Logo du site

Gouverner autrement les migrations Première étape, signer la convention de l’Onu


L’idée d’une nouvelle gouvernance mondiale de la mobilité des personnes est devenue récurrente ces dernières années. Elle apparaît comme une alternative possible à la vision sécuritaire, sclérosée et inefficace, mise en œuvre dans plusieurs zones du monde, en particulier aux frontières de l’Europe et des États-Unis. Convaincu de la nécessité de sortir de cette gestion des migrations fondée sur la seule souveraineté nationale, le CCFD-Terre Solidaire plaide pour que la société civile trouve une voie pour proposer et construire le contenu de cette alternative, afin que sa parole soit entendue. Une gouvernance alternative des migrations doit pouvoir s’appuyer non seulement sur l’existence d’espaces de concertation à vocation multilatérale (tel le Forum mondial sur la migration et le développement) mais aussi sur l’application d’instruments juridiques internationaux. Le CCFD-Terre Solidaire s’est notamment mobilisé, autour d’un « Pacte pour une terre solidaire » lors des élections 2012, pour la ratification par la France et les pays de l’Union européenne de la convention des Nations unies pour la protection des droits des travailleurs migrants et leurs familles. Texte-cadre adopté en 1990, cette convention constitue un socle minimal de droits à respecter pour les personnes en situation de migration (statut administratif individuel et familial, droit au travail, droits sociaux et économiques, etc.). Ratifiée aujourd’hui par quarante-six pays, elle ne l’est pourtant par aucun pays européen. Premier pas vers la construction d’une approche mondiale, cette convention est à considérer comme un outil politique de construction d’un cadre commun de réflexion et de prise de décisions dans le respect des droits fondamentaux des migrants, en tant que citoyens et acteurs de développement : d’où la nécessité d’une forte parole de la société civile sur cette question.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

Du même dossier

Libre circulation : de l’idéal au politique

Si quitter son pays est inscrit dans les droits de l’homme, entrer dans un autre que le sien ne l’est pas. Longtemps traité sous l’angle de l’émigration, c’est l’immigration qui interroge aujourd’hui ce qu’implique la liberté de circuler, aux niveau régional et mondial, au plan politique, économique et social. La planète est divisée en États-nations, selon des frontières qui séparent des territoires, mais aussi des populations. Cette vision westphalienne du monde soulève des questions politiques...

Pour une autre vision de la frontière

Entretien - Deux acteurs, impliqués depuis longtemps dans le soutien aux migrants, confrontent leurs analyses sur le rôle des associations, la politique du gouvernement, la nécessité d’une révision radicale des politiques d’immigration, à la lumière d’une autre vision de la frontière. Quelles critiques formulez-vous à l’encontre des politiques migratoires françaises et européennes ?Claire Rodier – La politique migratoire française, inscrite dans un contexte européen dont elle est indissociable, ...

Exfiltrer les sans-papiers : quand le Maroc tient tête à l’Europe

Pour mener à bien sa politique d’expulsion, l’Europe veut s’appuyer sur ses voisins méditerranéens. Par quel moyen ? Des accords de réadmission. Le Maroc, soucieux du coût de la mesure et de sa réputation en Afrique, résiste. Une stratégie rentable, jusqu’ici. Les accords communautaires de réadmission se définissent comme « des conventions internationales conclues entre l’Union européenne (UE) et des États tiers en vue de fixer les conditions dans lesquelles doit être réalisé le retour des perso...

Du même auteur

Quand des villes réinventent la citoyenneté

São Paulo, New York, Grenoble et Palerme : ces municipalités dépassent le statut que les États confèrent aux personnes migrantes, en les considérant d’abord comme des acteurs de la ville, plutôt que comme des « étrangers ». Tour du monde d’initiatives qui renouvellent la citoyenneté au niveau local. À l’échelle d’une commune, d’un village, d’une ville, voire d’une métropole, les habitants cohabitent natu...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules