Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Migrants : dépasser les catégories

Prendre le temps d’un autre regard

Le camp de Bira, à Bihac, en Bosnie-Herzégovine. 24 janvier 2020. © Kristof Hölvényi
Le camp de Bira, à Bihac, en Bosnie-Herzégovine. 24 janvier 2020. © Kristof Hölvényi

Accompagner un demandeur d’asile à travers les méandres de l’administration française, participer à un atelier de conversation avec des personnes migrantes. Deux expériences que propose le service jésuite des réfugiés (JRS). Pour un changement de regard riche de surprises. Témoignage.


Un désir de vivre

B. a été accueilli neuf mois dans le programme JRS Welcome au sein de sept familles successives. En tant qu’accompagnateur, je l’ai rencontré une à plusieurs fois par semaine, durant ce parcours. Depuis, nous continuons à nous voir périodiquement.

Pendant les premiers mois, nous n’avons jamais évoqué avec B. les circonstances et les motivations de son exil. Je les rattachais, inconsciemment sans doute, aux drames que vivait son pays d’origine. Nos discussions portaient souvent, en revanche, sur les péripéties de son parcours migratoire, son arrivée en France, nos joies et difficultés quotidiennes et, bien sûr, les matchs du Real Madrid. La veille de son entretien à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), lors d’un dîner à la maison, B. m’a brusquement tendu un papier sur lequel figurait son récit. Il n’osait me demander mon avis, mais guettait ma réaction. C’était la première fois qu’il me dévoilait son histoire « d’avant ». J’ai accueilli ce geste comme une marque de confiance. M’étais-je « imaginé » sa vie différemment ? Avais-je tenté de conforter la légitimité de mon engagement à ses côtés, en le plaçant dans une certaine catégorie ? Ces questions ont surgi à la lecture de son récit : il était, au sens propre, « incroyable ». Pour tomber dans la bonne case, B. avait menti aux autorités du pays dans lequel il demandait à s’intégrer. Expérience déstabilisante de confrontation entre un récit « imaginaire » et un récit « attendu » (ou « imaginé » ?), mais dont aucun ne permet de dire ce qui est vraiment.

C’est seulement alors qu’il changeait de statut que B. m’a raconté sa situation. Ni guerre, ni persécution n’étaient à l’origine de son parcours migratoire.

B. a obtenu la protection subsidiaire par une décision qui, tout à la fois, relevait les incohérences de son récit mais aussi la situation d’extrême violence dans laquelle étaient plongés son pays et son groupe social d’origine. C’est seulement alors qu’il changeait de statut et de perspectives que B. m’a raconté sa situation personnelle et familiale. Ni guerre, ni persécution n’étaient à l’origine de son parcours migratoire mais, au sortir de l’adolescence, un conflit violent avec son père qui lui semblait vouloir briser son désir de vivre. De migrant, réfugié, exilé, bénéficiaire de la protection, il n’était plus question, au moment d’accueillir l’expression de cette blessure béante. Je mesurais alors le poids de ces qualificatifs, inopérants pour parler de B. Il redevenait ce qu’il aurait toujours dû être à mes yeux : un jeune homme – certes, en exil – avec ses souffrances, ses talents et son extraordinaire désir de vivre.

De « eux » à « nous »

Lorsque a germé l’idée d’accueillir, au sein d’un gros cabinet d’avocats d’affaires (d’environ 250 personnes), des ateliers de conversation en français avec des personnes migrantes, sur l’heure du déjeuner, l’enthousiasme de certains répondait à la vive opposition des autres. Chimère, provocation ou défi : pourquoi faire se rencontrer des personnes qui, sans cela, ne se rencontreraient pas et que tout semblait opposer ? Avant d’engager les conversations, partisans et opposants des ateliers s’accordaient néanmoins sur un point : il y avait « eux » (les migrants) et « nous » (les membres de l’entreprise).

Sans naïveté, cette expérience démontrait que les catégories dans lesquelles on se situe (ou desquelles on s’exclut) deviennent floues en même temps que naît la relation réciproque.

Après quelques semaines d’essai, la décision de poursuivre les ateliers a été unanime, car il ne s’agissait plus de savoir si « eux » allaient nous apporter beaucoup ou « nous » faire courir des risques majeurs, si « eux » allaient faire fuir nos clients ou permettre de les sensibiliser. Il s’agissait désormais d’un « nous » partagé : « Tu te rends compte, nous avons le même âge ! », « Nous sommes tous les deux Bac +5 », « Nous sommes tous les deux fans de mangas »… Sans naïveté, cette expérience démontrait que les catégories dans lesquelles on se situe (ou desquelles on s’exclut) deviennent floues en même temps que naît la relation réciproque qui jaillit de la conversation. La catégorie informe de « migrants » s’est progressivement évanouie, laissant place à des prénoms et à des personnes et, dans le même temps, l’atelier de conversation avec les migrants est devenu l’atelier de conversation (tout court).

Repères

JRS Welcome

Ce programme propose une hospitalité et un hébergement provisoire et gratuit pour une personne dont la demande d’asile est en cours de procédure. Cet accueil peut aller jusqu’à neuf mois, avec un changement de famille toutes les quatre à six semaines pour ne pas créer de dépendance. Il s’accompagne d’un suivi juridique et social individualisé.

La protection subsidiaire

Il s’agit d’une protection internationale fournie à un demandeur d’asile qui ne répond pas aux critères pour devenir réfugié, mais qui serait en danger dans son pays d’origine.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Réfugié, migrant, dubliné. Les mots des migrations

La manière dont les politiques nomment les personnes en situation de migration traduit leur vision de la place qui devrait leur être accordée et ce que devraient être les politiques migratoires. Relayées par les médias, ces manières de voir et de dire participent à une certaine vision des migrations. Il est impossible de parler sans catégories. Nommer, en effet, c’est déjà catégoriser, découper le monde avec les moules des mots et des concept...

Droit d’asile en Europe

En réponse à ses principes de liberté, de respect des droits de l’homme et de libre circulation à l’intérieur de ses frontières, l’Union européenne tend à uniformiser les règles d’attribution du droit d’asile entre les États membres. Avec de nettes améliorations, mais aussi le risque qui demeure de les durcir… L’Union européenne (UE) travaille à l’harmonisation des règles de l’asile ...

« Sans travail, on est tué à petit feu »

Pour Raoul, Adil et François, travailler permet d’être reconnu comme une personne normale, utile pour la société. Au-delà des cases auxquelles ils sont assignés tout au long de leur parcours migratoire. Raoul, Tchadien, est arrivé en France en 2014. À Toulouse, il est l’un des principaux animateurs d’un squat…J’étais venu en France pour mes études, puis je suis rentré chez moi, et mes déboires ont commencé. J’ai repris la route en 2014 et, à peine a...

Du même auteur

La langue, ultime frontière

La barrière linguistique est l’une des plus cruciales à lever pour les personnes exilées. La majorité des pays de l’UE promeut l’intégration par la langue, mais ce n’est pas le cas dans l’Hexagone. Dans ses Conversations et entretiens (1963-1987), Primo Lévi expliquait être parvenu à résister à l’univers concentrationnaire nazi non seulement grâce à un ouvrier qui lui apportait régulièrement un peu de son pain, mais aussi parce qu’...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules