Logo du site
Dossier : Ce que l’écologie fait à la politique

Les villes, labos du climat

À Lisbonne, les nombreux déplacements pendulaires justifient une collaboration étroite entre le centre-ville et l'agglomération. 
© C.C.O 1.O
À Lisbonne, les nombreux déplacements pendulaires justifient une collaboration étroite entre le centre-ville et l'agglomération. © C.C.O 1.O

Les innovations politiques pour le climat abondent à l’échelle des villes. Parfois prometteuses, elles suscitent malgré tout des conflits entre niveaux de gouvernement.


« Ne laisser personne sur le bord de la route. » Les mots de Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne pour défendre le Pacte vert européen, dessinent les contours d’une transition juste. Ce discours fédérateur, fondé sur la promesse d’une Europe où il fait bon vivre, contraste avec l’ampleur des défis de l’adaptation au changement climatique. L’objectif de neutralité carbone à horizon 2050 implique le renouvellement des solidarités et des formes de représentation démocratiques héritées du XXe siècle, et ceci dans des sociétés traversées par de profonds clivages, tant sur les finalités – la sobriété, la durabilité, la résilience – que sur le rythme et les moyens alloués à ces transitions.

Logiques territoriales

Tous les acteurs – au premier rang desquels les États et l’Union européenne – reconnaissent aujourd’hui le rôle majeur des territoires, et plus spécifiquement des villes. Sur un plan économique, les métropoles constituent également une échelle privilégiée de déploiement des stratégies nationale et européenne de croissance verte. Selon le Pacte vert européen, cent villes européennes devront avoir atteint la neutralité carbone en 2030, constituant ainsi le fer de lance de cette ambition. L’expertise sur le changement climatique a mis en évidence le rôle des formes urbaines et des modes de consommation dans la déplétion des ressources (espaces naturels, énergie, biomasse, minerais) et le bouleversement des cycles de naturels. Les crises ont montré la vulnérabilité des territoires urbains, de leurs populations et de leurs réseaux.

Les villes et les territoires ont saisi l’opportunité d’étendre leurs compétences et leurs capacités d’action. De puissants réseaux comme le C401, le Conseil international pour le

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules