Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Ce que l’écologie fait à la politique

Des droits pour le vivant Entretien avec Marie Toussaint et Baptiste Morizot

Juriste et eurodéputée, Marie Toussaint a fondé l’association « Notre affaire à tous » pour porter le combat écologiste sur le front judiciaire. Philosophe, Baptiste Morizot invite à inventer une diplomatie du vivant. 
© European Union 2019 (à gauche) ; droits réservés (à droite)
Juriste et eurodéputée, Marie Toussaint a fondé l’association « Notre affaire à tous » pour porter le combat écologiste sur le front judiciaire. Philosophe, Baptiste Morizot invite à inventer une diplomatie du vivant. © European Union 2019 (à gauche) ; droits réservés (à droite)

Le droit est-il une voie pour faire entrer le non-humain en politique ? La juriste et eurodéputée Marie Toussaint et le philosophe Baptiste Morizot questionnent le concept d’une diplomatie du vivant. 


Le 23 février 2021, l’État était reconnu « responsable de manquements dans la lutte contre le réchauffement climatique » par le Tribunal administratif de Paris, suite à l’action en justice menée par « Notre affaire à tous ». De quoi rendre politique la question du vivant ?

Marie Toussaint – L’objectif de « L’Affaire du siècle » n’est pas tant de faire condamner l’État que de l’obliger à agir contre le dérèglement climatique. C’est essentiel car, depuis trente ans, les États foulent aux pieds leurs engagements environnementaux. L’accord de Paris en est le révélateur. Il oblige les États à transcrire dans la loi les objectifs pris à la COP21, or les lois françaises ne sont toujours pas à la hauteur de ces derniers, et les actes pas à la hauteur de ces lois.

L’enjeu de L’Affaire du siècle est aussi une réappropriation du droit démocratique face à un droit qui s’élabore hors des États, appelé le droit global. Celui-ci prend progressivement de l’ampleur dans notre société mondialisée. Il intègre les décisions prises par les tribunaux privés, le droit des contrats, ainsi que les décisions relatives à la responsabilité environnementale des entreprises œuvrant par-delà les frontières.

Mais, largement issu du droit privé, ce droit global s’oppose et s’impose trop souvent au droit adopté par les peuples et les démocraties – négociant de manière dangereuse avec la légitimité démocratique, au grand dam du vivant. On peut citer l’exemple de l’entreprise pétrolière américaine Chevron-Texaco qui a échappé à la justice équatorienne par le biais d’un tribunal d’arbitrage.

Le droit environnemental est plafonné dans sa capacité à protéger.

L’entreprise, condamnée par la Cour constitutionnelle du pays, refuse encore de réparer les dommages causés aux écosystè

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules