Logo du site

La Revue Projet, c'est...

Une revue bimestrielle, exigeante et accessible, au croisement entre le monde de la recherche et les associations de terrain.

Dossier : Ce que l'écologie fait à la politique

Désobéir, un acte politique

Occupation, en avril 2019, du ministère de la Transition écologique et solidaire, en parallèle des sièges d’EDF, de Total et de la Société générale, par des militants écologistes. © Julien Helaine, CC BY-SA 4.0
Occupation, en avril 2019, du ministère de la Transition écologique et solidaire, en parallèle des sièges d’EDF, de Total et de la Société générale, par des militants écologistes. © Julien Helaine, CC BY-SA 4.0

Face aux inerties gouvernementales dans la lutte contre le dérèglement climatique, les jeunes multiplient les actions de désobéissance civile. Refus de la politique ou nouvelle forme de l’engagement citoyen ?


Des mobilisations de plus en plus fréquentes, de jeunes notamment, intègrent des actions de désobéissance civile dans leurs luttes contre le réchauffement climatique. Certains décrochent des portraits du président de la République dans les mairies, d’autres bloquent la circulation, d’autres encore envahissent le siège d’une grande banque finançant les énergies fossiles. Si sympathiques soient-elles, ces démonstrations ne traduisent-elles pas une inquiétante méfiance envers les procédures politiques traditionnelles ? L’engouement pour la désobéissance civile ne conforte-t-il pas le désintérêt des jeunes pour la politique ?

Il convient de ne pas identifier l’engagement politique pour le « bien commun » et la manière dont fonctionne la politique aujourd’hui. On peut, dès lors, considérer de telles actions non pas comme une sortie du champ politique, mais comme une manière de réinventer l’engagement citoyen. La définition de la désobéissance civile la plus communément admise, celle du philosophe John Rawls, parle d’un « acte public, non violent, décidé en conscience mais politique, contraire à la loi et accompli le plus souvent afin d’amener un changement dans la loi ou bien dans la politique du gouvernement1 ».

L’adjectif « civil » renvoie clairement au mot « citoyen ». C’est bien dans l’espace public et pour contribuer à l’animer que des citoyens décident de désobéir collectivement à une loi. C’est donc par erreur que l’on parle de désobéissance civile à propos d’actions illégales visant à défendre des intérêts catégoriels ou personnels, comme le refus de porter un masque ou l’ouverture d’un magasin quand les autres restent fermés.

La dimension politique distingue la désobéissance civile de l’« objection de conscience ».

La dimension politique distingue la désobéissance civile de l’« objection de conscience »2, avec laquelle on la confond parfois. Les citoyens qui s’engagent dans une action de désobéissance civile peuvent certes avoir de fortes motivations éthiques, mais leur but n’est pas d’apaiser leur conscience. Il est d’obtenir que soit annulée une loi ou abandonnée une politique jugées néfastes pour le bien commun.

Nécessaires stratégies

Dans tous les reportages sur des mouvements comme Extinction Rebellion ou Youth for climate, on relève l’importance de la préparation. Les militants suivent des stages de formation à la désobéissance civile et à l’action non violente et doivent élaborer de véritables stratégies : choisir le moment opportun, définir la meilleure forme d’action, cibler les décideurs à influencer, alerter les médias, prévoir la réaction de l’opinion publique, etc. S’ils entendaient seulement protester ou mettre en scène leurs opinions et colères, ce prélude à l’action ne serait pas nécessaire. C’est parce qu’ils veulent atteindre des objectifs politiques qu’ils cherchent comment exercer une « force de pression » sur les décideurs.

Il ne faut pas durcir l’opposition entre la « politique traditionnelle » (celle des partis et des gouvernements) et la politique « alternative » dont ils seraient les acteurs : tous ont bien conscience que les mesures à prendre contre le réchauffement climatique devront, tôt ou tard, être prises par des instances ayant le pouvoir de les imposer aux réfractaires. Plusieurs de ces militants ont d’ailleurs choisi de se faire élire aux parlements nationaux ou européen.

Autre perception simpliste : la pratique de la désobéissance civile supposerait l’adhésion à une idéologie anarchiste. La plupart de ces jeunes estiment les lois nécessaires. S’ils manifestent, c’est parce que les actuelles politiques publiques offrent une réponse très insuffisante face aux enjeux pesant sur l’avenir de la planète. Que ces jeunes mènent des actions illégales tout en reprochant à l’accord de Paris (COP21) de n’avoir aucun contenu légalement contraignant n’est donc paradoxal qu’en apparence.

Ce qu’en dit l’Église

Certains textes officiels de l’Église catholique admettent que la désobéissance à la loi se justifie dans certains cas. « Le citoyen est obligé en conscience de ne pas suivre les prescriptions des autorités civiles quand ces préceptes sont contraires aux exigences de l’ordre moral, aux droits fondamentaux des personnes ou aux enseignements de l’Évangile », lit-on à l’article 2242 de son Catéchisme. En 1995, à propos de l’aide aux sans-papiers, Jean-Paul II écrivait que la réponse à la question « Qu’as-tu fait de ton frère ? » devait être donnée non pas « dans les limites imposées par la loi, mais dans l’optique de la solidarité ». À ce sujet, voir le dossier « Réfugiés, sortir de l’impasse » de la Revue Projet, n° 358, 2017.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même dossier

En vert et contre tout

Reconnaissons-le, écologie et politique ne font pas toujours bon ménage ! La prise en compte des enjeux écologiques dans l’action politique et dans l’organisation sociale reste lente, difficile et parfois décourageante face à la gravité des enjeux. Comment se fait-il que la France, pays hôte de la COP21, ait à nouveau manqué l’objectif qu’elle s’était fixé pour 2019, réduisant ses émissions de 0,9 % au lieu des 1,5 % visés ? Le Haut conseil pour le climat le souligne dans son rapport 2020 : « L...

Des droits pour le vivant

Le droit est-il une voie pour faire entrer le non-humain en politique ? La juriste et eurodéputée Marie Toussaint et le philosophe Baptiste Morizot questionnent le concept d’une diplomatie du vivant.  Le 23 février 2021, l’État était reconnu « responsable de manquements dans la lutte contre le réchauffement climatique » par le Tribunal administratif de Paris, suite à l’action en justice menée par « Notre affaire à tous ». De quoi rendre politique la question du vivant ?M...

Le ministère de l’impossible

Les discours gouvernementaux se font de moins en moins hostiles à l’écologie. Pourtant, les actes ne suivent pas et le ministère de la Transition écologique et solidaire reste entravé de tous côtés. « Seul à la manœuvre ». Ainsi Nicolas Hulot qualifiait-il son passage au ministère de la Transition écologique en annonçant à la radio sa décision de démissionner du gouvernement, le 28 août 2018. Écologiste sincère, il a sans doute été l’un des p...

Du même auteur

Arme nucléaire : en débattre, enfin ?

Le décès de M. Giscard d’Estaing, il y a quelques mois, a offert l’occasion de remettre sur le tapis une question qui semble avoir disparu de nos écrans : les armes nucléaires de la France. De tous nos anciens présidents – qui peuvent seuls « appuyer sur le bouton » – Giscard est l’unique à avoir reconnu, dans ses mémoires, qu’il aurait refusé d’accomplir le geste que prévoit pourtant la doctrine stratégique officielle en cas de grave menace sur le pays : « Quoi qu’il arrive, je ne prendrai jam...

Assouplissons les catégories migratoires !

Si les catégories actuelles sont désajustées par rapport à ce que vivent les personnes migrantes, comment les faire évoluer ? Selon quels critères et quelles nécessités ? Deux chercheuses et deux acteurs de la société civile invitent à adoucir les catégories actuelles, pour traiter avec plus d’humanité les personnes. Raoul, interviewé pour ce dossier de la Revue Projet, nous confiait : ...

Migrants : arrêtons de les mettre dans des cases !

Qui ne connaît un temps d’hésitation au moment de choisir un adjectif ou un substantif pour désigner une personne « venue d’ailleurs » ? Vais-je dire migrant, réfugié, étranger, demandeur d’asile, exilé, sans-papiers, expatrié… ? La question ne mériterait pas un dossier de la Revue Projet s’il ne s’agissait que d’exactitude lexicale ! Mais chacun perçoit que toute application d’une catégorie à une personne a d’importants enjeux : juridiques, politiques, sociaux, relationnels, culturels, etc.C’e...

1 John Rawls, Théorie de la justice, Seuil, [1971] 2009, pp. 403-431.

2 L’objection de conscience est une réalité ancienne – elle est au cœur du mythe d’Antigone –, mais la formule « conscientious objection » est forgée en Angleterre, vers 1898. Elle renvoie au refus individuel d’accomplir certains actes requis par une autorité (comme une vaccination obligatoire ou un service militaire) lorsqu’ils sont jugés contraires à des convictions personnelles.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules