Logo du site

Liberté, égalité, alphabet…


De nombreux migrants, certains sans-papiers, viennent à la mairie du IVe arrondissement de Paris suivre des cours de français dispensés par le Réseau chrétien – immigrés. La maîtrise de la langue est une des clés de l’intégration. L’enjeu est d’autant plus fort qu’il est porté dans les murs de la République.

Des trois grandes portes, c’est par celle de la « Liberté » qu’on accède à l’intérieur de la mairie du IVe. En ce mercredi soir pluvieux, l’association Réseau chrétien – immigrés (RCI) anime un de ses trois cours hebdomadaires de français. Maîtriser la langue est essentiel pour trouver sa place dans la société. Constat partagé par la feuille de route du gouvernement pour la politique d’égalité républicaine et d’intégration publiée le mercredi 12 février. Alors que Matignon ne s’adresse qu’aux étrangers arrivés de façon régulière, les dix professeurs bénévoles du RCI ne font pas de distinction parmi les cinquante-deux apprenants. « Ça fait onze ans qu’on est là. On sait que le maire accepte les sans-papiers dans sa mairie. D’abord Mme Bertinotti [aujourd’hui ministre déléguée à la Famille] qui était sensible à ces questions puis son successeur [Christophe Girard] qui continue de nous accueillir » explique Michèle Dauger, jeune retraitée chargée de coordonner l’ensemble des ateliers. « Ça donne un côté officiel. Chaque apprenant a sa carte d’adhérent tamponnée par le maire. Certains ont pu s’en servir à l’occasion de contrôle dans le métro. »

L’envie d’apprendre

Sous les voûtes du dernier étage, Danielle et Marlène aménagent la salle qu’elles vont partager. Marlène, brune souriante à l’accent ensoleillé, s’occupe de ceux pour qui échanger quelques mots en français est un défi permanent. Ce soir, ils sont sept : deux filles et cinq garçons venus d’Europe de l’Est, d’Asie ou d’Amérique latine. Ils n’ont pas grand-chose en commun, si ce n’est le déracinement et l’envie d’apprendre. À l’instar du jeune Pakistanais Zee Chan, il est difficile d’échanger avec eux, mais leur motivation ne fait pas de doute. À leur arrivée, tous s’installent et sortent rapidement cahiers et crayons. Ils suscitent l’admiration de Michèle : « Aucun n’habite dans le coin. Entre les trajets et les employeurs qui exploitent ceux qui travaillent au noir... Je les trouve très courageux. »

« Entre les trajets et les employeurs qui exploitent ceux qui travaillent au noir... Je les trouve très courageux. »

Au milieu de l’atelier, un jeune de type indien débarque en trombe dans la salle, lançant un « Do you speak english ? ». Marlène lui demande ce qu’il cherche. C’est en français qu’il répond : « Comment allez-vous ? » Le visage de l’animatrice trahi son étonnement. Le jeune, casquette à l’envers, n’est inscrit dans aucun des groupes. Impossible de savoir qui l’a informé. Beaucoup viennent ici grâce au bouche-à-oreille. Marlène prend ses coordonnées pour le rappeler. Il y a toujours plus de demandes que de places et chaque nouvel arrivant doit passer un test, afin de donner la priorité à ceux qui en ont le plus besoin.

La porte à peine refermée, l’atelier reprend avec un jeu. Un dé est jeté, sur chacune des faces, différentes heures de la journée. En fonction du lancé, il s’agit de trouver le plus rapidement une phrase décrivant une situation correspondant à l’horaire. Mais l’équipe de trois joueurs conteste : en face ils sont quatre ! C’est déséquilibré ! C’est aussi à travers ces petites situations que les migrants apprennent à s’exprimer. Le match est serré, on en est au dernier point. Marlène lance le dé : « 8h15 ». Sultan, un Bangladais trentenaire, se lance « À 8h15, je faire la toilette. » Faux ! Iryna, une jeune Tchétchène dont le visage d’enfant témoigne à peine de ses 20 ans en profite : « À 8h15, je fais ma toilette. » Marlène valide le point. Applaudissement général !

Le français pour continuer

La bonne humeur studieuse est le dénominateur commun des différents ateliers. Celui animé par Aline, professeur d’arts plastiques à la retraite, en est un bel exemple. Installés au rez-de-chaussée dans la « Salle des banquettes », les participants ne sont, ce soir, que quatre. Le français s’apprend différemment pour ceux qui ont pu aller à l’école dans leur pays d’origine. Installé sur une banquette en cuir rouge et quelques chaises en bois autour de tables de café, le groupe discute à partir de situations quotidiennes. Aujourd’hui, ils commandent des sushis. À 21 ans, Youssef est le benjamin du groupe. En cuir depuis les bottes jusqu’à la veste, son sourire d’enfant du Maroc se détache de son allure de motard. « Pas toujours toi Youssef ! Laisse participer les autres », l’arrête Aline. Très motivé, du bout de son index, il esquisse dans le vide chaque mot qu’il épèle.

Du bout de son index, il esquisse dans le vide chaque mot qu’il épèle.

À ses côtés, Guiya, un élégant chinois cinquantenaire à la syntaxe encore hésitante, se confie volontiers. Il y a cinq ans, il ne connaissait aucun mot de français. « Je suis vieux, la tête a pas bien fonctionné », s’excuse-t-il face aux jeunes migrants, plus à l’aise. « Aujourd’hui, changé beaucoup, beaucoup. Beaucoup de mots, comprends. Plus simple acheter Carrefour. » Et s’il participe toujours assidument au cours, c’est parce qu’« en France continue la vie ».

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

Du même dossier

Pour des politiques migratoires régionales

Habitée par une vision sécuritaire, l’Europe concentre sa politique migratoire sur le contrôle. Le décalage est permanent avec la réalité des flux. Manifeste autour de la Russie comme à la frontière Mexique-États-Unis, la régionalisation des migrations est un phénomène planétaire. Elle invite à (re)penser l'espace euro-méditerranéen. En ce début de XXIe siècle, c’est la planète entière qui est en mouvement, notamment les « Sud ». De nouvelles destinations se sont fait jour (pays du Golfe, contin...

Gouverner autrement les migrations

L’idée d’une nouvelle gouvernance mondiale de la mobilité des personnes est devenue récurrente ces dernières années. Elle apparaît comme une alternative possible à la vision sécuritaire, sclérosée et inefficace, mise en œuvre dans plusieurs zones du monde, en particulier aux frontières de l’Europe et des États-Unis. Convaincu de la nécessité de sortir de cette gestion des migrations fondée sur la seule souveraineté nationale, le CCFD-Terre Solidaire plaide pour que la société civile trouve une ...

Migrations : un manque de cohérence politique

Il y a un an, la Revue Projet posait la question : « Migrations : quelle autre politique pour l’Europe ? ». Le 8 octobre 2013, suite au drame de Lampedusa, la Revue Projet et ses partenaires, le CCFD-Terre Solidaire et le Service jésuite aux réfugiés interpellaient ouvertement le gouvernement français et la Commission européenne. Nous avons demandé à Catherine Wihtol de Wenden, spécialiste des migrations, d’analyser leurs réponses. Il y a quelques jours, une embarcation de migrants coulait au la...

Du même auteur

Des droits pour le vivant

Le droit est-il une voie pour faire entrer le non-humain en politique ? La juriste et eurodéputée Marie Toussaint et le philosophe Baptiste Morizot questionnent le concept d’une diplomatie du vivant.  Le 23 février 2021, l’État était reconnu « responsable de manquements dans la lutte contre le réchauffement climatique » par le Tribunal administratif de Paris, suite à l’action en justice menée par « Notre affaire à tous ». De quoi rendre politique la question du vivant ?M...

Gilles Vermot Desroches : « Le visage du pauvre est un jeune »

Initiateur de la Fondation Schneider Electric et ancien président des Scouts et Guides de France, Gilles Vermot Desroches n’a jamais cessé de vouer son engagement à la jeunesse. Vous arrivez en 1998 chez Schneider Electric1 après un long passage par le scoutisme. Est-ce une rupture ou une continuité ?Mon expérience chez les Scouts et Guides de France m’a permis de comprendre que si, dans sa mission, on ne porte pas une attention particulière aux plus démunis ou aux plu...

Faut-il privatiser EDF ?

Le projet Hercule, qui vise à "réorganiser" EDF, laisse présager le pire quant à une potentielle privatisation de l'entreprise publique. Alors que la transition énergétique est l'un des piliers de la lutte contre le changement climatique, est-il pertinent d'ouvrir l'activité de ce fleuron national à la concurrence ? C'est cette question que Martin Monti-Lalaubie a posée à Gaël Giraud, économiste et jésuite, pour sa chronique à la Revue Projet.Les sources citées pendant la chronique :- Le guide ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules