Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Arme nucléaire : en débattre, enfin ?

Image par Gerd Altmann de Pixabay
Image par Gerd Altmann de Pixabay

Le décès de M. Giscard d’Estaing, il y a quelques mois, a offert l’occasion de remettre sur le tapis une question qui semble avoir disparu de nos écrans : les armes nucléaires de la France. De tous nos anciens présidents – qui peuvent seuls « appuyer sur le bouton » – Giscard est l’unique à avoir reconnu, dans ses mémoires, qu’il aurait refusé d’accomplir le geste que prévoit pourtant la doctrine stratégique officielle en cas de grave menace sur le pays : « Quoi qu’il arrive, je ne prendrai jamais l’initiative d’un geste qui conduirait à l’anéantissement de la France » (Le pouvoir et la vie, II, Compagnie 12, 1974, p. 1965). De quoi mettre en doute l’affirmation rituelle de nos présidents : « L’arme nucléaire est notre assurance vie. »

D’autres responsables politiques ont fait état publiquement d’un scepticisme analogue, après avoir quitté leurs fonctions, il est vrai. Un ancien Premier ministre, Michel Rocard, trois anciens ministres de la Défense, Paul Quilès, Alain Richard et Hervé Morin, se sont joints aux personnalités internationales qui réclament l’abolition des armes nucléaires sous le chapeau de l’organisation non gouvernementale « Global Zero ». Dans une tribune du Monde (28/10/2011), Bernard Norlain, ancien général de l’armée de l’air, avertit : « Notre assurance vie peut devenir notre assurance décès. »

Convenons qu’il y a matière à débat ! Or, ce débat n’a jamais vraiment eu lieu. La décision de doter la France d’un arsenal nucléaire n’a pas été soumise aux députés. Quels citoyens ont pu exprimer leur opinion sur la récente décision d’augmenter fortement le budget consacré aux armes nucléaires ? Nul écho ne nous est parvenu d’un débat au Parlement sur la loi de programmation militaire 2019-2025, qui prévoit de dépenser 37 milliards d’euros, sur cinq ans, pour moderniser l’arsenal nucléaire français. Cette loi, pourtant, augmente de 60 % les crédits alloués à ce poste : de 4,45 à 6 milliards d’euros par an. Dans notre pays, tout ce qui touche au nucléaire militaire, plus encore qu’au nucléaire civil, est soustrait au contrôle démocratique.

Le président Macron, dans son discours du 7 février 2020 à l’École de guerre, a confirmé que la France – pas plus que les autres États nucléaires – ne signera le traité sur l’interdiction des armes nucléaires (Tian), adopté à l’ONU en juillet 2017 par 122 États, ratifié par 84 d’entre eux, entré en vigueur le 22 janvier 2021.

Si un débat s’ouvrait enfin sur cette question, tous devraient pouvoir faire valoir des arguments à la fois éthiques et politiques – et pas seulement stratégiques et financiers – et y intégrer leurs inquiétudes quant au fragile avenir de notre « maison commune ». La position la plus radicale, dans un tel débat, pourrait bien être celle du pape François, déclarant à Hiroshima en novembre 2019 : « L’utilisation de l’énergie atomique à des fins militaires est aujourd’hui plus que jamais un crime, non seulement contre l’homme et sa dignité, mais aussi contre toute possibilité d’avenir dans notre maison commune. L’utilisation de l’énergie atomique à des fins militaires est immorale, de même que la possession des armes atomiques. »

 

Pour aller + loin

Jean-Marie Collin, Michel Drain et Paul Quilès, L’illusion nucléaire. La face cachée de la bombe atomique, Charles Léopold Mayer, 2018.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Conditions du travail à Madagascar

Chaque société entretient avec la sphère du travail un rapport particulier qui dépend d’abord de sa culture et de son histoire, ensuite de son niveau de développement économique et social. L’exemple de Madagascar relève d’une situation globalement partagée par la plupart des pays africains subsahariens – sauf l’Afrique du Sud. Ces pays ont en commun la prédominance de la tradition et de l’oralité, et l’expérience de la domination coloniale. Et ils connaissent aujourd’hui des changements sociaux...

Religions et violence (introduction)

Choc des civilisations, ou choc des religions ? Autour du monde, bien des événements récents ont mis la question religieuse au premier plan. Malgré les tentatives pour en nuancer les interprétations, le rôle de la religion et le mystère d’un rapport au « divin », apparaissent ambivalents, voire comme une menace ! Mais ce n’est qu’un aspect d’une lancinante question : même si la modernité a tenté d’établir et de maintenir une distinction entre les sphères politiques, morales, économiques, religi...

Du même auteur

Bon sens et désobéissance

Fin septembre, le Conseil municipal de Poitiers a accordé à l’association Alternatiba une subvention que le préfet de la Vienne entend faire annuler, au motif que cette association non violente organise des formations à la désobéissance civile. Peu après, un collectif de « scientifiques en rébellion », spécialistes du climat, déclarait que les actes de désobéissance civile sont légitimes pour « alerter la population, les décideur·ses et les entreprises sur l’urgence de la situation ». Ces affai...

L’embarras des mots

Les multiples expressions de la violence favorisent la confusion autour du terme même. Pour éviter les chausse-trappes sémantiques, un éclaircissement lexical s’impose. Le champ sémantique du mot « violence » recouvre plusieurs notions assez proches qu’il importe pourtant de distinguer – en particulier, celles de force et d’agressivité. Quant à la notion même de violence, elle est loin d’être univoque. Des clarifications semblent donc nécessaires.Quand une person...

Désobéir, un acte politique

Face aux inerties gouvernementales dans la lutte contre le dérèglement climatique, les jeunes multiplient les actions de désobéissance civile. Refus de la politique ou nouvelle forme de l’engagement citoyen ? Des mobilisations de plus en plus fréquentes, de jeunes notamment, intègrent des actions de désobéissance civile dans leurs luttes contre le réchauffement climatique. Certains décrochent des portraits du président de la République dans les mairies, d’a...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules