Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Ce que l’écologie fait à la politique

« Les maires sont plus pragmatiques que les élus nationaux » Entretien avec Caterina Sarfatti

Caterina Sarfatti  est directrice du programme «Action climatique inclusive» du réseau C40 Cities. 
© Marianna Santoni.
Caterina Sarfatti est directrice du programme «Action climatique inclusive» du réseau C40 Cities. © Marianna Santoni.

La lutte contre le réchauffement climatique mobilise aujourd’hui une centaine de maires de grandes métropoles, coalisés au sein du réseau C40. Entretien avec Caterina Sarfatti, directrice du programme « Action climatique inclusive ».


Pourquoi les métropoles, au niveau mondial, vous semblent-elles la bonne échelle d’action contre le réchauffement climatique ?

Caterina Sarfatti – La majorité des métropoles du réseau C40 sont d’ores et déjà très fortement affectées par le réchauffement climatique. À titre d’exemple, 92 % d’entre elles ont subi l’an dernier une inondation provoquée par la montée des eaux, en raison de tempêtes ou de fortes pluies. Mais ces villes ne sont pas seulement des victimes, elles sont aussi des acteurs. Leur population totale s’élève à 700 millions d’habitants et elles pèsent pour un quart de l’économie mondiale. Avec une telle densité démographique, elles sont des lieux fortement générateurs d’émissions. Dès lors, les maires sont particulièrement bien placés pour initier des actions concrètes dans le domaine des transports, de l’énergie des bâtiments ou de la gestion des déchets.

Pouvez-vous donner quelques éléments sur les résultats obtenus ?

Caterina Sarfatti – Dans leur quasi-totalité, elles ont développé des pistes cyclables et vélos partagés, alors qu’en 2010, seules vingt-et-une en disposaient. Dans vingt-quatre villes (contre cinq il y a dix ans), les maires se sont fixé l’objectif d’une production d’énergie électrique 100 % renouvelable à l’horizon 2030. Les villes du réseau C40 comptent désormais plus de 66 000 bus électriques, contre moins d’une centaine en 2010. Comme vous le voyez, il s’agit d’un engagement exponentiel.

La transition ne se décrète pas, elle se construit. Quel type de partenariat les maires arrivent-ils à établir au sujet de la gestion des déchets ?

Caterina Sarfatti – Ma ville de Milan est sans doute – avec Vienne, qui ne fait pas partie du réseau – au premier rang mondial en matière de recyclage et de compostage des déchets. Ce résultat tient notamment au travail entrepris sur la citoyenneté. Cette politique a d’abord été testée dans plusieurs zones de la ville, en assurant une communication très étroite avec les acteurs économiques et les conseillers des arrondissements. Des consignes pour la gestion des déchets ont été largement diffusées et même traduites en plusieurs langues pour être accessibles à toute la population.

Le caractère inclusif des politiques climatiques et urbaines est essentiel.

Le caractère inclusif des politiques climatiques et urbaines est essentiel, et l’enjeu est bien d’impliquer le plus d’acteurs possible. Cette gestion des déchets est aujourd’hui considérée comme exemplaire. Nous recevons régulièrement la visite de délégations étrangères et la question concerne aussi l’hémisphère sud. Ainsi, à Accra, au Ghana, existe un modèle intéressant de collaboration entre la ville et le monde dit « informel », via un partenariat noué avec ceux qui vivent en situation précaire, pour améliorer la gestion de leurs déchets.

Dans quel domaine les maires rencontrent-ils le plus de difficultés ?

Caterina Sarfatti – Cela varie beaucoup selon les métropoles, mais la qualité de l’air en fait certainement partie. Nombre de villes ne respectent pas les directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) relatives à la qualité de l’air et cela ne tient pas uniquement aux transports. Cependant, une capitale comme Londres en a fait l’un des axes prioritaires de sa politique urbaine. Elle est aussi une des premières à avoir instauré un périmètre appelé à devenir « zéro émission ».

Qu’en est-il du niveau d’implication des habitants ?

Caterina Sarfatti – En Amérique latine, des villes comme Lima, Bogotá ou Mexico considèrent la participation citoyenne comme un axe central de leur démarche. Le maire de Lima met ainsi en avant un projet très intéressant autour de Conseils des jeunes. Lors de notre dernier sommet à Copenhague, en 2019, le maire de Los Angeles a lancé un « Global Green New Deal », qui vise à impliquer un maximum de représentants de la société civile : les jeunes, les syndicats, le secteur privé, etc.

Quelle influence le réseau C40 exerce-t-il lors des réunions internationales sur le climat ?

Caterina Sarfatti – Peu de temps avant la signature de l’accord de Paris, en décembre 2015, près de 700 maires du monde entier étaient réunis pour exercer une « pression positive » sur les négociations en cours. La maire de Paris, Anne Hidalgo, alors présidente du C40, a joué un rôle moteur en ce sens. La couverture médiatique fut importante. L’année suivante, en 2016, à l’occasion du sommet de notre réseau à Mexico, le C40 a publié un rapport engageant les maires à mettre en place des politiques locales permettant de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, l’accord de Paris tablant sur 2°C. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) leur a donné raison.

Les maires travaillent à ce que leurs programmes environnementaux soient justes et socialement durables.

À ce jour, cent soixante-dix villes se sont engagées à appliquer des politiques climatiques cohérentes avec cet objectif, et vingt-quatre d’entre elles les appliquent déjà. Certes, cette influence effective dépend des rapports de force au niveau géopolitique. Ces dernières années, les discussions internationales sur le climat ont été complètement gelées avec les présidents Jair Bolsonaro et Donald Trump. Nous sommes à présent plus confiants avec la nouvelle administration aux États-Unis.

Après quinze ans d’activité, qu’êtes-vous arrivé à capitaliser et à produire comme connaissances ?

Caterina Sarfatti – Notre cœur de métier est la relation entre les maires sur des questions très concrètes. Mais nous représentons aussi un espace de recherche et de production de connaissances, grâce à une multitude d’études de cas sur l’ensemble du globe. Le site internet du réseau, le C40 Knowledge Hub est là-dessus une véritable mine d’informations. Le dernier rapport en date plaide pour une relance post-Covid-19 juste et compatible avec la lutte contre le dérèglement climatique. Autre exemple: une étude sur le lien entre justice sociale et climat à partir d’études de cas dans les grandes villes mondiales. Les maires travaillent à ce que leurs politiques et leurs programmes environnementaux soient à la fois justes et « socialement durables ». Par exemple, une question prioritaire pour les maires est de garantir l’accès aux « emplois verts » à celles et ceux qui de risquent perdre leur travail pendant la transition écologique.

Observe-t-on, selon les continents, des différences dans la manière de conduire le changement ?

Caterina Sarfatti – Toutes les villes travaillent en quelque sorte de la même manière. Bien sûr, des critères régionaux, culturels et linguistiques très différents subsistent. Mais, pour ce qui relève des défis politiques, ce sont les mêmes situations qui reviennent plus ou moins : le manque de moyens, les services qui ne se parlent pas, les tensions entre le politique et la technique, les difficultés à faire accepter nos ambitions auprès de la population, etc. Je pense que notre force consiste précisément à ne pas nous afficher en « donneurs de leçons », mais à faciliter les partages d’expériences.

Comment fédère-t-on des maires des quatre coins du monde, qui ne partagent pas les mêmes opinions politiques ?

Caterina Sarfatti – Les maires sont beaucoup plus pragmatiques que les élus nationaux. Ils perçoivent les impacts concrets du changement climatique et restent la première figure institutionnelle pour les citoyens. Ils sont dans l’obligation de prendre en charge les problèmes. Si les priorités ne sont pas les mêmes, la question de la crise climatique ne représente pas, pour une majorité d’entre eux, un sujet clivant.

Propos recueillis par Benoît Guillou

En savoir +

C40 Cities, c’est quoi ?

C40 Cities est un réseau de 97 mégapoles du monde entier, représentant plus de 700 millions de personnes et un quart de l’économie mondiale. Créé et dirigé par les villes, le C40 se concentre depuis 2005 sur la lutte contre le dérèglement climatique. Le réseau, qui compte plus de deux cents salariés, met les maires en relation et aide les villes à collaborer efficacement pour agir au niveau local. Le C40 est actuellement présidé par Eric Garcetti, maire de Los Angeles.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Des droits pour le vivant

Le droit est-il une voie pour faire entrer le non-humain en politique ? La juriste et eurodéputée Marie Toussaint et le philosophe Baptiste Morizot questionnent le concept d’une diplomatie du vivant.  Le 23 février 2021, l’État était reconnu « responsable de manquements dans la lutte contre le réchauffement climatique » par le Tribunal administratif de Paris, suite à l’action en justice menée par « Notre affaire à tous ». De quoi rendre politique la question du vivant ?M...

En vert et contre tout

Reconnaissons-le, écologie et politique ne font pas toujours bon ménage ! La prise en compte des enjeux écologiques dans l’action politique et dans l’organisation sociale reste lente, difficile et parfois décourageante face à la gravité des enjeux. Comment se fait-il que la France, pays hôte de la COP21, ait à nouveau manqué l’objectif qu’elle s’était fixé pour 2019, réduisant ses émissions de 0,9 % au lieu des 1,5 % visés ? Le Haut conseil pour le climat le souligne dans son rapport 2020 : « L...

Dictature verte, la tentation

Face à l’urgence écologique, certains avancent l’idée d’un régime autoritaire, plus qualifié pour mener à bien la transition dans les temps impartis. Un grave contresens. En 2007, la Chine est devenue le premier émetteur de gaz à effet de serre. La même année, elle proclamait devant les caméras du monde entier qu’elle entrait dans une « civilisation écologique » et se positionnait comme leader international d’une politique environnement...

Du même auteur

La flemme ou la flamme ?

Certaines idées reçues ont la vie dure : les jeunes seraient moins investis au travail, voire ne voudraient plus travailler. En un mot, ils seraient devenus paresseux ou, tout simplement, obsédés par les RTT, le télétravail et les loisirs. Ces préjugés envers la jeunesse ne sont pas nouveaux.Pourtant, le récent rapport de l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) et de l’institut Terra nova dépeint une réalité tout autre : les moins de 30 ans sont « tout aussi investis dans leur travail et ...

L’entreprise : un enjeu démocratique

Face à la perte de sens de nombreux salariés vis-à-vis de leur travail, François Ruffin, journaliste et député, et Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de l’Europe, appellent à redonner du pouvoir de décision aux travailleurs.  Cet entretien croisé entre François Ruffin et Jean-Noël Barrot a eu lieu dans le cadre de l’université populaire d’Esprit civique, les 14 et 15 octobre 2023 à Cluny, e...

Cinq ans de sagacité

Le Pacte du pouvoir de vivre fête ses cinq ans d’activité en ce mois de mars. Cet anniversaire est réconfortant, car il témoigne de la vitalité du Pacte et de sa capacité à fabriquer de l’unité entre des associations, des fondations, des mutuelles ou encore des syndicats engagés pour une société plus écologique, sociale et démocratique.Plus de soixante-cinq organisations parmi les plus importants acteurs des solidarités sont réunies dans ce collectif. Chacun des membres est invité à dépasser so...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules