Logo du site

Quand des villes réinventent la citoyenneté

Nina Marx
Acteur de terrain

São Paulo, New York, Grenoble et Palerme : ces municipalités dépassent le statut que les États confèrent aux personnes migrantes, en les considérant d’abord comme des acteurs de la ville, plutôt que comme des « étrangers ». Tour du monde d’initiatives qui reno...

Derrière les statistiques, des personnes

Marcel Rémon
L'équipe de rédaction

Si les débats sur les migrations s’appuient sur des données statistiques, ces chiffres conditionnent aussi la manière de penser les migrations. Si les debats sur les migrations s'appuient sur des donnees statistiques ces chiffres conditionnent aussi la maniere de penser les migrations Comment les statistiques influencent ...

Un seul regard et je segmente le monde

Fred Poché
Question de sens

Quand nous rencontrons quelqu’un pour la première fois, nous tentons très vite de lui coller quelques étiquettes pour l’identifier et nous situer dans la relation. Pourquoi est-il difficile de faire différemment ? Comment les personnes migrantes vivent-elles cela dans la construction de leur identit&eacu...

Les catégories, un mal nécessaire ?

Catherine Wihtol de Wenden
Chercheur

À quels besoins répondent les catégories juridiques qui servent à classer les migrants ? Compter, protéger, octroyer ou refuser des droits… Si elles sont en effet nécessaires pour pouvoir offrir à tous les mêmes droits et la protection dont chacun a besoin, elles sont aussi largem...

À l’école, personne n’est un étranger

Donatella Parisi
Acteur de terrain

Dans plusieurs villes d’Italie, le centre Astalli permet la rencontre entre des réfugiés et des élèves de collège et de lycée, pour faire tomber les préjugés liés à la méconnaissance de l’autre et encourager une société plus accueillante. Dans plu...

Réfugié, migrant, dubliné. Les mots des migrations

Laura Calabrese
Chercheur

La manière dont les politiques nomment les personnes en situation de migration traduit leur vision de la place qui devrait leur être accordée et ce que devraient être les politiques migratoires. Relayées par les médias, ces manières de voir et de dire participent à une certaine vision des migrat...

L’Ofpra, les migrants sahraouis et l’anthropologue

Alice Corbet
Chercheur

Quand l’organisme qui instruit les dossiers des demandeurs d’asile, l’Ofpra, demande de l’aide à une anthropologue au sujet des migrants sahraouis, leurs logiques entrent en confrontation. Retour d’expérience. Quand l'organisme qui instruit les dossiers des demandeurs d'asile l'Ofpra demande de l'aide a u...

Migrants : arrêtons de les mettre dans des cases !

Christian Mellon
L'équipe de rédaction

Qui ne connait un temps d'hesitation au moment de choisir un adjectif ou un substantif pour designer une personne venue d'ailleurs Vais je dire migrant refugie etranger demandeur d'asile exile sans papiers expatrie La question ne meriterait pas un dossier de la Revue Projet s'il ne s'agissait que d'exactitude lexicale Mais chacun percoit que toute...

« Sans travail, on est tué à petit feu »

Raul , Adil et François
Droit de cité

Pour Raoul, Adil et François, travailler permet d’être reconnu comme une personne normale, utile pour la société. Au-delà des cases auxquelles ils sont assignés tout au long de leur parcours migratoire. Pour Raoul Adil et Francois travailler permet d'etre reconnu comme une personne normale utile pour l...

Dossier : Migrants : dépasser les catégories
© Andrey Popov/iStock
© Andrey Popov/iStock

Derrière les statistiques, des personnes


Si les débats sur les migrations s’appuient sur des données statistiques, ces chiffres conditionnent aussi la manière de penser les migrations.


Comment les statistiques influencent-elles la perception et la compréhension des populations migrantes ? La réponse est double, car deux facteurs entrent alors en jeu : la dimension mathématique des techniques statistiques et l’influence « humaine » des statisticiens qui vivent dans une société particulière, avec ses valeurs et ses perceptions.

À propos des influences d’ordre mathématique, les contraintes de calculabilité délimitent le type de catégories que les statistiques peuvent appréhender : des groupes mesurables et identifiables par une ou des caractéristiques telles que le genre, l’âge, le revenu ou le statut légal. Il est difficile voire impossible pour les statisticiens de mesurer des ensembles flous ou changeants, regroupant des personnes invisibles ou en intergroupes, telles que les nomades, les binationaux ou les sans-papiers. En effet, dans les enquêtes, les réponses de type « Je ne sais pas » ou « Impossible de cocher plusieurs cases à la fois » sont considérées comme des non-réponses et, à ce titre, éliminées de l’échantillon.

Les nouvelles méthodes statistiques sous-estiment l’impact symbolique des groupes numériquement restreints mais sociologiquement importants.

Par ailleurs, les nouvelles méthodes statistiques de regroupement (clustering) à partir de bases gigantesques de données (big data) sous-estiment l’impact symbolique des groupes numériquement restreints mais politiquement ou sociologiquement importants. Par exemple, même s’il y a très peu de plombiers polonais ou d’activistes islamistes, ces groupes sont fortement présents dans l’imaginaire social. Les méthodes statistiques de catégorisation vont habituellement soit les ignorer, soit les regrouper en une classe « varia » sans grand intérêt.

L’utilisation de plus en plus fréquente des analyses statistiques multivariées, représentées sous forme d’ensembles de points sur un plan à deux dimensions, a permis de complexifier les catégories. On est passé d’une classification linéaire où les données se situaient sur un axe unique, à une classification en nuages de points disséminés sur un plan. L’enquête du réseau Destin commun, en juillet 2017, sur « les Français et leurs perceptions de l’immigration, des réfugiés et de l’identité » est un bon exemple de cette approche statistique, dite de segmentation. En 2016, 2 002 personnes représentatives de la population française majeure ont répondu à des questions concernant leur familiarité avec les questions d’immigration, leur expérience personnelle par rapport à ces thématiques et leurs réactions face à différents messages politiques… À partir de toutes les réponses, deux axes (ouverture ou fermeture identitaires, optimisme ou pessimisme économiques) ont permis de générer un tableau croisé des résultats. Ce tableau fait ressortir cinq groupements au profil d’attitude semblable : aux extrémités, les « nationalistes identitaires » (17 %) et les « multiculturalistes » (30 %) ; et, au centre, ceux qui sont traversés par des sentiments ambivalents, à savoir les « laissés-pour-compte » (21 %), les « inquiets économiques » (17 %) et les « humanitaires » (15 %). On constate que chaque profil a une attitude différente vis-à-vis des migrants et de l’islam en France.

Le militant statisticien

À propos de l’influence humaine en statistique, nous pouvons déceler les choix faits par l’équipe en analysant les questions posées par Destin commun. Ces questions, par exemple, différencient uniquement les migrants des réfugiés, ou selon leur appartenance à l’islam ou à l’extrémisme religieux.

Tout comme l’astronome, le statisticien choisit ce qu’il veut observer. Les questions d’une enquête reflètent toujours le contexte de l’époque où elle a été écrite. Et ce biais contextuel des questions renforce évidemment un biais dans les réponses. Cela est inévitable, mais il faut en être conscient en tant que scientifique.

Des catégories utilisées couramment dans la société vont, par un effet naturel d’osmose, appartenir à l’horizon explicatif du statisticien : statut marital, filiation, diplôme, etc. Par exemple, dans la catégorie de la minorité, la législation française liée à ce critère est extrêmement riche pour les nationaux : l’âge est une référence juridique naturelle, facile à vérifier via l’état civil ; le statisticien va naturellement la reprendre pour les migrants. Cependant, cette catégorie repose sur l’accessibilité à un état civil fiable. Ce n’est pas le cas pour ces migrants qui n’ont que leur parole pour déclarer leur identité et leur âge. La réponse de l’administration sera de vérifier l’âge par datation osseuse, en cas de doute. L’environnement juridique a engendré, dans le contexte de migration sans papiers, une catégorie statistique dont l’utilisation est scientifiquement problématique1.

Les militants statisticiens entendent questionner le rôle prédominant de certains benchmarks, ou évaluations quantitatives.

Comme le proposent plusieurs chercheurs, il y a ici de la place pour une statistique militante. Cette dernière n’a pas comme seul objectif de décrire la réalité mais, en même temps, de la remettre en question. Les militants statisticiens entendent questionner le rôle prédominant de certains benchmarks, ou évaluations quantitatives. Et ils le font, sur le même terrain, à partir de données statistiques alternatives. Alors que les médias répercutent les chiffres des migrants, le département statistique du Secours Catholique – Caritas France diffuse les chiffres des gestes de solidarité. Ce qui permet à chacun une compréhension plus juste de la réalité des migrations en France.

Du même auteur

Wall-e, le robot émerveillé

Marcel Rémon
L'équipe de rédaction

Wall-E, personnage de dessin animé, est un robot−compacteur qui, entouré des déchets d’une humanité dégénérée, garde sa capacité d’émerveillement et sa persévérance. Au cœur des fictions se niche parfois l’inspiration. Wall E personnage de dessin anime est un robot compacteur qui entoure des dechets d'une humanite degeneree garde sa capacite d'emerveillement et sa perseverance Au coe...

L’imaginaire au gouvernail

Marcel Rémon
L'équipe de rédaction

Toujours les recits mythiques ou les contes de fees ont permis aux hommes d'affronter leurs angoisses Tel l'enfant imaginant des monstres dans le placard ou le Romain revant des champs Elyseens face a la mort nous sommes a la merci de notre imaginaire lorsque nous nous retrouvons seul dans la peur le noir ou le silence Face a l'inconnu a l'inimaginable seule l'imagination est possible L'homme a besoin d'exprimer ce qu'il ressent alors que les mots lui manquent que ce soit par un mythe un conte ...

Piketty, idéologue des inégalités ?

Marcel Rémon
L'équipe de rédaction

Auteur de deux ouvrages traitant du capital, Thomas Piketty déchaîne la critique. Certains voient en l’économiste un visionnaire renversant ; d’autres, un dangereux utopiste. Effet de mode ou le Karl Marx du XXIe siècle ? Ni l’un ni l’autre. Lecture subjective de ses deux ouvrages majeurs. Auteur de deux ouvrages traitant du capital Thomas Piketty dechaine la critique Certains voient en l'economiste un visionnaire renversant d'au...

1 La maturité osseuse peut en effet varier selon le sexe ou encore l’état nutritionnel : « Les tests comportent une marge d’erreur qui peut aller de deux à trois ans », a rappelé l’avocate Isabelle Zribi devant le Conseil constitutionnel, d’après Julia Pascual dans Le Monde du 12 mars 2019.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules