Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Disparus en Méditerranée


Dans le contexte des révolutions arabes, 64261 personnes se sont embarquées pour l’Europe depuis la Tunisie et la Libye. Environ 2000 sont mortes ou ont disparu, dont 1000 Tunisien(ne)s. La gravité de cette situation a entraîné une très forte mobilisation des familles et des mouvements européens et africains qui défendent les droits des migrants. Depuis 2011, le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) a fait de ce dossier une priorité. Il milite pour que les autorités tunisiennes et européennes prennent leurs responsabilités en termes de transparence et de réparation. Il entend défendre la dignité des disparus et des morts, mais aussi remettre en cause la gestion sécuritaire des frontières, qui pousse ceux qui souhaitent gagner l’autre rive à prendre des risques de plus en plus grands. Après un premier rapport en septembre 2012, le FTDES en a récemment diffusé un second, concernant les migrants disparus en mer en 2012, à partir des données récoltées grâce à une partie des familles, au soutien du projet Boats 4 People1, de la plate-forme Watch The Med2 et du réseau Migreurop3, de même qu’à des recherches effectuées par les volontaires d’Échanges et Partenariats.

Le nombre de disparus partis de Tunisie en 2012 pourrait s’élever à 350, celui des morts à plusieurs dizaines. Deux cas font l’objet d’une étude plus précise, même si de nombreux mystères entourent encore ces disparitions. Le plus médiatisé est celui du naufrage près de l’îlot de Lampione, le 6 septembre 2012, d’un navire parti de la Tunisie (dans la région de Sfax) à destination de Lampedusa, distante de 225 km. Le navire transportait entre 100 et 150 personnes, dont 3 femmes avec un enfant de 5 à 8 ans. 74 personnes ont disparu et 9 ont été retrouvées mortes – sans qu’il soit confirmé qu’elles aient été parmi les passagers. 56 ont survécu. Leurs noms ont été communiqués par le ministère des Affaires étrangères.

Les circonstances exactes de la traversée comme du naufrage ne sont pas connues. Toutefois, le FTDES s’interroge sur le rôle des services de contrôle des frontières et sur l’organisation des opérations de secours à la suite des appels au secours lancés par des passagers depuis leur téléphone portable. Le navire avait-il été repéré avant ces appels ? Si oui, quelles décisions furent prises ? Selon certains témoignages, des passagers se seraient jetés à la mer jusqu’à 18h20. Pourtant, aucun naufragé n’a été retrouvé avant 2h du matin, alors que les secours se seraient organisés à partir de 18h (mettant entre cinq et vingt minutes à intervenir) et que la zone autour de Lampione était dès lors quadrillée par les navires de recherche. Que dit le rapport des secouristes ? Quelle fut la procédure d’identification ou de rapatriement mise en œuvre par les autorités italiennes et tunisiennes à propos des morts retrouvés ? Comment les familles peuvent-elles se renseigner sur ces identifications ?

Ces questions restent en suspens, malgré la création d’une commission d’enquête italo-tunisienne sur les circonstances du naufrage et l’identification des corps. Cette commission ne concerne d’ailleurs que ce seul naufrage, alors que plus de 300 familles demandent depuis 2011 une réponse concernant le sort de leurs proches. Aussi le FTDES demande-t-il (avec le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme) la création d’une commission d’enquête mixte (associant familles de victimes, sociétés civiles, gouvernements tunisien et italien, experts indépendants), pour faire la lumière sur les circonstances de toutes les disparitions. Il demande aussi l’arrêt de la collaboration de la Tunisie avec la politique européenne de fermeture des frontières et plaide pour l’amélioration de la liberté de circulation entre la Tunisie et l’Union européenne, qui limiterait les départs irréguliers dans des conditions dangereuses.

Source : « Les Tunisiens disparus en mer », rapport du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, mars 2013, 40 p.



Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Faim et suite

En ce début de XXIe siècle, la faim est toujours là, et même en hausse structurelle depuis moins d’une décennie. Selon les estimations onusiennes, près de 800 millions de personnes sont, à ce jour, sous-alimentées.Cette réalité ne se réduit pas à l’imagerie tragique d’enfants dénutris du Sahel. En 2020, deux milliards et demi d’individus – soit le tiers de l’humanité – se sont trouvés en état d’insécurité alimentaire. Autrement dit, selon les critères de la FAO (l’organisation des Nations unies...

Quel est le prix d’une vie ?

« Toute personne a un prix, l’important est de savoir lequel », disait cyniquement le narcotrafiquant Pablo Escobar. Le marché peut-il tout monétiser ? Le marché peut-il tout vendre et tout acheter ? Étonnamment, la réponse est positive à la première question et négative à la seconde. Et c’est souvent parce qu’on ne distingue pas ces deux questions qu’on se perd dans un labyrinthe sans sortie. L’achat ou la vente de certains biens, tels que la vie humaine, en modifie la nature.D’êtres libres, l...

Du même dossier

Pour une autre vision de la frontière

Entretien - Deux acteurs, impliqués depuis longtemps dans le soutien aux migrants, confrontent leurs analyses sur le rôle des associations, la politique du gouvernement, la nécessité d’une révision radicale des politiques d’immigration, à la lumière d’une autre vision de la frontière. Quelles critiques formulez-vous à l’encontre des politiques migratoires françaises et européennes ?Claire Rodier – La politique migratoire française, inscrite dans un contexte européen dont elle est indissociable, ...

Libre circulation : de l’idéal au politique

Si quitter son pays est inscrit dans les droits de l’homme, entrer dans un autre que le sien ne l’est pas. Longtemps traité sous l’angle de l’émigration, c’est l’immigration qui interroge aujourd’hui ce qu’implique la liberté de circuler, aux niveau régional et mondial, au plan politique, économique et social. La planète est divisée en États-nations, selon des frontières qui séparent des territoires, mais aussi des populations. Cette vision westphalienne du monde soulève des questions politiques...

Exfiltrer les sans-papiers : quand le Maroc tient tête à l’Europe

Pour mener à bien sa politique d’expulsion, l’Europe veut s’appuyer sur ses voisins méditerranéens. Par quel moyen ? Des accords de réadmission. Le Maroc, soucieux du coût de la mesure et de sa réputation en Afrique, résiste. Une stratégie rentable, jusqu’ici. Les accords communautaires de réadmission se définissent comme « des conventions internationales conclues entre l’Union européenne (UE) et des États tiers en vue de fixer les conditions dans lesquelles doit être réalisé le retour des perso...

Du même auteur

Évacuer les campements roms… et après ?

Une circulaire d'août 2012 réaffirme la nécessité de procéder à des évacuations, pour des raisons sanitaires ou de sécurité, mais aussi l'indispensable accès au droit commun des personnes qui habitent dans ces campements. Quel bilan ? Représentants de l’État, parlementaires et responsables associatifs apportent ici leur réponse. Les évacuations forcées des Roms étrangers1 durant l’année 2013 atteignaient le chiffre de 21 5372 en France, soit davantage que la totalité de la population habitant en...

1 Le réseau Boats 4 People rassemble 17 organisations (dont le FTDES) dans huit pays dans le but de lutter pour les droits des migrants en mer.

2 La plate-forme Watch The Med vise à rassembler des informations sur les violations aux droits des migrants en mer Méditerranée ainsi que des informations sur les systèmes de secours en mer et de contrôle migratoire.

3 Le réseau euro-africain Migreurop, partenaire du CCFD-Terre Solidaire, rassemble 44 organisations (dont le FTDES) dans 17 pays dans le but de lutter contre l’enfermement des migrants et l’externalisation de la gestion des frontières de l’UE dans les pays qui l’entourent.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules