Logo du site
Dossier : Migrants : dépasser les catégories

Quand des villes réinventent la citoyenneté

© Ali Jamshidifar
© Ali Jamshidifar

São Paulo, New York, Grenoble et Palerme : ces municipalités dépassent le statut que les États confèrent aux personnes migrantes, en les considérant d’abord comme des acteurs de la ville, plutôt que comme des « étrangers ». Tour du monde d’initiatives qui renouvellent la citoyenneté au niveau local.


À l’échelle d’une commune, d’un village, d’une ville, voire d’une métropole, les habitants cohabitent naturellement, quel que soit leur statut. Citoyens de la nation, demandeurs d’asile, réfugiés ou sans-papiers, ils se croisent dans le quartier où les uns habitent et les autres s’abritent. Ils se côtoient à la boulangerie, à l’école, en se rendant sur leur lieu de travail (relevant du secteur formel ou non), dans les centres sociaux, à l’hôpital. Malgré les frontières du droit, les habitants se lient ou se confrontent, et dessinent ensemble la mosaïque humaine qui fait la ville, son économie, son identité, sa gastronomie, son langage, son rythme. Finalement, si les politiques migratoires relèvent des compétences régaliennes de l’État, c’est à l’échelle locale que se construit la vie des personnes exilées et que s’organisent (ou non) l’accueil et l’intégration, la cohésion sociale, le vivre ensemble.

S’appuyant sur des compétences plus ou moins étendues, de plus en plus d’autorités locales, encouragées par leurs populations, mais parfois à leur insu, montrent qu’il est possible de dépasser les catégories pour changer radicalement la vie de personnes qui n’ont aucun droit à cause de leur statut administratif national, d’inclure sans discrimination en affirmant des communautés métissées, de réinventer ainsi la démocratie au niveau local.

São Paulo, tous citoyens

São Paulo fut l’une des villes pionnières pour penser une politique migratoire fondée sur le respect des droits et l’égalité de traitement entre nationaux et migrants, quel que soit leur statut. L’administration de Fernando Haddad (Parti des travailleurs, maire de 2013 à 2017) a fait de la thématique migratoire un enjeu essentiel afin d’envisager la défense des droits depuis la perspective des communautés les plus exclues.

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules