évolution des modèles d’affaires et au contenu de...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

L’Europe forteresse : à quel prix ?

La politique migratoire de l’Europe se durcit, profitant des tensions entre États, des peurs véhiculées au sein des populations. Elle alimente les marchés de la sécurité et du contrôle. Pourtant, elle s’avère largement inefficace. Une alternative ? Mesurer la richesse que constituent les migrants et inventer d’autres politiques. Les origines de l’espace Schengen expliquent en partie son bilan actuel : la réalisation de ce projet exceptionnel de libre circulation des personnes entre les pays memb...

Liberté, égalité, alphabet…

De nombreux migrants, certains sans-papiers, viennent à la mairie du IVe arrondissement de Paris suivre des cours de français dispensés par le Réseau chrétien – immigrés. La maîtrise de la langue est une des clés de l’intégration. L’enjeu est d’autant plus fort qu’il est porté dans les murs de la République. Des trois grandes portes, c’est par celle de la « Liberté » qu’on accède à l’intérieur de la mairie du IVe. En ce mercredi soir pluvieux, l’association Réseau chrétien – immigrés (RCI) anime...

Pour une autre vision de la frontière

Entretien - Deux acteurs, impliqués depuis longtemps dans le soutien aux migrants, confrontent leurs analyses sur le rôle des associations, la politique du gouvernement, la nécessité d’une révision radicale des politiques d’immigration, à la lumière d’une autre vision de la frontière. Quelles critiques formulez-vous à l’encontre des politiques migratoires françaises et européennes ?Claire Rodier – La politique migratoire française, inscrite dans un contexte européen dont elle est indissociable, ...

Du même auteur

Chocolat amer

L’or brun. En Côte d’Ivoire, les fèves de cacao font vivre une bonne partie de la population. Mais elles aiguisent aussi les appétits. Non sans conséquences sur les fuites de capitaux, l’impossibilité de déloger la classe dirigeante et la violence  armée. C’est ce que révèle cette enquête… au goût amer. Un seul pays d’Afrique est leader mondial dans l’exportation d’une matière première a...

Pour une économie relationnelle

« On peut en savoir beaucoup sur quelqu’un à ses chaussures ; où il va, où il est allé ; qui il est ; qui il cherche à donner l’impression qu’il est ». À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1, on pourrait ajouter : « Quel monde il invente ». Car l’analyse du secteur de la chaussure, objet du quotidien s’il en est, en dit long sur notre système économique. Un système qui divise. À commencer par les humains : quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication ...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu, comme en 1990, intituler ce numéro « Dépeupler les prisons » (Projet, n° 222). Car de l’inventaire dressé alors, il n’y a pas grand-chose à retirer. Les conditions de vie en détention, notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement, restent indignes d’un pays qui se veut « patrie des droits de l’homme ». Mais à la surpopulation carcérale, on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons. Sans mesurer que plus le parc pénit...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules