Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Migrants : dépasser les catégories

Migrants : arrêtons de les mettre dans des cases ! Introduction

© Ali Jamshadifar
© Ali Jamshadifar

Qui ne connaît un temps d’hésitation au moment de choisir un adjectif ou un substantif pour désigner une personne « venue d’ailleurs » ? Vais-je dire migrant, réfugié, étranger, demandeur d’asile, exilé, sans-papiers, expatrié… ? La question ne mériterait pas un dossier de la Revue Projet s’il ne s’agissait que d’exactitude lexicale ! Mais chacun perçoit que toute application d’une catégorie à une personne a d’importants enjeux : juridiques, politiques, sociaux, relationnels, culturels, etc.

C’est parce qu’il y a derrière toute assignation, d’évidents enjeux de justice, de dignité, de solidarité, qu’un dossier de la Revue Projet se justifie pleinement.

D’aucuns objecteront que nous sommes tous, tout au long de notre vie, mis dans des catégories. Pour la bonne gestion d’une société, il est utile que chacun sache qui est majeur ou mineur, marié ou célibataire, actif, retraité ou chômeur, citoyen ou étranger, malade ou bien portant, etc. Mais, quand il s’agit de personnes dont une partie de l’opinion perçoit la présence comme problématique, voire illégitime, il importe de s’interroger sur les conséquences concrètes de telles assignations lexicales : les termes sont-ils pertinents ? N’ont-ils pas des connotations cachant des jugements de valeur ? Respectent-ils la manière dont les personnes se perçoivent elles-mêmes ? C’est parce qu’il y a, en ce domaine, derrière toute assignation, d’évidents enjeux de justice, de dignité, de solidarité (parfois même de vie ou de mort, physique ou sociale), qu’un dossier de la Revue Projet se justifie pleinement.

Justesse, justice, respect

Une question de justesse. Les catégories, nécessairement définies de manière générale, sont de plus en plus en décalage par rapport aux réalités. Tous les experts l’ont noté pour la catégorie « réfugiés », qui ne peut tenir compte de la grande diversité des situations contraignant à l’aventure migratoire.

Une question de justice. Mobilisées d’un point de vue politique, les catégories servent à accorder des droits aux personnes, à les limiter, voire à les refuser. Quiconque a rencontré un demandeur d’asile le jour où il a reçu la réponse de l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) le sait bien !

Savons-nous encore rencontrer des personnes sans penser à leur statut juridique ?

Une question de respect. Ce qui porte atteinte à la dignité d’une personne, ce n’est pas de la mettre dans une catégorie, c’est de l’y enfermer. Savons-nous encore rencontrer des personnes sans penser à leur statut juridique ?

Ces questions traversent l’ensemble de ce dossier. S’il expose et dénonce clairement les erreurs, dénis de justice, aveuglements, manipulations politiques opérées par le jeu des catégorisations, il montre aussi qu’une marge de liberté est ouverte à celles et ceux qui s’affranchissent des catégories pour considérer que tous habitent un même espace (comme le font certaines villes). Dans la rencontre, les catégories se dissolvent et les regards changent. Peuvent alors se développer des relations de justesse, de justice et de respect.


Sommaire du dossier

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Prendre le temps d’un autre regard

Accompagner un demandeur d’asile à travers les méandres de l’administration française, participer à un atelier de conversation avec des personnes migrantes. Deux expériences que propose le service jésuite des réfugiés (JRS). Pour un changement de regard riche de surprises. Témoignage. Un désir de vivreB. a été accueilli neuf mois dans le programme JRS Welcome au sein de sept familles successives. En tant qu’accompagnateur...

Un seul regard et je segmente le monde

Quand nous rencontrons quelqu’un pour la première fois, nous tentons très vite de lui coller quelques étiquettes pour l’identifier et nous situer dans la relation. Pourquoi est-il difficile de faire différemment ? Comment les personnes migrantes vivent-elles cela dans la construction de leur identité ? Dans notre vie quotidienne, nous ne cessons d’interpréter, d’analyser, de décrypter les paroles ou les gestes d’autrui. Les liens que nous ...

L’Ofpra, les migrants sahraouis et l’anthropologue

Quand l’organisme qui instruit les dossiers des demandeurs d’asile, l’Ofpra, demande de l’aide à une anthropologue au sujet des migrants sahraouis, leurs logiques entrent en confrontation. Retour d’expérience. Alors que j’avais réalisé une thèse en anthropologie sur la situation des camps sahraouis, l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) me contacta pour répondre aux questions des officiers de protection qui devaient statuer ...

Du même auteur

Bon sens et désobéissance

Fin septembre, le Conseil municipal de Poitiers a accordé à l’association Alternatiba une subvention que le préfet de la Vienne entend faire annuler, au motif que cette association non violente organise des formations à la désobéissance civile. Peu après, un collectif de « scientifiques en rébellion », spécialistes du climat, déclarait que les actes de désobéissance civile sont légitimes pour « alerter la population, les décideur·ses et les entreprises sur l’urgence de la situation ». Ces affai...

L’embarras des mots

Les multiples expressions de la violence favorisent la confusion autour du terme même. Pour éviter les chausse-trappes sémantiques, un éclaircissement lexical s’impose. Le champ sémantique du mot « violence » recouvre plusieurs notions assez proches qu’il importe pourtant de distinguer – en particulier, celles de force et d’agressivité. Quant à la notion même de violence, elle est loin d’être univoque. Des clarifications semblent donc nécessaires.Quand une person...

Désobéir, un acte politique

Face aux inerties gouvernementales dans la lutte contre le dérèglement climatique, les jeunes multiplient les actions de désobéissance civile. Refus de la politique ou nouvelle forme de l’engagement citoyen ? Des mobilisations de plus en plus fréquentes, de jeunes notamment, intègrent des actions de désobéissance civile dans leurs luttes contre le réchauffement climatique. Certains décrochent des portraits du président de la République dans les mairies, d’a...

Vous devez être connecté pour commenter cet article

2 réactions pour « Migrants : arrêtons de les mettre dans des cases ! »

Amélie MEFFRE
22 September 2020

Vue dimanche "La Trêve" à la Commune d'Aubervilliers (c'est jusqu'au 25 septembre). La pièce a été conçue et réalisée à la suite à de longs mois d’immersion au Centre d'hébergement d'urgence (CHU) du Fort d’Aubervilliers, entre juin 2019 et mai 2020. Il en ressort une œuvre uppercut sur et avec les échoués du Fort d’Aubervilliers signée par Olivier Coulon-Jablonka, Sima Khatami et Alice Carré. Entre cinéma et théâtre documentaire, les rencontres nous sont servies sur un plateau.
http://www.lacommune-aubervilliers.fr

ALAIN SOULOUMIAC
04 September 2020

MOVEOUT
En réponse à un appel de l'UNICEF, la Société mondiale des Créateurs (SmC) a élaboré un système fondé sur la création pour sortir des camps. Il s'inspire de l'histoire des grandes cités: Carthage, Venise et Amsterdam. Les enfants ont la capacité d'imaginer des milliards de création. Dans un camps, ils forment un petit groupe et enregistrent le livre de la création qu'ils ont choisie, avec le concours des NGOs intéressés, sur le Cadastre mondial des Créations. Ils en deviennent propriétaires ad vitam et leurs ayants-droits, pour 70 ans après leurs morts. Boyegate, la société nigérianne qui conduit ce projet, se charge, avec le financement de la Banque mondiale une terre promise. Il négocie avec l'Etat concerné, de leur trouver un terre promise ou une cité abandonnée pour fonder leur Creapole. Ils lancent leurs activités créatrices et font venir leurs parents et voisins pour travailler à la promotion et à la production de leur création. Les migrants ont presque toujours enrichi les territoires qu'ils ont peuplé.

* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules