Logo du site

Quand des villes réinventent la citoyenneté

Nina Marx
Acteur de terrain

São Paulo, New York, Grenoble et Palerme : ces municipalités dépassent le statut que les États confèrent aux personnes migrantes, en les considérant d’abord comme des acteurs de la ville, plutôt que comme des « étrangers ». Tour du monde d’initiatives qui reno...

Derrière les statistiques, des personnes

Marcel Rémon
L'équipe de rédaction

Si les débats sur les migrations s’appuient sur des données statistiques, ces chiffres conditionnent aussi la manière de penser les migrations. Si les debats sur les migrations s'appuient sur des donnees statistiques ces chiffres conditionnent aussi la maniere de penser les migrations Comment les statistiques influencent ...

Un seul regard et je segmente le monde

Fred Poché
Question de sens

Quand nous rencontrons quelqu’un pour la première fois, nous tentons très vite de lui coller quelques étiquettes pour l’identifier et nous situer dans la relation. Pourquoi est-il difficile de faire différemment ? Comment les personnes migrantes vivent-elles cela dans la construction de leur identit&eacu...

Les catégories, un mal nécessaire ?

Catherine Wihtol de Wenden
Chercheur

À quels besoins répondent les catégories juridiques qui servent à classer les migrants ? Compter, protéger, octroyer ou refuser des droits… Si elles sont en effet nécessaires pour pouvoir offrir à tous les mêmes droits et la protection dont chacun a besoin, elles sont aussi largem...

À l’école, personne n’est un étranger

Donatella Parisi
Acteur de terrain

Dans plusieurs villes d’Italie, le centre Astalli permet la rencontre entre des réfugiés et des élèves de collège et de lycée, pour faire tomber les préjugés liés à la méconnaissance de l’autre et encourager une société plus accueillante. Dans plu...

Réfugié, migrant, dubliné. Les mots des migrations

Laura Calabrese
Chercheur

La manière dont les politiques nomment les personnes en situation de migration traduit leur vision de la place qui devrait leur être accordée et ce que devraient être les politiques migratoires. Relayées par les médias, ces manières de voir et de dire participent à une certaine vision des migrat...

L’Ofpra, les migrants sahraouis et l’anthropologue

Alice Corbet
Chercheur

Quand l’organisme qui instruit les dossiers des demandeurs d’asile, l’Ofpra, demande de l’aide à une anthropologue au sujet des migrants sahraouis, leurs logiques entrent en confrontation. Retour d’expérience. Quand l'organisme qui instruit les dossiers des demandeurs d'asile l'Ofpra demande de l'aide a u...

Migrants : arrêtons de les mettre dans des cases !

Christian Mellon
L'équipe de rédaction

Qui ne connait un temps d'hesitation au moment de choisir un adjectif ou un substantif pour designer une personne venue d'ailleurs Vais je dire migrant refugie etranger demandeur d'asile exile sans papiers expatrie La question ne meriterait pas un dossier de la Revue Projet s'il ne s'agissait que d'exactitude lexicale Mais chacun percoit que toute...

« Sans travail, on est tué à petit feu »

Raul , Adil et François
Droit de cité

Pour Raoul, Adil et François, travailler permet d’être reconnu comme une personne normale, utile pour la société. Au-delà des cases auxquelles ils sont assignés tout au long de leur parcours migratoire. Pour Raoul Adil et Francois travailler permet d'etre reconnu comme une personne normale utile pour l...

Dossier : Migrants : dépasser les catégories
Des hommes sahraouis se détendent dans le camp de réfugiés de Smara (Algérie), en 2006. © Alice Corbet
Des hommes sahraouis se détendent dans le camp de réfugiés de Smara (Algérie), en 2006. © Alice Corbet

L’Ofpra, les migrants sahraouis et l’anthropologue


Quand l’organisme qui instruit les dossiers des demandeurs d’asile, l’Ofpra, demande de l’aide à une anthropologue
au sujet des migrants sahraouis, leurs logiques entrent
en confrontation. Retour d’expérience.


Alors que j’avais réalisé une thèse en anthropologie sur la situation des camps sahraouis, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) me contacta pour répondre aux questions des officiers de protection qui devaient statuer sur les demandes d’asile de personnes se disant « Sahraouis des camps ». Ces demandes étaient en recrudescence, car beaucoup de jeunes Sahraouis, souhaitant s’offrir un avenir, présumaient que les atermoiements des Nations unies pour la résolution du conflit ne leur permettraient pas de s’épanouir dans leur région d’origine, l’Ouest saharien, ou des camps.

Mes interlocuteurs de l’Ofpra étaient jeunes, souvent issus de grandes écoles telles que Sciences Po. Très motivés et attentifs, ils manifestaient une bonne connaissance de la situation géopolitique sahraouie (voir encadré). Après un exposé précis permettant d’appréhender les conditions de vie locales, j’ai partagé mes analyses liées au contexte général : stratifications sociales (parfois très hermétiques), émigration des réfugiés (souvent temporaires, vers la Mauritanie, l’Algérie ou l’Espagne), émigration estudiantine (à Cuba, notamment), impact du retour de ces jeunes éduqués, mais aussi interactions avec la présence d’organisations humanitaires, entre nécessité, incohérences et instrumentalisation

S’il est vrai que l’aide humanitaire demeure indispensable dans les camps, les projets ne correspondent pas nécessairement aux attentes des réfugiés.

S’il est vrai que l’aide humanitaire demeure indispensable dans les camps, les projets ne correspondent pas nécessairement aux attentes des réfugiés, ou bien sont concentrés aux mêmes endroits, dans les camps proches du lieu de vie des personnels de la solidarité internationale. Les familles qui bénéficient de cette aide peuvent ainsi se servir de ces apports pour renforcer leur pouvoir. Les jeunes y trouvent une opportunité pour travailler, apprendre une langue étrangère. L’accent est porté par beaucoup d’ONG sur les femmes, bien que celles-ci soient déjà valorisées dans les camps, ce qu’entretient leur surexposition par l’organisation du Front Polisario, comme par les réfugiés. Mises en avant, elles répondent le mieux possible à l’image que l’on attend d’elles lors de leurs rencontres avec les milieux de la solidarité, quitte à surjouer leur rôle ou à se victimiser pour obtenir de l’aide. Par ailleurs, il est clair que les relations humanitaires traduisaient des rapports de force typiques des situations de camps de longue durée : mise en suspens permanente de la vie quotidienne, camps-villes à l’avenir indéterminé, fatigue des réfugiés, sensation de « bio pouvoir » (pouvoir de vie ou de mort de la solidarité internationale envers des réfugiés coincés dans une situation trouble).

En savoir +

À l’origine des camps sahraouis
Situés à l’extrémité sud-ouest de l’Algérie, au milieu du désert saharien, les camps sahraouis sont nés du conflit lié au territoire du Sahara occidental. En 1975, quand l’Espagne, le pays colonisateur, s’est retiré du « Sahara espagnol », le roi du Maroc Hassan II organisa une « Marche verte » afin de prendre possession du territoire. Or beaucoup d’habitants de la région réclamaient l’indépendance du « Sahara occidental ». Regroupés sous la bannière du Front Polisario, parti politique et combattant, ils s’opposaient aux Forces armées royales marocaines (FAR). Ces partisans de l’indépendance se définissaient comme « Sahraouis » et se réfugièrent sur le territoire algérien, où cinq camps principaux furent créés. En 1991, le Maroc construisit un mur séparant les territoires sous sa domination (où il exploite des ressources halieutiques, agricoles et minières et, depuis peu, la manne touristique) des régions « indéterminées », traversées par le Front Polisario et divers réseaux illégaux. Depuis 1991, ce mur et le cessez-le-feu, alors conclu, sont surveillés par une mission des Nations unies.

Des vies à classer ?

Les officiers de l’Ofpra étaient en demande de réponses claires afin de statuer sur les situations concrètes qu’ils rencontraient. Comment savoir précisément que quelqu’un vient vraiment des camps ? Y a-t-il des papiers d’identité internes aux camps ou au peuple sahraoui ? Est-il possible de contester le Front Polisario ? Les femmes seules sont-elles exclues de la société ? L’excision est-elle pratiquée ? Qui est « vulnérable » et donc plus en droit de demander l’asile ?

Répondre à ces questions soulevait différents débats éthiques. D’une part, les chercheurs ne sont pas habitués à donner des recommandations. Or il fallait répondre de manière tranchée. Je n’avais guère appris à produire des « recommandations » : j’ai acquis cela par la suite quand, dans des rapports remis aux ONG sur diverses thématiques, je devais systématiquement les accompagner de « recommandations » sous la forme de listes opérationnelles simples.

D’autre part, la réalité vécue dans les camps m’avait démontré la grande diversité des situations, qui pouvaient fluctuer pour cause de choix individuels ou collectifs, voire de chance. Ainsi certains Sahraouis des camps passaient leurs étés en Mauritanie, et tous ne bénéficiaient pas de papiers d’identité fournis par le Front Polisario… tout en étant bel et bien des réfugiés. Des systèmes d’exclusion pouvaient avoir lieu : certains groupes étant mis à l’écart (comme les anciens esclaves), même si cela n’était pas forcément synonyme de pauvreté. Par ailleurs, une famille pouvait changer de dynamique, au gré du retour d’un étudiant de Cuba, d’apports liés à la collaboration avec des ONG, d’une aide individualisée (des familles européennes parrainant des familles sahraouies) ou d’un mariage.

Beaucoup adoptent diverses stratégies pour entrer dans des catégories de vulnérabilité : cela peut fonctionner, mais cela risque aussi de les coincer, par la suite, dans leurs mensonges de survie.

Enfin, décider de la « vulnérabilité » des personnes (qui aurait le plus besoin d’aide) me paraissait bien complexe. Si certains, malades ou enfants seuls, sont « vulnérables » de manière évidente, comment la définir pour d’autres ? Un homme jeune n’est souvent pas considéré a priori comme vulnérable. Or il peut être isolé, intégré à un réseau de trafic humain, voire être « esclave », un statut encore bien réel dans ces sociétés. Prendre le temps de discuter (dans leur langue) et permettre de révéler des éléments intimes des demandeurs d’asile n’est hélas pas souvent possible pour les agents de l’Ofpra, par manque de temps, de moyens (notamment en traduction), de relation de confiance avec les personnes… Sans compter que, grâce à leur connaissance des milieux humanitaires, beaucoup d’entre eux adoptent diverses stratégies pour entrer dans ces catégories de vulnérabilité : cela peut fonctionner, mais cela risque aussi de les coincer, par la suite, dans leurs mensonges de survie.

En fin de compte, je mesurais combien mes réponses pouvaient avoir des répercussions directes sur la vie de personnes, entre carte d’asile d’un côté, expulsion de l’autre. Le débat de conscience était également permanent chez mes interlocuteurs, qui cherchaient peut-être dans mon propos de quoi atténuer leur charge d’arbitrage sur des destinées humaines, par le biais de réponses qui les aidaient à appliquer des procédures. Je devais les aider à fournir des « preuves », objectives et neutres, leur permettant d’établir le statut d’une personne, et finalement d’organiser son avenir !

Penser au-delà des formulaires

Deux logiques tentaient ainsi de dialoguer lors de cette rencontre à l’Ofpra. D’une part, les officiers de protection cherchaient des clés pour faire entrer les personnes qui se déclaraient comme « Sahraouis des camps en situation de vulnérabilité » dans des formulaires menant à l’acceptation ou au rejet de leur demande, et d’argumenter leurs choix sur des données objectivées.

De l’autre, je tentais d’expliquer que ces catégories étaient souvent invisibles, complexes, mouvantes au gré du temps et des cas particuliers. D’ailleurs, j’emploie généralement la notion de « personnes en situation de déplacement » pour éviter de classer a priori mes interlocuteurs. Qu’est-ce qu’un migrant « forcé » par rapport à un migrant « économique » (difficile de dire qu’on n’est pas forcé de partir quand il n’y a aucun travail !) ou « environnemental » (dégradation écologique qui est parfois causée directement par des choix politiques) ? Une personne qui fuit son pays peut devenir officiellement un « réfugié » si elle rencontre des services juridiques pertinents lors de son parcours (Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, ONG, État d’accueil), mais aussi un « illégal » si, au moment ou au lieu où elle passe la frontière, il n’y a personne pour statuer sur son cas ! C’est donc en me méfiant de ces catégories flexibles que ma démarche s’intéresse aux « personnes rencontrées sur le terrain », en s’intéressant à leurs définitions identitaires, leurs parcours de vie, leurs adaptations circonstancielles, opportunistes ou subies, toujours issues de choix complexes et propres à la diversité et à la fluctuation des comportements humains.

Les membres de l’Ofpra devaient eux-mêmes répondre à des injonctions contradictoires, entre nécessité de trancher sur des situations de vie et conscience de la complexité de ce choix.

Nos deux points de vue n’étaient cependant pas en confrontation directe. Les membres de l’Ofpra devaient eux-mêmes répondre à des injonctions contradictoires, entre nécessité de trancher sur des situations de vie et conscience de la complexité de ce choix. Ils essayaient de comprendre au mieux ce que je pouvais leur apporter et de se documenter par ailleurs (bien que le temps leur manquât). Mais ils devaient entrer dans le cadre de procédures administratives ou, plutôt, y faire entrer des vies. En somme, j’avais l’impression d’être la voix de ces vies, quand eux étaient la voix du document administratif. Nous essayions de concilier nos regards, dans la rencontre de deux logiques : celle où l’homme est une addition de catégories mouvantes et enchevêtrées au cours de sa vie et celle où la catégorie peut statuer sur le devenir de l’homme.

Du même auteur

Migrants, réfugiés, demandeurs d’asile… de qui parle-t-on ?

Alice Corbet
Pour en savoir plus

Une même personne peut être qualifiée différemment ou changer de statut au cours de son déplacement – de réfugié à clandestin par exemple -, ce qui a des répercussions fortes sur ses droits. Voici un petit memento pour éclaircir ces termes et comprendre qui sont les 65,3 millions de personnes « déracinées » dans le monde et qui ne vivent pas dans leur pays de naissance. Les chiffres sont ceux de l’année 2015 . Une même personne peut être qualifiée différemment ou changer d...

Quand l’humanitaire choisit ses victimes

Alice Corbet
Chercheur

Les organisations humanitaires viennent en aide aux victimes, grâce, notamment, à notre argent. Pour nous inciter au don, elles mettent en scène les victimes les plus à même de nous émouvoir, au risque de simplifier le message et d’en oublier d’autres, moins idéales. Les organisations humanitaires viennent en aide aux victimes grâce notamment à notre argent Pour nous inciter au don elles mettent en scène les victimes les plus à même de nous émouvoir au risque de simplifier le me...

Quel développement sans État ? Le cas d’Haïti

Alice Corbet, Pierre Duquesne et Jacqueline Plaisir
Vu d'ailleurs

Table ronde – Nul pays n’est davantage qu’Haïti l’objet de la compassion et de l’aide internationale. Pourtant la population lutte pour survivre. À qui la faute ? À l’État, aux ONG, aux puissances étrangères, aux multinationales, aux élites locales ? Débat entre le coordonnateur de l’aide française, une anthropologue et une volontaire d’ATD Quart Monde. Table ronde Nul pays n'est davantage qu'Haïti l'objet de la compassion et de l'aide internationale Pourtant la populat...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules