Logo du site
Dossier : Ce que l’écologie fait à la politique

Ce que l’écologie fait à la politique Conclusion du dossier

Illustration d'Alice au pays des merveilles, John Tenniel, 1865.
Illustration d'Alice au pays des merveilles, John Tenniel, 1865.

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner.


1 « Écologisation » du politique

Les enjeux écologiques sont désormais un incontournable de la scène politique, nationale ou internationale. Loin d’une évidence, on saisit le rôle joué par la volonté et la capacité d’expression de citoyens et d’acteurs de la société civile. L’ensemble du numéro reflète en effet une forme d’« écologisation » de la politique : l’intégration d’une part de la cause environnementale dans les politiques publiques, son omniprésence dans le débat public, et d’autre part son appropriation progressive par les différents partis politiques, donnent le sentiment d’un sujet trans-partisan. Des programmes, des administrations dédiés sont mis sur pied. Des enceintes de gouvernance idoines apparaissent au niveau international (les COP), des maires s’activent à l’échelon local et s’organisent pour peser aux échelles nationales et supranationales (Caterina Saffarti). De façon symétrique, les mobilisations sociales sur le sujet se sont multipliées et internationalisées. Elles se sont aussi particulièrement rajeunies ! La récente mobilisation des jeunes pour le climat (avec l’émergence de leaders comme Greta Thunberg) est un trait marquant de ce paysage où se côtoient divers modes d’actions, entre désobéissance civile, plaidoyers et marches tranquilles.

Ces constats sont une invitation à en faire davantage en matière de démocratie.

Plusieurs auteurs nous permettent ici de comprendre en quoi ce fourmillement de contestations et cette demande de participation sont certainement les signes d’un enjeu démocratique indissociable de celui de notre transformation écologique. La stratégie d’action du CCFD-Terre solidaire, tournée vers l’opinion publique, est claire : c’est par ce biais que les attentions de l’association auront une chance d’être mises à l’agenda politique (Alice Idrac). On nous rappelle aussi l’importance de la désobéissance civile, moteur de la démocratie au sens où elle permet d’exercer une forme de contre-pouvoir (Christian Mellon). Même en Chine, la société civile semble réussir à peser sur les orientations écologiques (Émeline Baudet). Ces constats sont une invitation à en faire davantage en matière de démocratie. Alors que les taux d’absentéisme et les sondages étayent chaque année l’installation d’un doute structurel à son égard, ces mobilisations témoignent de la volonté d’une plus forte implication dans les prises de décisions. Une demande prometteuse à exaucer, avec celle de plus de justice, si l’on en croit une récente enquête de l’Ademe où elles apparaissent comme conditions incontournables pour que soient acceptés des changements radicaux de modes de vie (Daniel Boys, 2019).

2 Innovation institutionnelle

L’écologisation du politique ne s’est paradoxalement pas accompagnée d’une déviation vis-à-vis de trajectoires alarmantes. Les négociations internationales patinent, le ministère de l’écologie demeure celui « de l’impossible » (Coline Perran), quand, chaque année ou presque, les records d’émissions de gaz à effets de serre sont battus au niveau mondial. Une partie du problème réside dans l’inadéquation entre le fonctionnement des institutions propres aux démocraties occidentales et les bouleversements écologiques en cours. Leur globalité, les temporalités (des temps longs et une très forte inertie des phénomènes), les interdépendances entre les sociétés et les écosystèmes, les irréversibilités (pendant d’une finitude), sont autant de caractéristiques qui soulèvent des défis institutionnels (et culturels) !

La proposition de Marie Toussaint, discutée par Baptise Morizot, force l’élargissement de notre approche de la communauté politique, exclusivement humaine. Nos instances de représentations sont toujours tributaires de cette conception, d’où la proposition d’utiliser le droit pour que des êtres vivants qui en sont dépourvus aient voix au chapitre. Dans une approche plus institutionnelle, Dominique Bourg et Kerry Whiteside faisaient la proposition d’un collège du Futur, 3e chambre du Parlement.

Si l’on continue à ignorer les irréversibilités, pourquoi débattre des changements de nos usages et modes de vie ?

Cette inadéquation entre le défi écologique et nos institutions se révèle également dans le constat d’échec des négociations internationales à endiguer le dérèglement climatique (Amy Dahan). Cet échec résulte pour partie de sa gestion « isolée » – sans liens notamment avec les questions énergétiques et économiques. Une gestion qui reflète une approche de l’environnement réduit à un « objet », enjeu parmi d’autres, et non pensé comme cadre au sein duquel nous évoluons, en interdépendance avec la réalité matérielle de ressources finies. Donner un rôle majeur à l’État pour inverser la subordination des enjeux écologiques aux intérêts particuliers et économiques est aussi une manière de constater cette inadéquation et d’y répondre (Xavier Ricard). Car le défi se trouve dans la rénovation des dispositifs et des institutions de la décision politique, pour limiter les hiatus énoncés. Les débats pourront d’ailleurs en être déplacés, ouvrant sur la possibilité de nouvelles délibérations, à l’image des modalités de réduction de nos consommations, dans un souci d’équité1. Si l’on continue à envisager les ressources comme infinies, à ignorer les irréversibilités, en quoi est-ce légitime de débattre des changements radicaux de nos usages et modes de vie ?

3 Révolution culturelle

La troisième piste consiste à agir sur les représentations que les sociétés et les individus ont d’eux-mêmes et de leur relation aux autres, humains et non-humains. La crise écologique questionne les cadres de pensée et les postulats sur lesquels reposent le projet démocratique, ses institutions et notre organisation sociale. Le constat est déjà bien renseigné : la crise écologique est aussi une crise culturelle, anthropologique et ontologique, non sans lien avec l’incapacité du politique à endiguer les tendances écologiques alarmantes.

Les démocraties, avec leur projet d’émancipation, se sont construites sur le postulat implicite des Modernes d’un affranchissement des sociétés par rapport à leur environnement. Elles ont contribué à affirmer l’autonomie des individus vis-à-vis de toute contrainte, qu’elle soit métaphysique ou biophysique. Devenir moderne signifiait une émancipation de toute règle venue du « dehors ». L’affirmation de la liberté politique s’est ainsi trouvée liée à celle de l’autonomie individuelle, et, avec Francis Bacon et René Descartes, le progrès technique et la maîtrise de la nature en sont devenus le moyen. Héritage de cette pensée, notre projet démocratique d’émancipation relie la liberté à l’abondance, notamment matérielle (Simon Persico), et sous-tend une représentation de l’être humain extérieur à son environnement – une approche dite « dualiste », séparant nature et culture.

Pour cet horizon de transformation, n’oublions pas l’expérience sensible et sensorielle.

Ce détour permet de saisir la portée politique de toute action qui cherche à faire advenir des changements de nos cadres de pensée. L’attribution de droits à d’autres êtres ou à des espaces participe clairement de cette contorsion nécessaire de nos imaginaires. L’État, comme le remarque Xavier Ricard, peut là aussi jouer un rôle, tant notre organisation collective et les idéologies qui l’accompagnent régissent ces conceptions de nous-mêmes. Pour cet horizon de transformation, n’oublions pas l’expérience sensible et sensorielle. Elle est un véritable levier, si ce n’est une condition – ici peu évoquée. Le corps est pourtant un point de départ de notre rapport au monde2 ! Dans de nombreuses mobilisations écologistes où le « faire » est partie intégrante3 (on sème, on jardine, on cuisine…), on observe une évolution de ce rapport aux espaces et aux lieux, qui s’amorce par le jeu des sens. Les acteurs qui cherchent des reconfigurations sont finalement nombreux, mais se regardent peu. Pierre Charbonnier incite ainsi aux alliances, car « l’écologie, c’est la vie bonne et de nouvelles habitudes de consommation, mais c’est aussi la guerre et la paix, l’ordre global. Ce sont des questions d’étatisation, de reconstruction, de planification sous contrainte : c’est de la grande politique. »

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Dictature verte, la tentation

Face à l’urgence écologique, certains avancent l’idée d’un régime autoritaire, plus qualifié pour mener à bien la transition dans les temps impartis. Un grave contresens. En 2007, la Chine est devenue le premier émetteur de gaz à effet de serre. La même année, elle proclamait devant les caméras du monde entier qu’elle entrait dans une « civilisation écologique » et se positionnait comme leader international d’une politique environnement...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

Du même dossier

L’État, obstacle ou allié écologique ?

L’écologie politique s’est longtemps construite en opposition à l’État capitaliste. Or si l’État reconsidère sa façon d’administrer, il peut en devenir un levier. Depuis quelques années, l’écologie a investi le champ politique. La politique a-t-elle été pour autant écologisée au sens où les combats politiques seraient désormais pensés à partir de la grille de lecture écologiste, voire mieux, de la sensibilité écologiste ? L’...

En vert et contre tout

Reconnaissons-le, écologie et politique ne font pas toujours bon ménage ! La prise en compte des enjeux écologiques dans l’action politique et dans l’organisation sociale reste lente, difficile et parfois décourageante face à la gravité des enjeux. Comment se fait-il que la France, pays hôte de la COP21, ait à nouveau manqué l’objectif qu’elle s’était fixé pour 2019, réduisant ses émissions de 0,9 % au lieu des 1,5 % visés ? Le Haut conseil pour le climat le souligne dans son rapport 2020 : « L...

« Les maires sont plus pragmatiques que les élus nationaux »

La lutte contre le réchauffement climatique mobilise aujourd’hui une centaine de maires de grandes métropoles, coalisés au sein du réseau C40. Entretien avec Caterina Sarfatti, directrice du programme « Action climatique inclusive ». Pourquoi les métropoles, au niveau mondial, vous semblent-elles la bonne échelle d’action contre le réchauffement climatique ?Caterina Sarfatti – La majorité des métropoles du réseau C40 sont d’ores et déjà très for...

Du même auteur

Penser la justice sociale dans un monde fini

Justice sociale et dégradations de l’environnement ont longtemps été perçues comme deux enjeux opposés. Les mouvements sociaux de la « justice environnementale » appellent pourtant à regarder leurs interactions. En 1982, 500 manifestants sont arrêtés dans le comté de Warren, aux États-Unis : ils protestaient contre l’installation d’un dépôt de déchets chimiques dans leur ville, la plus pauvre de Caroline du Nord et peuplée à 82 % d’afro-américains. Cet événement est souvent identifié comme l’act...

Crise climatique : libérons nos imaginaires !

C’est dans nos représentations que se joue une partie de la réponse au défi climatique. Saurons-nous sortir de l’idée d’un homme au-dessus de la nature, avec pour horizon la prouesse technique ? Pour apprendre à vivre dans un monde fini, l’heure est à l’élargissement de nos imaginaires. C’est généralement le sourire au coin des lèvres que l’on découvre dans Les mots et les choses1 la classification d’une encyclopédie chinoise qui désigne les animaux comme a) appartenant à l’empereur, b) embaumés...

Nature et (re)découverte

Ce que disent les plus lucides fait froid dans le dos. En 1992, le sommet de la terre de Rio voulait prendre soin des générations futures ; aujourd'hui elles sont nées et nous n’avons rien fait (cf. D. Bourg). La catastrophe écologique n’arrivera pas soudainement : elle est déjà en cours (cf. C. Larrère). La biodiversité est en régression rapide. Un réchauffement climatique de + 1°C, désormais certain, aura raison de la calotte glaciaire. Pour avoir une chance de ne pas dépasser + 2° C d’ici la...

1 Voir à ce sujet l’ouvrage de Luc Semal et Bruno Villalba, Sobriété énergétique, Quae, 2018.

2 Corine Pelluchon, Les nourritures. Philosophie du corps politique, Seuil, 2015.

3 Des mouvements comme Reclaim the Fields, Guérilla Gardening ou Robin des Graines en sont des témoins.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules