Logo du site

Réfugiés : de l’émotion à l’action

Ateliers musique à JRS - France.
Ateliers musique à JRS - France.
Après avoir brutalement pris conscience du drame vécu par les migrants venus chercher refuge en Europe, nos concitoyens se demandent quelles suites concrètes donner. Le programme Welcome en France témoigne depuis six ans des bienfaits de l’hospitalité, pour les Français comme pour les réfugiés. Une expérience à taille humaine, à méditer !

Une seule photo fut suffisante pour que beaucoup disent « c’est assez ! ». Et, en effet, depuis des semaines, les médias nous montrent des images qui martèlent notre conscience : la brutalité policière à Calais, les 71 migrants trouvés morts dans un camion abandonné sur une route d’Autriche, les naufrages de bateaux remplis de migrants en Méditerranée et, finalement, la photo d’un petit Syrien inerte sur une plage en Turquie.

Face à cette réalité qui nous bouscule, nombreux sont ceux qui se demandent quoi faire. En Allemagne, une plateforme a été créée afin que les citoyens puissent héberger des réfugiés pour un prix solidaire ; à Barcelone et à Madrid, la Mairie est en train de recenser les familles susceptibles de recevoir des réfugiés ; en Islande, une initiative lancée sur Facebook demande au gouvernement d’ouvrir les portes aux réfugiés. Et en France ?

Le Service jésuite des réfugiés (mieux connu sous son acronyme en anglais, JRS) a comme mission d’accompagner, de servir et de défendre les demandeurs d’asile et les réfugiés. Nous sommes une petite association dont les actions sont modestes et ciblées. Parmi celles-ci, des cours de français, un accompagnement juridique, de l’action collective, du plaidoyer, des rencontres interculturelles et surtout de l’hospitalité. Welcome en France est un projet qui propose à des familles et à des communautés religieuses d’accueillir un demandeur d’asile pour une durée déterminée (4 à 6 semaines). Il ne s’agit pas d’une solution d’hébergement mais d’une expérience d’hospitalité réciproque.

L’hospitalité proposée

Quelle est la démarche de Welcome en France ? Une des associations partenaires nous présente un demandeur d’asile qu’elle connaît, parce qu’il participe à ses cours de français ou parce qu’il bénéficie d’un accompagnement administratif, juridique ou social. Nous le mettons alors en lien avec une famille volontaire : un couple retraité, une famille avec enfants, une personne célibataire, mais aussi bien une communauté religieuse. Un tuteur bénévole sera un tiers médiateur : il rencontrera le demandeur d’asile une fois par semaine pour avoir de ses nouvelles, prendre un petit café ou faire une balade, proposer une activité culturelle. Les permanents de l’association assurent la mise en place du cadre et veillent à ce qu’il soit respecté pour le bien de chacun.

Aider le demandeur à ne pas perdre le « ressort » de la vie : bouger, se débrouiller et s’ouvrir à la rencontre de l’autre.

Lors d’une première rencontre, on prend le temps d’expliquer les règles de vie de chaque lieu et la démarche de Welcome. Si le demandeur d’asile en est d’accord, il entre dans le réseau. Aux familles et aux communautés on demande d’offrir le petit déjeuner, de partager – au moins – un dîner par semaine, afin de se donner des nouvelles et de tisser des liens (vous pouvez imaginer que la grande majorité va au-delà d’un dîner hebdomadaire), mais en se gardant des questions indiscrètes (sur les raisons de la demande d’asile par exemple). Naturellement, si le demandeur d’asile se sent en confiance et le souhaite, il pourra partager son histoire. Le cadre est le même que celui que nous offririons pour accueillir quelqu’un de notre famille. Welcome en France fonctionne sur une base bénévole, gratuite et selon les disponibilités de chaque famille. Aussi, à la fin du séjour, le demandeur d’asile devra changer de lieu mais son tuteur l’accompagnera pour l’introduire dans une nouvelle famille. L’expérience nous confirme ce changement aide le demandeur à ne pas perdre le « ressort » de la vie : bouger, se débrouiller et s’ouvrir à la rencontre de l’autre. Il l’aide aussi à connaître différents visages de familles françaises et à élargir son propre réseau.

L’hospitalité vécue

Depuis six ans, Welcome en France est une expérience remplie de rires, de quiproquos entre personnes qui parlent deux langues différentes, de malentendus légers qui se règlent grâce à un langage des signes improvisés. Nous accueillons des hommes et des femmes isolés mais pas de familles ni de mineurs isolés : le projet ne le permet pas. Le temps d’accueil dans les familles peut durer de 3 à 9 mois, cela dépend de la situation de chaque demandeur d’asile, mais l’accompagnement de JRS se poursuit jusqu’à l’obtention du statut de réfugié et plus longtemps si les personnes le souhaitent. Les personnes accueillies viennent d’Afghanistan, de Syrie, d’Irak, d’Iran, de la République démocratique du Congo, du Mali, de Guinée Conakry, du Bangladesh, du Sri Lanka, d’Ukraine, du Tibet, d’Éthiopie ou d’Érythrée… Ils sont musulmans, chrétiens, bouddhistes, agnostiques, athées... JRS France est un réseau qui accueille demandeurs d’asile et réfugiés sans distinction de religion, d’appartenance ethnique ou d’option politique.

Chaque fois que nous demandons à nos familles et aux demandeurs d’asile de parler de cette expérience, ils nous disent : « C’est une rencontre extraordinaire, ce sont des liens qui perdurent, c’est se (re)découvrir, se sentir comme chez soi pour la première fois, c’est voyager au pays de l’autre, c’est comprendre le pays qui a décidé de nous accueillir, c’est respecter le silence de l’autre, c’est grandir dans l’espérance et dans la foi ».

Derrière Welcome en France il y a de la logistique, de l’organisation, des allers et retours pour rencontrer les familles et les communautés, des réunions et des concertations avec les associations, des questions, des incertitudes, des accolades, de la rigolade, des anecdotes, de l’apprentissage au quotidien. Un véritable travail !

Jusqu’à récemment, le réseau regroupait une cinquantaine de familles et de communautés chrétiennes à Paris et en Île-de-France. Depuis l’éruption médiatique, le téléphone n’arrête pas de sonner et les e-mails d’arriver : « Je voudrais devenir famille d’accueil », « Nous n’avons pas beaucoup d’espace mais nous pouvons nous serrer », « Je suis âgée mais j’ai la force d’accueillir un réfugié », « J’habite en province et j’ai une grande maison ». Tant de démonstrations de solidarité concrète qui nous rappellent que les gens savent s’organiser si un cadre réaliste est proposé.

Ces démonstrations de solidarité concrète nous rappellent que les gens savent s’organiser si un cadre réaliste est proposé.

Welcome en France est une aventure qui nous donne de découvrir notre humanité commune, une responsabilité qui va au-delà des frontières, une possibilité de bâtir une société plus juste, plus solidaire, plus fraternelle.

Après l’hospitalité

Aujourd’hui, nous en sommes au temps de la prise de conscience et de la prise de position collective. Cette convergence s’est cristallisée autour d’une image symbole. Nous ne pouvons pas à la fois condamner des capitaines qui fuient leur navire avant les passagers, les affréteurs de bateaux clandestins, et laisser les responsables politiques débattre indéfiniment sans mettre en œuvre des actions concrètes.

Nous devons maintenant canaliser l’émotion et nous organiser afin de la transformer en action  dans la durée. Nous gagnerons à définir des stratégies communes pour interpeller nos décideurs politiques. Ainsi la communauté européenne mûrit et forge son identité.

Un des enjeux majeurs, nous semble-t-il, du moment actuel demeure la mise en relation entre les Français et les réfugiés. C‘est notre savoir-faire, comme association. Nous veillons à ce que les mises en relations soient réalisées le plus humainement possible, en prenant le temps de connaître les uns et les autres. Ce temps, ce respect sont complémentaires à la gestion des chiffres, des listes et des profils par les administrations, les logiciels et les politiques. Cette organisation demande de la patience mais le délai va aussi permettre de mûrir la proposition.

Ces mises en relation, ce temps, ce respect sont complémentaires à la gestion des chiffres, des listes et des profils par les administrations, les logiciels et les politiques.

Ensuite vient le moment de penser à l’étape qui suit l’hospitalité, celle de l’intégration. Nous la préparons, comme tant d’autres, avec l’apprentissage du français, ou l’accès à une formation professionnelle, afin de reconnaître les savoirs des personnes, mais aussi autour de rencontres culturelles ou festives. Ici encore, l’engagement de l’État, des citoyens et des associations peuvent se conjuguer pour trouver des réponses adaptées aux besoins de notre pays et des personnes. Réjouissons-nous de recevoir des hommes et des femmes avec des idées neuves qui pourront contribuer à enrichir notre République et notre économie.

Ce moment historique représente une possibilité de refaire notre humanité, de se découvrir dans le visage de l’autre, de rompre l’individualisme contemporain et de le transformer en solidarité collective.

Gracias – Merci – Thanks – Choukran – Tashakor!

Pour en savoir plus sur Welcome en France et le JRS : http://www.jrsfrance.org/

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même dossier

L’Europe rajeunie par ses migrants

Sans la présence des migrants, le déclin et le vieillissement de la population européenne seraient plus rapides encore. L’analyse démographique plaide pour des politiques plus favorables à la mobilité et plus accueillantes. Selon les théories de la transition démographique1 et de la modernisation socio-économique, la croissance économique se traduit d’abord par le passage à un régime de stabilité des niveaux de mortalité et de natalité, puis par une forte baisse. Dans un premier temps, grâce aux...

Pour une autre vision de la frontière

Entretien - Deux acteurs, impliqués depuis longtemps dans le soutien aux migrants, confrontent leurs analyses sur le rôle des associations, la politique du gouvernement, la nécessité d’une révision radicale des politiques d’immigration, à la lumière d’une autre vision de la frontière. Quelles critiques formulez-vous à l’encontre des politiques migratoires françaises et européennes ?Claire Rodier – La politique migratoire française, inscrite dans un contexte européen dont elle est indissociable, ...

Espagne : qui cherche du travail ailleurs ?

Frappée de plein fouet par la crise, l’Espagne voit ses jeunes tenter leur chance ailleurs. Combien ? Difficile de savoir. L’Europe resterait la destination première. Les immigrés et leurs descendants seraient les premiers concernés. Le phénomène, s’il réjouit les partisans d’un marché unique du travail, prospère sur les ruines de l’Europe du Sud. Conséquence de l’ajustement structurel, le vieux rêve des architectes de l’unité européenne semble devenu réalité : la mobilité intra-européenne s’est...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules